On est d’accord, ce n’est pas vraiment un article lié au fitness ou à la nutrition – mais puisque j’ai reçu des questions sur Instagram à ce sujet, je voulais partager mon expérience récente : après 30 ans (ou presque) à porter des lunettes, j’ai sauté le pas et ai subi une opération au laser pour m’en débarrasser.

Attention : cet article n’est pas rédigé par un professionnel du domaine médical – je ne suis ni médecin, ni ophtalmologue, et ne suis pas à même de conseiller le type de procédure qu’il serait le plus adéquat pour chacun, ni discuter des risques liés à l’opération. Je donne simplement ici un retour de cliente et de patiente.

L’opération des yeux au laser – c’est quoi ?

Déjà, c’est un terme générique, puisqu’il y a plusieurs types d’opérations de chirurgie réfractive, dont les plus connues sont le Lasik, le PRK, le Smile & d’autres méthodes d’implants type ICL. Je vous conseille d’aller voir cet article qui détaille très bien chaque méthode.

La meilleure personne pour vous aider à choisir la bonne méthode pour vous est votre ophtalmo – ils connaissent votre historique, vos besoins, (votre budget aussi…)
Chaque méthode a des avantages et des inconvénients, et il faut se renseigner et être au clair sur ce qu’il va se passer, histoire d’être serein(e) le jour venu.

La chirurgie TransPRK,  c’est quoi? 

J’ai opté pour la méthode dite TransPRK, qui ne fait appel à aucun scalpel (contrairement au Lasik & aux implants ICL) – tout se fait au laser, avec si besoin une fortification de la cornée avec des vitamines + UV.
Le Lasik ne me convenait pas à cause du sport (il est déconseillé pour les adeptes de sport de contact / combat, activités intenses etc), et les implants étaient très au dessus du budget (je vis à Singapour, et ça tourne autour de 10-12,000$). Le coté « laser-only » me rassurait aussi – et la promesse de ne plus jamais porter de lunettes était un gros point positif.

La chirurgie TransPRK,  ça se passe comment?

Pour ne parler que de mon expérience (parce que les délais entre les différentes étapes peuvent varier): j’ai enchainé les tests oculaires et la consultation avec le chirurgien en 1 matinée, le tout prenant environ 3h30, avec un peu de pause entre chaque. On analyse vos yeux sous tous les angles (épaisseurs de la cornée, pression sanguine, recherche de lésions etc), puis on vous fait passer un test de vision « classique » pour définir la correction à adopter.
On vous explique ensuite la différence entre les différentes procédures, et on a ensuite une consultation avec le chirurgien lui même, qui vous recommande la plus adaptée (à Singapour, ils ont tendance à pousser pour la procédure la plus chère, parce que le système médical est très orienté business, mais ça fait partie du jeu).
Il faut alors faire un choix et.. passer à la caisse, parce que tout doit être réglé avant l’opération.)

On vous explique les soins post-op – des gouttes à mettre dans les yeux toutes les 15min dans l’heure qui suit l’opération, puis des antibiotiques/anti-inflammatoires en gouttes, toutes les 3h pendant 1 semaine) et les dernières recommandations – beaucoup de repos, éviter le soleil, les écrans, etc).

J’ai eu ensuite 30min pour déjeuner, puis on m’a donné des tranquillisants, des gouttes pour dilater mes pupilles, et il a été temps de s’habiller pour aller au bloc.

Au bloc, on est éveillé, puisqu’il faut maintenir le regard sur le laser, mais la procédure est courte (environ 7min par oeil), et complètement indolore. Evidemment, c’est assez stressant (notamment à cause du clamp qui tient l’oeil ouvert) mais c’est très vite fait. Le chirurgien pose ensuite des lentilles de protection à garder 5 jours, et c’est fini.

Seulement à Singapour, les infirmières prennent des photos souvenir avec les patients & le chirurgien.

On sort, encore sous l’effet des cachets, et il est temps d’enfiler sa paire de lunettes de soleil et de rentrer chez soi. Ensuite, la récupération commence, et dure environ 72hrs (avec les douleurs), 1-2 semaines avec l’hypersensibilité au soleil/à la lumière, et jusqu’à 1 mois pour recouvrer une vision parfaite.

Comment j’ai vécu mon opération TransPRK?

Déjà, j’aurais aimé avoir plus de temps pour réfléchir au type de procédure – mais je pense que c’est lié au système médical Singapourien, probablement en France, on laisse un peu plus de temps au patient pour se décider s’il le souhaite.
L’opération en elle même était incroyablement indolore – j’avais très peur (comme j’imagine n’importe qui à qui on va mettre un laser dans les yeux), et, pour être honnête, les infirmières et le chirurgien étaient vraiment sympas, ce qui a fini de dédramatiser l’opération.

L’après-midi qui a suivi était décente, en terme de douleurs – je devais porter des lunettes de soleil en permanence, mais pas de gros soucis à part une vision floue. On doit aussi dormir avec un masque, pour empêcher de se gratter les yeux pendant le soleil – cette partie là a été plus compliquée, parce que je me réveillais sans cesse sans le masque – à croire que mon subconscient n’était pas tout à fait d’accord avec cet accessoire.
Le deuxième jour a été un peu plus compliqué, sans pour autant être pénible – la douleur est celle d’avoir des cheveux coincés dans le yeux, j’avais envie de les garder fermés. Pas moyen de travailler, ni de regarder la télé, mais je pouvais écrire des messages (avec mon portable en mode « accessibilité », avec la police en taille gigantesque), et j’ai passé la journée à écouter des podcasts.
Le troisième et quatrième jours ont été beaucoup plus compliqués – grosses douleurs le matin qui m’empêchaient complètement d’ouvrir les yeux, et du coup, envie de dormir en permanence. J’ai dormi 16-17heures par jour, enchainant les repas et les siestes dans le noir, sans pouvoir faire grand chose d’autre.
L’effet est, j’imagine, un peu le même qu’avec une grosse allergie : on a les yeux qui brulent, envie de les fermer, et le cerveau reçoit le signal « c’est l’heure d’aller dormir  » que l’on soit fatigué ou non.
Résultat, on est forcés de se reposer (et personnellement, ça m’a fait un bien fou)

les 5 premiers jours, selon mes stories instagram (les lunettes horribles étant incluses dans le package)

 

Qu’est-ce que j’aurais aimé savoir avant?

  • Avant l’opération, c’est LE moment de meal-prepper. On est sur le point de passer 72hrs pas faciles, et on peut se simplifier grandement la vie avec un peu de préparation. (le guide du meal-prep ici!). On cuisine à l’avance des repas pour chaque jour, et des snacks si possible (le pancake géant et le banana bread light sont toujours mes options préférées), pour ne pas vraiment avoir à cuisiner si on se sent de rester au fond de son lit plutôt.
  • Quand ils disent « pas d’écrans / de lumières » pendant 72 heures, ça veut dire ce que ça veut dire. Je pensais assez naïvement que Netflix serait une option pour ne rien faire dans le noir – pas du tout. Chaque point de lumière (y compris le soleil s’il fait beau) est pénible et fatigue l’oeil. Ce qui nous emmène au point suivant…
  • Préparer une liste de podcasts à écouter – si on doit se passer de ses yeux quelques jours, c’est une bonne raison pour essayer une autre source de divertissement ou d’information.
  • Préparer un endroit calme pour faire la sieste – on ne va pas se mentir, la plus grosse partie de la récupération se fait les yeux fermés, donc autant se faire un petit nid à l’avance. Un endroit confo, dans l’obscurité (au moins partielle), sans lumière vive, et sans poussière, qui risquerait d’irriter les yeux.
  • Il faut être prêt.. à prendre son mal en patience. Il y a eu 48hrs assez compliquées dans les jours qui ont suivi mon opération. On sait que ça va passer, et il faut rester concentrés sur le positif – c’est un changement pour la vie, et ça vaut bien de souffrir un peu. La douleur passe quasiment d’un coup – on se reveille un matin, et on n’a plus mal. Plus besoin d’anti douleurs, plus besoin de siestes intempestives – et la vie reprend son court !

A l’heure ou j’écris cet article, je suis à peine à J+7 de l’opération – ma vue revient tout doucement, mais mes yeux sont encore en train de cicatriser, et ma vue est floue et blanchie (un peu comme dans le brouillard), mais je vois déjà mieux qu’avant, sans lunettes. Il me reste désormais quelques semaines avant de voir parfaitement, et j’ai hâte !

 

J’espère que cet article vous a été utile. N’hésitez pas à poser toutes vos questions, ou à faire part de votre expérience dans les commentaires 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quitter la version mobile