Depuis un moment, je voulais tenter l’expérience, parce qu’on n’a pas vraiment l’occasion, dans nos modes de vie actifs, de faire l’expérience du silence complet, du noir complet, de l’inactivité totale. Je suis de nature hyper active, j’ai besoin de stimulations et de bouger en permanence, et avoir l’occasion de ne rien “pouvoir” faire pendant 1heure, à part me recentrer sur moi même, me paraissait une idée grandiose. J’avais entendu parler du concept de flottaison en cabine d’isolation sensorielle il y a 2 ans à Bangkok mais je n’étais pas prête à sauter le pas, parce que je trouvais l’idée un peu inquiétante – du coup, quand l’occasion s’est re-présentée dernièrement, j’ai décidé de me lancer sans réfléchir. J’ai recu quelques questions à ce sujet, donc je voulais vous présenter le concept de flottaison en isolation sensorielle et vous partager mon expérience – qui est tout à fait subjective – à chacun de se faire sa propre idée !

 

1. D’abord, la flottaison en isolation sensorielle, c’est quoi?

Le concept :

Offrir la possibilité de se priver de tous ses sens pendant une période donnée. Une des façons de le faire est d’isoler la personne dans un “tank” d’eau très salée, qui permet au corps de flotter, tout en ôtant toute stimulation extérieure – vue, odorat, toucher, ouïe. C’est une méthode qui a été popularisée dans les années 50 par un le neurologue John C Lilly qui a inventé le premier tank moderne de ce type et mis à disposition de ses patients. 

privation sensorielle cabine flottaison

Les bénéfices: 

Sur le mental: réduction du stress et des états d’anxiété, des états dépressifs, des insomnies. De manière générale, on observe tous les effets positifs habituellement associés à des états de relaxation profonds. 

Physiques: réductions des tensions et de certaines douleurs, meilleure récupération musculaire, meilleure circulation sanguine.

La liste des bien-faits ci-dessus est basée sur des études scientifiques, mais les effets peuvent différer selon les individus. Les liens vers ces études sont sur cette page  

2. Une séance de flottaison en isolation sensorielle, ça se passe comment? 

Le principe est assez simple – on se déshabille, on prend une douche, puis on se met dans son bassin / capsule et on éteint la lumière. Ensuite, on reste le temps de la séance dans l’eau Epsome (qui est un liquide un peu poisseux à cause de l’énorme quantité de sel nécessaire pour flotter). On n’a à se soucier de rien et juste à se concentrer sur sa respiration – les tanks sont équipés de bouton de secours, et parfois de spray d’eau minérale pour le visage.
Quand la séance est finie, une musique et/ou lumière le signale – on peut alors se rhabiller et sortir. 

Combien de temps ça dure?

En général, les sessions font 60min, mais il est possible de raccourcir sa session (rien ne vous empêche de sortir du tank, à aucun moment) plus longues selon les centres, parfois combinées à des séances de méditation, bols chantants, etc.

Est-ce qu’on se sent enfermé / est-ce que c’est angoissant?

Les premières minutes sont curieuses et il faut un peu de temps pour s’adapter, mais on n’a pas l’impression d’être enfermé et l’on garde la possibilité de sortir à tout moment.
L’impression de flotter et de ne rien toucher par contre est surprenante – on ne sent pas vraiment son corps, et c’est peut être la sensation la plus intéressante.

flottaison isolation sensorielle

3. La flottaison en isolation sensorielle : qu’est-ce que j’en ai pensé? 

J’ai fait ma séance à Palm Ave Float Club, à Singapour (qui est l’un de seuls, sinon le seul espace dédié à cette expérience). J’étais dans un “pod” individuel, qui se fermait complètement, pour 1 heure.

Il s’avère que j’étais tombée en courant le jour même, et ai donc dû protéger mes égratignures avec de la vaseline – faute de quoi le sel aurait été très douloureux au contact des plaies.

Le centre à Singapour permet de faire sa session nu(e) (ce n’est peut être pas le cas partout), et j’ai trouvé l’expérience très intéressante, puisque l’on est seul, et qu’il faut refermer le tank soit même – l’impression de se mettre dans un cocon, ou dans une bulle étanche loin du monde, volontairement.

Les 10 premières minutes, la capsule diffusait une musique calme, pour aider à l’acclimatation. L’eau est exactement à la température du corps, et on flotte sans aucun effort (il est même très difficile de se forcer à mettre la tête sous l’eau, ce qui n’est pas recommandé du tout à cause de la teneur en sel de l’eau).
On sent toutes les tensions de son corps – dans mon cas, les épaules, la nuque, le dos – puisque le corps ne repose sur rien. 

La musique s’arrête ensuite, et puis, plus rien. Plus de son, plus de lumière, plus de contact physique. L’absence de lumière totale d’abord est fascinante, parce qu’il n’y a aucune différence entre avoir les yeux ouverts et fermés – du coup, on ne sait plus trop si ils le sont ou non. 
Personnellement, j’ai du mal à rester immobile et oisive – mais le cadre se prête tellement à l’immersion “mentale”, que je n’ai pas vu le temps passer. 

Il est difficile lors de la première session (comme lorsque l’on médite) de faire le vide complètement dans sa tête – j’ai passé un peu de temps à trouver ou mettre mes bras pour être parfaitement à l’aise ( j’ai fini par trouver : au dessus de ma tête, les biceps loin des oreilles) et mes pensées sont parties un peu dans tous les sens ensuite : j’avais l’impression de flotter dans un lac immense, puis dans l’océan, puis dans l’espace. Je me demandais si être mort, ça faisait cette sensation là. J’avais l’impression d’être toute petite, de n’être rien, de ne pouvoir rien faire, et en même temps, d’être vraiment sereine. 

Quand la musique de fin a commencé, j’ai réalisé que toutes les parties hors de l’eau étaient couvertes de sel sec – c’était une sensation très curieuse. Rallumer la lumière a été un peu difficile – je n’avais aucune envie de retourner à la vraie vie – et il m’a fallu une dizaine de minutes sous une douche d’eau chaude pour revenir totalement à la réalité. On m’a servi un thé chaud ensuite, et ça aurait été le moment parfait pour aller dormir (mais j’avais un diner ensuite).

En conclusion : j’ai vraiment apprécié cette expérience différente. C’était une sensation toute nouvelle, avec des possibilités d’exploration – J’avoue que j’aurais aimé y aller peut être un weekend, avec un esprit plus serein, et pas en sortant du travail. Le bain a détendu certaines tensions dans mon dos, et passer du temps avec mes propres pensées m’a fait du bien, je pense.
J’y retournerai peut être, mais dans quelques semaines/mois – c’est suffisamment “spécial” pour que je veuille le réserver à des moments précis, et pas juste y aller comme j’irais me faire masser. 

 

A propos de Palm Ave Float Club: 

palm ave sinapore

Pour celles et ceux qui vivent à Singapour, je recommande cet adorable endroit à Kampong Bugis – uneambiance ultra relax et très “Bali-like”, un staff attentif qui est ravi de partager des conseils, et un espace lounge pour se poser (et redescendre) après l’expérience.
La séance unique coûte 89$ – et pour vivre quelque chose de tout à fait nouveau, ça vaut vraiment le coup !

Palm Ave Float Club 66 Kampong Bugis, #05-00, Singapore 338987

 

 

 

 

Et vous, vous avez essayé? Vous voulez essayer? Vous avez des questions? 
Dites moi tout en commentaire ! 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.