Category

J’ai testé pour vous

Category

Je dois l’avouer, on ne peut pas dire que je sois une coureuse née. J’en ai déjà parlé dans l’article sur la Spartan Race de 50km – je n’avais jamais vraiment couru (de ma vie) avant juillet 2019 (à part un 5k et un 10k, une fois), et j’ai commencé l’entrainement après m’être cassée la jambe. Bref, je n’ai pas vraiment fait les choses dans l’ordre.

J’étais assez réfractaire à l’idée de courir un marathon – la course n’étant pas spécialement ma discipline, je ne voyais pas pourquoi je voudrais passer 4h à faire ça en boucle, sur une route plate. Cela dit, j’ai regardé énormément de vidéos, de conférences et d’interviews de coureurs d’Ultra trail (Ultra étant le mot pour désigner les courses plus longues que les 42km d’un marathon) – et tous ces gens avaient quelque chose en commun : un focus, une concentration, une acceptation de la douleur,  bref, une sorte de détermination impressionnante que quelque part, j’enviais.

Si vous avez un peu de temps, regardez la vidéo ci-dessous – une de mes préférées, et vraiment inspirante!

 

J’ai la chance d’avoir un exemple dans la famille : mon frère est un ultra runner, qui vivait à Hong Kong il y a quelques années. Je suis donc allée demander conseil – et il m’a encouragé à m’atteler à un 50km pour commencer (la distance couverte lors de la Spartan Ultra beast), puis de viser 100. En cherchant une course “facile” (avec peu de dénivelé, et un terrain relativement sec), je suis tombée sur l’Ultra Trail d’Angkor, organisé par SDPO, à Siem Reap, au Cambodge.

J’ai pris mon dossard début Décembre, sans être vraiment sûre de pouvoir m’entrainer d’ici le 18 janvier. J’ai longtemps hésité sur la distance -ils ont 5 formats, de 16 à 128km, et je ne savais pas si je devais faire 32, 42 ou 64.  64 paraissant beaucoup, 32 à peine assez, je me suis décidée pour le marathon – je m’étais promise de ne jamais en courir de marathon de ma vie, parce que c’est un but que trop de gens ont (oui, je sais, c’est un raisonnement un peu bancal, mais allons bon), j’ai donc refusé d’appeler un chat un chat : je courais un trail, pas un marathon, et puis c’est tout.
Ne pas voir la distance m’a aidé à ne pas stresser trop en avance, alors que ça aurait été mon genre d’habitude. Cela dit, l
‘heure du départ pour Siem Reap est venue assez vite, et chaque jour avant la course, je réalisais un peu plus ce qui allait se passer.

Petite parenthèse touristique : pour ceux qui ne sont jamais allés au Cambodge, Siem Reap est une ville dans le nord du pays. Elle est surtout connue pour les temples d’Angkor, une site classé à l’Unesco. SI la ville en elle même est relativement quelconque (pas d’offense pour ceux qui ont adoré, j’ai une grosse préférence pour Kampot et Kep, au Sud), elle abrite des restos très chouettes, comme Spoons, le Vibe café (vegan) ou encore Mme Mock, pour des plats traditionnels Khmer vraiment pas chers.

 

Le Marathon Trail de l’Ultra Trail d’Angkor (UTA):

L’UTA prend place sur le site historique : le village de course est situé à la terrasse des éléphants, au coeur même des temples – la ligne d’arrivée aussi. Les départs, quant à eux, se font soit au même endroit soit plus loin dans les terres – on a roulé environ 30min en shuttle pour atteindre la ligne de départ du 42km.

Au Cambodge, la météo est largement dépendante des saisons (au nombre de deux, des pluies ou sèche) et Janvier est en plein milieu de la saison sèche. Une chance coté humidité (puisque courir avec un air très humide comme à Singapour est assez pénible) mais un challenge coté soleil et chaleur. De 25 à 5h du matin, on passe à 32 degrés en plein soleil vers 10h, et il faut venir préparé (avec de la crème solaire, une casquette ou un bandeau, et des lunettes de soleil) pour affronter ça au mieux.
Pour ceux qui n’ont jamais couru dans des climats pareils, c’est un vrai changement par rapport à la France, certains adorent et d’autres détestent, et il faut un peu de temps pour s’y faire – mais on en fait assez bien abstraction, une fois habitué.

La ligne de départ du Trail Marathon d’Angkor, 6h du matin.

Le parcours en lui même est relativement plat : il y avait une grosse volée d’escaliers au 9ème kilomètre, puis quelques montées et descentes dans la jungle – et le terrain est un mélange de route de graviers, de chemins et de sable, ce qui rend chaque pas intéressant. On passe aussi à travers des rizières – Il a même fallu mettre les deux pieds dans 40cm d’eau vers le 22ème kilomètre. Presque un soulagement cela dit, parce que mes jambes commençaient à chauffer sérieusement. 

map marathon trail angkor 2020 UTA
La map du parcours, si vous voulez vous faire une idée!

 

On passe dans des villages, des bouts de forêt et au milieu des temples – et on ne va pas se mentir, le parcours rend les kilomètres absolument tolérables, tellement l’environnement est beau. Les habitants des villages environnants sont sur les bords des chemins à regarder les coureurs passer et à les encourager.
Les points de ravitaillement proposent des fruits frais – et les bananes & agrumes du Cambodge sont vraiment incroyables en terme de saveurs.
L’arrivée se fait, comme précisé plus haut, sur la Terrasse des Eléphants, en plein coeur des temples – quelque chose de grandiose, de magique, qu’on attend avec impatience au moment même de partir.

ultra trail angkor marathon
(Entre nous, je ne sais pas comment les gens font pour avoir l’air présentable sur les photos de course, j’ai toujours l’air d’être en souffrance absolue)

Mon équipement pour le Marathon Trail d’Angkor:

Depuis la Spartan Beast et la Hurricane Heat 12hrs, je mets un point d’honneur à toujours venir préparée et équipée aux évènements : tout n’est pas contrôlable, et il y aura forcément des soucis sur la route – être préparé au mieux permet de diminuer l’impact de ces contrariétés sur une course, et ça change tout.

  • Un sac d’hydratation Decathlon avec 1L d’eau (puisqu’il y avait de l’eau aux ravitaillement)
  • des barres Energy Prozis & des barres de céréales Carmans, pour pouvoir manger toutes les heures au moins 150kcal, quasiment 100% glucides (code TFT10 pour 10% de réduc sur tout le site prozis)
  • Des lunettes de soleil & un bandana (qui a au final servi non pas à me protéger du soleil, mais à stabiliser mon genou, voir ci-dessous)
  • des chaussettes testées et approuvées au préalable (sinon, les ampoules ne sont jamais loin) – les miennes viennent de chez Reebok dans leur ligne “Running Club”, mais n’importe quelles chaussettes de course confortables auraient fait l’affaire. 
  • Les Supertrac Ultra RC de Scott aux pieds – j’avais peur qu’elles soient trop “trail” pour le terrain, et au final, elles ont été parfaites ! 

 

Mon retour d’expérience du Marathon Trail d’Angkor:

ultra trail angkor marathon

Je ne peux pas mentir, ça a été une course difficile.
Les 8 premiers kilomètres sont passés très vite, le décor était incroyablement beau et le fond de l’air était frais et je suis partie très vite – trop vite, sûrement, je ne maitrise clairement pas encore les courses longues.
J’étais absorbée par ce qui se passait sous mes yeux, les rizières, la forêt, le lever de soleil, au point d’en oublier tout le reste. 
Au 13ème kilomètre, un de mes genoux (celui que j’avais déjà abimé l’année dernière) a lâché, et la douleur était très vive. J’ai passé au moins 5km à réfléchir à un abandon – chaque pas était douloureux, et il y avait encore les 30km devant, c’était stupide de vouloir les affronter à moitié sur une jambe, en mettant mon poids un maximum sur mon genou valide.

Et puis.. la beauté de l’effort et des environs l’ont emporté, j’ai fait le choix conscient de finir la course, en sachant que ça pourrait avoir des conséquences sur les prochaines semaines et mois. Chaque minute du parcours était à la fois douloureuse et résolument belle, et il m’a fallu 5h15 pour en venir à bout. Sur la route, des gens formidables, qui se sont soucié de mon genou alors qu’ils n’avaient pas à le faire, qui m’ont donné du baume du tigre et des anti-douleurs. Les rencontres dans les villages étaient précieuses aussi.

Tout était magique, et j’ai été surprise de voir les tentes du village arriver aussi vite, presque. C’était une formidable aventure, quelque chose d’inoubliable – peut être parce que c’était mon premier marathon, et que ça m’a donné (probablement pour toujours) le goût du trail. 

finish line ultra trail angkor
Et soudain, la ligne d’arrivée (je suis la personne en train de larmoyer en arrière-plan)

Evidemment, parce que c’est une habitude désormais, j’ai pleuré tout ce que je pouvais à l’arrivée – dans les bras d’une adorable dame qui a tout fait pour que le sourire revienne. (Si elle lit ces mots, MERCI!) Un massage et une bière plus tard, il était temps de dire aurevoir à la Terrasse des Elephants… et de rentrer prendre une bonne douche.

marathon ultra trail angkor finisher

Je finis 2ème de ma catégorie (senior femme) et 6ème femme au scratch. Je finis surtout avec des images plein la tête, une cheville très enflée (j’avais peur pour le genou, et au final, la cheville a encaissé le choc, je dois encore aller chez le médecin vérifier que rien n’est cassé), et hâte de pouvoir courir de nouveau, pour recommencer. 

Est-ce que vous devriez aussi courir l’Ultra Trail d’Angkor l’année prochaine?

OUI. Plusieurs raisons :

  1. C’est une course organisée par une association Française : les informations sont disponibles en français et en anglais, le staff est majoritairement Français, et vous n’aurez aucun mal à communiquer si l’anglais (ou le khmer) n’est pas votre forte. Ils proposent des formules avec hébergement depuis la France, et s’occupent bien de leurs visiteurs. 
  2. Le parcours est exceptionnel – et j’ai eu l’occasion de me balader beaucoup en Asie, mais cette course restera gravée dans ma mémoire, tant par la diversité du terrain que par les paysages inoubliables. 
  3. Vous pouvez choisir la distance qui vous convient : c’est une course ouverte à tous, et si vous vous voulez pouvoir visiter Siem Reap et peut être le reste du Cambodge, vous pouvez opter pour des formats un peu plus courts que le marathon (16 ou 32). 
  4. On rencontre des gens vraiment chouettes : la communauté des coureurs de trail est vraiment différente du monde du running sur route. Tout le monde s’entre-aide, s’intéresse aux autres coureurs, est partant pour discuter (au départ, à l’arrivée et parfois même pendant la course) Bref, de quoi élargir son cercle de connaissances avec des passionnés !
ultra trail angkor parcours
Environnement de course: 11/10


Ca vous tente?
Plus d’informations sur l’Ultra Trail d’Angkor sur leur site officiel et sur la page facebook.

 

N’hésitez pas à me faire part de vos questions en commentaire, toujours ravie d’y répondre et de vous aider si vous avez besoin d’un petit coup de pied aux fesses pour vous inscrire ! 

Pour commencer, je dois vous dire que la Hurricane Heat 12hrs de Kuching en Malaisie n’était pas ma première,  puisque j’avais déjà participé à des versions plus courtes, 3 et 4h, à Singapour. (J’ai aussi participé à des Spartan Races standards, qui sont très très différentes des HH. Je raconte ici mes expériences de première Spartan et de Trifecta Weekend, c’est à dire 3 courses en 2 jours)

 

En m’inscrivant pour une épreuve de 12 heures, j’étais consciente que j’allais devoir fournir plus d’efforts et aller chercher plus loin physiquement et mentalement, pour tenir. J’avais envie, ou plutôt besoin, de raconter l’expérience à chaud (j’écris ceci le lendemain de la fin de la course, après une nuit de sommeil assez compliquée), de mettre des mots sur l’espèce de mélange d’émotions intenses que j’ai ressenti (et que je suis toujours en train d’analyser.)

Je sais que beaucoup ne pourront pas comprendre le “pourquoi” de ce genre d’épreuves, ni la motivation qui m’a poussé, moi et 33 autres individus, à s’inscrire à cet évènement, et à passer une nuit entière de la sorte. On a tous une raison très personnelle de le faire, et évidemment, ce n’est pas pour tout le monde. J’ai vu des gens abandonner lors des éditions précédentes, et je ne peux pas leur en vouloir : c’est drainant à la fois physiquement et mentalement, et on se retrouve souvent dans les recoins les plus sombres de sa propre tête. Pour autant, c’est une expérience incroyable, et si je ne pousse personne à le faire, j’aimerais vous partager ce que j’ai vécu. 

Déjà, les Hurricane Heats, c’est quoi?

Ce sont des épreuves organisées par Spartan Race, sous la branche “Extreme Endurance”. Les formats varient: 3h, 4h, 12h et 24h dans la majorité des cas.
Je vais essayer de résumer au mieux le concept, mais chaque évènement est très différent du précédent (et ils varient aussi en fonction des régions, les HH en Russie ou aux USA ne se ressemblent pas non plus).
C’est une sorte d’épreuve de “survie” militaire constituée de plusieurs épreuves, plus ou moins longues, ou des encadrants (qu’on appelle Krypteia) donnent des instructions, comptent les points, et testent les limites des participants.

 Le format varie, mais il y a des constantes : les épreuves sont volontairement absurdes et sans sens rationnel : il faut souvent porter des choses très lourdes, se rouler dans la boue, courir (le tout des centaines de fois, sans raison apparente) bref, obéir aveuglement à des ordres que l’on accepterait jamais “dans la vraie vie”.
Il y a aussi des choses à apprendre (des nouvelles techniques, l’esprit d’équipe, etc), et il faut accepter la douleur, physique et mentale, puisque tout est fait pour pousser les participants (appelés “étudiants”) dans leurs retranchements (par des invectives, des humiliations, des remontrances). .

Ce n’est pas une course, puisqu’il n’y a pas de distance à parcourir, c’est un événement limité dans le temps. Il y a par contre des points à gagner, individuellement et en équipe, qui permettent d’accéder ou non à l’obtention du titre de “graduate”, c’est à dire recevoir la médaille et le dog tag, qui est une manière de dire que l’on a “réussi” l’épreuve globale.

Les taux de réussite varient, et les règles ne sont jamais vraiment données à la base : on ne sait pas combien de points il faut pour “graduate”, et il faut donc s’accorder avec soi même sur combien d’énergie et d’efforts on veut mettre. 

Je vais essayer de vous raconter mon expérience de la Hurricane Heat 12 heures de Sarawak (19 Octobre 2019), et j’oublierai surement des détails – vous penserez aussi peut être que ça n’a aucun sens de se mettre dans ce genre de situations (et de payer pour ça).
Je vais essayer de faire l’introspection nécessaire pour partager ce que j’ai appris, mais ce que vous allez lire va peut être laisser plus de questions que de réponses (je voulais vous prévenir, surtout pour mes amis et ma famille qui liront ça ensuite !)

photo après l’évènement et avant la douche, avec la fierté de la médaille et la mort dans les yeux. ^^’

Avant l’HH, la préparation

Contrairement à une course normale, il y a énormément de choses à prévoir avant le jour J. On reçoit une longue liste de matériel & équipements à avoir, qui inclue les standards militaires (de la paracorde, de l’adhésif résistant, un couteau de poche, une boussole, un marqueur, un kit médical de base, une bâche étanche, etc).
Pour cet évènement là, il y avait aussi 2 items plus encombrants : 8kg de poids mort (12kg pour les hommes), sous une forme au choix (j’ai opté pour du ciment en poudre, puisque c’est un matériau compact et facile à modeler, mais qui risque de prendre l’eau et de s’alourdir) et 2 briques de construction classique. On était aussi chargés d’amener 4L d’eau chacun et de quoi s’alimenter (nourriture + électrolytes) pendant 12 heures. Mon sac au final faisait environ 23kg, et si je dois l’avouer, j’ai fait une crise d’angoisse en le mettant la première fois sur mes épaules pour l’essayer avec le poids à l’intérieur : je fais 43kg, et 23kg avec la perspective de le porter pendant une demie journée complète était terrifiante.

 

Jour J: Quand il faut y aller… 

C’était ma première HH de nuit : de 19h à 7h du matin (il faut savoir que l’horaire de fin n’est jamais vraiment fixe, il peut être étendu si “besoin”). Une nuit complète donc, sans dormir, sans dîner, avec 33 autres participants.
Des visages familiers, déjà croisés sur des courses ou des HH, et des inconnus. On ne reste jamais inconnus très longtemps, puisqu’on doit collaborer assez vite. Je suis la plus jeune, on dirait. La plus petite aussi. 
Après s’être retrouvé au lieu de rendez-vous, on se prépare, on rend nos décharges et on fait vérifier nos poids morts, ceux qu’on va traîner jusqu’au lendemain matin. On rigole aussi pas mal, parce qu’on sait qu’on a signé pour quelque chose qui n’a pas de sens pour la plupart des gens.

L’évènement commence par un briefing : qui va encadrer, qu’est-ce qu’on doit en attendre, et des rappels sur les valeurs promues. Il y a un “Warrior Ethos”, 4 phrases qu’on passera la nuit à répéter (à crier, en vérité) quand on nous les demande :

I will always place the mission first (Je ferai toujours passer la mission en premier)
I will never accept defeat (Je n’accepterai jamais la défaite)
I will never quit (Je n’abandonnerai jamais)
I will never leave a fallen comrade (Je ne laisserai jamais un camarade derrière). 

On a nos briques, on a nos sacs, on a nos lampes frontales et des gilets réfléchissants puisqu’on part dans l’obscurité totale, et il est temps de commencer.

Les 6 premières heures. 

Je crois que l’on ne saisit jamais complètement la valeur du temps avant de devoir faire quoi que ce soit pendant 12 heures d’affilée. Il y a, comme précisé plus haut, 3 façons que l’événement s’arrête pour un des participants : l’abandon (médical ou volontaire), la fin du chronomètre, sans avoir réuni le nombre de points nécessaires (on dit que l’étudiant a “complété” l’événement) et la fin du chrono avec les points nécessaires (on dit que l’étudiant peut “graduate” et recevoir la médaille.) Il n’y a aucune autre possibilité. Ca fait partie de la pression initiale.

Contrairement aux HH précédentes, les épreuves “d’échauffement” étaient plutôt faciles – je suis relativement fit et entraînée, un peu trop légère pour porter le sac correctement (j’ai d’ailleurs investi dans un sac avec une ceinture lombaire, décision que j’ai béni toute la nuit ensuite), mais apte à courir et à faire des exercices de renforcement (squats avec des briques dans la main ou non, pompes, etc) pendant 1h30 sans souci. 

On apprend une technique “traditionnelle” de Bornéo, où la course a lieu : tirer des flèches à la sarbacane, sur des cibles. C’est assez facile parce qu’il fait encore jour et qu’on est frais. On nous dit que ça servira plus tard. 

Ils nous font déballer et remballer nos sacs une dizaine de fois, pour s’assurer qu’on a tout l’équipement nécessaire, facilement accessible, et que l’on a packé notre sac de manière intelligente. J’ai un couteau sans protection parce que je n’ai pas pu prendre l’avion pour la Malaisie avec un couteau papillon, j’ai trouvé ça dans un magasin de cuisine et je sens que c’est dangereux, mais je n’ai plus le temps d’y réfléchir.
Je plaisante avec Olga, que je connais de Singapour. On se promet de se serrer lescoudes et de garder le sourire jusqu’à la fin.

Le deuxième “challenge” est celui qui attaque le plus violemment le moral de la plupart des candidats, je crois. Il faut imaginer un circuit dans le noir, dans de la boue épaisse et pleine de cailloux, de 50m environ (aucune idée de la vraie distance, je me souviens juste que c’était long.) On nous demande de nous attacher prendre la main d’un des participants, de scotcher ensemble nos deux poignets, et de couvrir la distance (aller retour) en Bear Crawl (c’est à dire à quatre pattes, avec les genoux décollés du sol). Si on termine en 40min, on reçoit 2 points (des pailles), en 50min, 1 point, et sinon, 0 point.
La difficulté de la tâche et l’idée de passer au minimum une demie heure à faire quelque chose de douloureux et répétitif attaché à un inconnu, le tout avec un sac de 20kg dans le dos, rend le tout assez pénible.
On le fait quand même. Je suis avec une nana assez frêle, Alison, qui ne sait pas trop pourquoi elle s’est inscrite. C’est sa première, et visiblement, elle ne s’attendait pas à ça. On a mal, je dois la pousser un peu quand elle veut s’arrêter (parce que mes points dépendent de sa volonté et de ses efforts, et inversement). J’essaye de mettre mes doigts en dessous des siens, pour qu’elle arrête de s’ouvrir le dos de la main à chaque pas. On termine en 34min, et on reçoit 2 pailles. En coupant l’adhésif avec mon couteau, je m’ouvre le pouce. Mon rythme cardiaque est trop rapide, le sang coule à flots, et j’essaye de rester calme en appelant l’équipe de medic, qui me rince à l’eau et me colle un pansement de fortune. Je m’étais promise d’abandonner si je faisais un malaise. Je ne fais pas de malaise, bois un coup d’electrolytes, mange une barre de céréales. Ca va mieux.

On récupère et la douleur commence à passer. On apprend alors qu’il va falloir refaire l’exact même parcours, mais en Crab Walk, c’est à dire en s’appuyant sur ses pieds et ses mains, les fesses côté terre (évidemment, toujours avec les sacs), avec un participant attaché par la cheville cette fois. C’est plus compliqué, ça fait très mal aux poignets et aux épaules. J’ai le coude et le bas du dos ouverts avant la première moitié du parcours. Ma nouvelle co-équipière est plus âgée : elle a 45 ou 50 ans, ses genoux et son dos la font déjà souffrir, et on peine à avancer. On finira en 49min, pour 1 point seulement. L’équipe qui arrive juste après nous ne récupère aucun point, et je commence à sentir que la nuit serait longue. Il est seulement 23h.

L’épreuve suivante est un défi d’équipe, et je prends le lead de 10 inconnus, tous ou presque venus de Malaisie. J’ai appris récemment à utiliser une boussole à degrés, et ça tombe bien, c’est un défi d’orientation – il s’agit d’amener un énorme pneu dans un endroit précis, récupérer des briques, et revenir. Olga aussi a une équipe à elle, et je sais qu’elle fera du bon boulot. 


Mon équipe est plutôt fragile, ils se sont inscrits pour le fun, et ils regrettent clairement la décision. Ils n’ont pas de motivation intrinsèque, pas d’objectif de se dépasser, ils voulaient juste s’amuser, et clairement c’est raté. Je souris en pensant aux bières qu’ils auraient du être en train de boire, au lieu d’écouter mes instructions dans la nuit. La jungle en Malaisie regorge d’insectes, d’araignées, de vers luminescents, de fourmis géantes, de moustiques. Le genre de choses qui me paralysait avant. Ca fait longtemps que j’ai arrêté d’avoir peur, de ça en tout cas.

On réussit le challenge sans souci majeur, on ramène le pneu et des cubes de béton en lieu sur, et on construit un esprit d’équipe : on chante dans la nuit pour se réconforter, c’est assez bon enfant. On gagne tous 1 point. Il en faut 4 pour avoir une brique, que l’on doit porter ensuite, mais qui est un token vers la “réussite”.  Je gagne donc un peu de poids dans mon sac. Je dépense beaucoup d’énergie à aller discuter avec mes camarades, à leur demander de me raconter leur histoire, à les encourager. Je me souviens des gens qui m’ont parlé pendant ma première HH, et ça avait fait une vraie différence : si personne ne te connait, tu te dis que tu peux abandonner et que ça ne changera rien. Si tu expliques tes motivations à quelqu’un, et qu’on apprend ton nom et ton visage, alors tu deviens partie de l’équipe, et tu fais de ton mieux pour rester.
J’essaye de ne pas me concentrer sur ma douleur à moi.
On a une petite demie heure pour récupérer ensuite en attendant les autres équipes, et un de mes coéquipiers, qui avait terriblement mal au dos, s’endort. Je crois qu’il abandonnera par la suite. Il est minuit passé, et je commence à trembler de froid. J’enfile tout ce que j’ai dans mon sac, j’essaye de m’alimenter à coups de barres de céréales et de gels de glucides. Rien à faire. Je pars courir un peu pour me réchauffer. Il fait nuit noir, et à part nous, dans nos gilets réfléchissants, il n’y a rien.

 

Les 6h d’après.

L’épreuve qui suit est une épreuve individuelle, et elle se passe sur le terrain de course de la Spartan qui a lieu ce weekend. On a un circuit de 6 obstacles – un mur en A à escalader, un mur à descendre à la corde, des sacs à lever à l’aide de poulie (Hercule Hoist), une série d’anneaux (multi rigs), une montée de corde lisse, et le lancer de javelot. On doit courir d’obstacle en obstacle avec les sacs, poser les sacs, passer l’obstacle (ou faire 30 burpees en cas d’échec) et repartir. Chaque tour donne 1 point. C’est l’épreuve que j’ai préféré, parce que c’est quelque chose pour laquelle je suis relativement douée, et qui m’a permis de m’entrainer pour des courses suivantes : ces obstacles là ne me feront plus jamais peur, si je peux les faire dans la nuit noir, épuisée, avec juste une lampe frontale. Il est 2 ou 3h du matin à ma montre, j’ai l’impression que le temps ne passe pas. On ne nous dit pas combien de temps l’épreuve dure, alors on fait un tour, on récupère le point, et on recommence. Encore. et encore, et encore. Je ne sais pas trop quand j’ai commencé à perdre un peu la tête. Je réalise que je chantonne toute seule, des trucs qui n’ont pas vraiment de sens, pour me donner du courage. Olga est toujours de bonne humeur, alors on blague à voix haute, pour aider le groupe à dédramatiser. Ca fait 2h qu’on fait la même boucle d’obstacles infiniment. Au 5ème tour, je perds en grip et en force, j’en rate plusieurs. Je commence à pleurer. 
Je gagne tout de même ma 2ème brique, ce qui me ramène à mes 25kg de sac de départ. Mon dos et mes genoux tirent, je n’ai plus aucune force dans les épaules, mais je suis un pas plus près de la médaille. 

S’en suit une épreuve d’équipe, ou il faut lever au maximum tous les poids de l’Hercule Hoist en même temps (il y a 32 poids et on est désormais 33 participants) et les laisser en l’air pendant 10min. Il est 4 ou 5h  du matin, les gens sont épuisés, les esprits s’échauffent, et on ne parvient pas à se coordonner.  On entend en boucle des encadrants que l’on est incapables, que l’on ne peut pas réussir parce que l’on ne réfléchis pas assez, que l’on a pas ce qu’il faut – et ça commence à porter ses fruits. Certains sont sur le point d’abandonner, refusant de faire le moindre effort – ce qui, évidemment, agace les autres, qui veulent encore gagner des points. On perd 90min, pour au final échouer. La plupart des participants sont à bout, physiquement et nerveusement.

On part ensuite courir, avec les sacs, pendant 30min. Les capacités des participants sont inégales, et c’est dur de garder le groupe soudé, mais personne ne se plaint plus vraiment. Le soleil commence à se lever, et le ciel est rose et bleu, et c’est magnifique. La vie revient 

Les encadrants nous alignent ensuite, pour nous faire réciter le warrior Ethos pour la 100ème fois au moins. Ils ont des tuyaux d’arrosage, et nous arrose allègrement d’eau froide, sur le corps et sur le visage, pendant qu’on anônne nos 4 phrases. Ca aurait été très humiliant si je n’avais pas trouvé ça drôle. Après la nuit passée à me rouler dans la boue, l’eau fraiche sur les joues fait du bien.

La dernière épreuve pour gagner des points est un circuit, avec des burpees, des jump squats, des pompes, des mountain climbers, et ..des tirs à la sarbacane, technique apprise en début d’aventure. Ca aurait du être la partie la plus simple, mais je suis épuisée, je suis arrivée à court d’énergie et de force, et je n’arrive plus à rien. Je passe presque 2h à pleurer en finissant les tours un par un. Chaque pompes me déchire les épaules, chaque fente sautée m’arrache les cuisses. Je récupère une 3ème brique. J’essaye de compter les burpees que j’ai fait depuis le début de la nuit, pour m’occuper. 330 au moins, certains participants en sont déjà à 500. 

Et à la fin, ça s’arrête. 

Un coup de sifflet, et on nous rappelle à la base. C’est fini.
Ceux qui ont 3 briques ou plus sont considérés comme “graduates”. C’est environ la moitié des participants. Les autres ne recevront pas de médaille. Ils ont soufferts et appris, mais n’en garderont rien de physique. Ils n’auront pas le titre.
Le speech final nous rappelle que dans la vie, on ne gagne pas à chaque fois. Qu’il faut être humble, et continuer d’apprendre. Je récupère ma médaille, il est 7h30 du matin. Je tremble, je ne sais plus trop ou j’en suis. On fait des photos, on tombe dans les bras les uns des autres. Je pars me doucher, au milieu du village de course Spartan en effervescence, qui se prépare pour la course de la journée.

Et alors, qu’est-ce que j’ai retenu, qu’est ce que ça m’a apporté?

Je crois que tout le monde a une raison très personnelle de participer à ce genre d’événement. Ca peut être vouloir se dépasser et trouver ses limites, ça peut être faire l’expérience de la douleur, ou de l’ordre imposé. Ca peut être aussi un besoin de se confronter à l’absurde : rien n’a de sens dans les épreuves que je vous raconte là, et c’est un peu à l’image de la vie elle même. On doit toujours gérer des imprévus, des situations complexes et des moments très difficiles, et si on se connait assez pour savoir comment on réagit sous la pression, quand on a peur, ou quand on a mal, on est plus à même de prendre des décisions éclairées.

Je fais ce genre d’évènements parce qu’ils me font me sentir vivante comme jamais. Avant, pendant, après. J’ai une peur terrible de la routine, de l’acquis, du confortable. Cette nuit là en était l’exact opposé.
J’y apprends à gérer mes efforts, à m’organiser, à garder la tête froide, même quand c’est difficile. Je fais ça aussi parce que je n’ai pas fait l’armée, et n’ai jamais vraiment eu à vivre en groupe ni à coopérer.  Je découvre comment  diriger une équipe ou à obéir à un leader, à faire passer l’intérêt commun avant le mien.
Ces 12 heures m’ont aussi montré que j’étais capable de faire abstraction de ma douleur personnelle, si je pouvais utiliser cette énergie pour aider quelqu’un d’autre à gérer la sienne – j’avais l’expérience, et c’était mon devoir d’aider les autres à traverser cette épreuve et à fabriquer la leur. J’ai rencontré des gens très différents, que je n’aurais jamais eu la chance de côtoyer sinon. La chaleur humaine change tout. 

J’ai aussi appris que parfois, faire le vide total dans sa tête, ne penser plus à rien, n’être plus qu’une “chose”, ça permettait de couvrir de la distance sans s’attacher aux conditions. Que 12 heures, c’est terriblement long, qu’une nuit entière ou l’on perd foncièrement espoir, ça a un goût particulier, et que même le lever de soleil ne suffit pas à tout arranger. 

J’ai eu froid, faim, saigné, été déshydratée. J’ai des plaies partout encore, des courbatures jusque dans les doigts. J’ai du mal à dormir parce que mon subconscient passe en boucle des images de la course, des cris, des sensations désagréables. Après la course, je voulais rentrer faire une sieste, et je n’ai pas réussi à dormir une seconde jusqu’à la nuit d’après, et je n’y serais pas parvenue sans cachets.

Chaque Hurricane Heat touche quelque chose de profond en moi. Parce que c’est stupide, et pas nécessaire, parce que ça fait mal et que c’est un cran au dessus de mes capacités physiques. J’aimerais être plus forte physiquement et mentalement, et ça m’aide énormément à identifier les manques, et à y travailler. J’étais plus prête que jamais auparavant, et je vais apprendre de celle ci, pour être encore plus forte la fois d’après. Il y aura une prochaine fois, évidemment. Là je ne veux pas y penser, ma main gauche tremble encore un peu. Mais je vais récupérer comme il se doit, laver mon sac du ciment qui a fini par couler dedans, prendre du recul sur ce qui s’est passé… et en faire une autre, dès que possible. 

Parce que le concept, tout droit venu des USA, est en train de s’enraciner un peu partout dans le monde, il était évident qu’ils allaient faire un stop à Singapour. Il semblerait que le concept Barry’s Bootcamp soit aussi en train de s’installer en France (il y a en tout cas une salle ou deux (?) à Paris. Ici, on ne parle plus que de ça dans les cercles fitness, soit sur les réseaux sociaux (parce qu’on ne va pas leur enlever, coté communication, ils sont au top), soit de la part de mes clients en Personal Training, qui me demandaient ce que je pensais. Histoire de me faire une idée objective, j’ai décidé de tester un des cours à la place de mon entrainement cross-training / calisthenics habituel. Voilà donc ce que je pense – c’est un avis honnête, non rémunéré par l’enseigne, partagé entre ma vision de fan de sport intense et mes yeux de Personal Trainer. 

b

Déjà, le concept de Barry’s Bootcamp, c’est quoi ?

Je vais souligner une fois le marketing soigné : ils se vendent comme “the Best Workout in the World” et ils ont bati une marque entière (des lieux ultra stylés, une gamme de merchandising hors de prix mais vraiment cool, une salle d’entrainement au style distinctif) sur un concept simple : alterner la course et la muscu. 

Coté atmosphère : on est dans une salle noire, illuminée aux néons rouges – c’est scénique, ça impressionne, c’est assez cool. D’un coté, des tapis de course, de l’autre, des steppers + des rangées d’haltères. Au moins 30 stations, et au moins 30 personnes par cours – il ne faut pas avoir peur de la proximité, ou chercher un suivi vraiment personnel. On est assignés à une station avec un numéro, et on alterne entre le tapis numéro x et la station de renfo numéro x (qu’on échange avec quelqu’un, du coup, puisqu’on commence soit par la course, soit par le renfo.)

La séance est divisée en 2 parties : d’une part, de la course en intervalle sur un tapis de course, avec un rythme imposé par l’instructeur (mais on reste maitre du tapis et de sa vitesse, un peu comme au RPM)
D’autre part, des exercices de renfo classiques avec des haltères – relativement lourdes mais encore une fois, adaptables.
Les séries sont plutôt courtes (5 à 8 minutes par set) et on échange 3 fois entre les 2 stations.
La course peut être adaptée au niveau de chacun, mais l’instructeur pousse au dépassement (ce n’est peut être pas le cas dans toutes les salles Barry’s). Pour le renfo, les mouvements sont simples (deadlifts, goblet squats, bendover row, sit ups) et très brièvement expliqués et démontrés, et sont à faire pendant 30 secondes à 1 minute en continu. 

Coté programming, chaque jour de la semaine à une zone de focus (abdos, bras, bas du corps, etc) mais la course est toujours présente, seuls les exos de renfo changent. 

La séance dure 50min, et on sort en ayant dépensé pas mal de calories – ils promettent jusqu’à 1000kcal, je pense qu’ils sont un peu Marseillais, entre 300 et 600 est nettement plus raisonnables – et transpiré énormement, aussi parce que c’est beaucoup de gens dans une salle pas si grande.

Du coup, j’en ai pensé quoi ? 

D’un point de vue de sportive plutôt addict : J’ai beaucoup aimé. Je ne suis pas du genre à faire des intervalles de course (parce que je n’aime pas ça, même si, en préparation des Spartans, je devrais clairement en faire) et être forcée de le faire, parce que l’atmosphère y pousse, c’était très cool. Le renfo, je préfère le faire au crossfit : plus lentement, en bossant plus la forme, et en ayant des poids adaptés (au lieu de choisir à l’aveugle les haltères en début de sets). 

D’un point de vue de Personal Trainer: C’est un peu là que le bât blesse. Un instructeur pour 30 personnes, dans une salle plongée dans l’obscurité, ça ne permet absolument pas de s’assurer que la forme des mouvements est correcte : les risques de blessure sont importants pour les débutants, et j’en ai vu certains faire des deadlifts et des fentes assez dangereux. Ce n’est donc pas une bonne idée si on se remet juste au sport, ou que l’on est débutant absolu : il vaut mieux apprendre les mouvements avec un coach au préalable, avant de faire une session Barry’s. 

Est-ce que je vais y retourner? Oui, parce que j’en suis sortie fatiguée, mais contente d’avoir pu me dépasser en course à pied. Pas vraiment convaincue par les séquences de renforcement, mais sympa à faire de temps en temps – à condition d’avoir les moyens, parce que les prix restent très élévés pour l’abonnement illimité, en tout cas à Singapour.
Ils sont présents sur classpass et c’est une bonne façon de tester avant de s’engager.

Et toi, tu as essayé Barry’s Bootcamp? Tu en as pensé quoi? Dis moi tout en commentaire!

Quand on fait attention à ses macros ou juste à son alimentation de manière générale, on est souvent à court d’idée coté snack. Les barres protéinées offrent une excellente alternative aux biscuits & barres de céréales : Parce qu’elles contiennent moins de sucre et de glucides, et sont renforcées en protéines (ce qui permet la reconstruction musculaire, si vous n’êtes pas très sûrs, vous pouvez relire l’article “pourquoi prendre des protéines”). Mais attention, toutes ne se valent pas ! Les barres que l’on trouve dans le commerce (grandes surfaces et pharmacies) contiennent souvent ENORMEMENT de sucre (vérifiez sur un paquet, vous verrez que l’on monte parfois jusqu’à 6 ou 7g par barre) – et elles sont trop légères pour être rassasié. Voici donc un classement des meilleures barres protéinées à acheter en ligne pour avoir toujours un snack sain sous la main ! 

N’hésitez pas à m’indiquer si vous avez des barres préférées aussi, pour que je les teste, et peut être édite ce classement 🙂

Les valeurs nutritionnelles sont indiquées en moyenne, elles diffèrent selon les saveurs. 
Pour rappel, dans les infos nutritionnelles : L=Lipides (matières grasses) G=Glucides (dont sucre) P=Protéines 

____________________________________________________

 

10. Les cookies Lean MyProtein 

Valeurs nutritionnelles : (par cookie de 50g) 194kcal L:3g L:16g P25g (3.6g de sucre)

Review : On ne va pas se mentir, on est loin de la texture du cookie. Mais pour moins de 200kcal, on ne peut pas s’attendre à des miracles – le goût est très bon, même si la texture rappelle un peu trop les protéines du commerce. Parfait quand on veut garder un oeil sur le compte calorique et se faire des petits plaisirs quand même. 

Avantages Incovénients
Le montant  calorique faible  la teneur en sucre un peu élevée 
pour un snack light
le goût chocolat très marqué la texture, décevante quand on cherche
un vrai cookie  

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici 
Mais si vous cherchez un vraie cookie avec une texture moelleuse (pour un petit craquage, ou si vous ne comptez pas les calories, optez plutôt pour le suivant ! ) 

____________________________________________________

 

9. Les cookies Protéinés MyProtein cookie protéiné myprotein avis review

Valeurs nutritionnelles : (par cookie de 75g) 317kcal, L:9.9g G:19.5g P:37.5g (dont 7.3g de sucre)

Review : On ne peut pas dire que ce soit des produits “régime” ils contiennent du sucre ET plus de calories que tous les autres produits de ce classement. Cela dit, ils sont vraiment très très bons, ont la texture de vrais cookies, et la teneur en protéines fait oublier le reste. Ils sont aussi très gros, donc une moitié suffit si vous avez un petit creux. 

Avantages Incovénients
La texture incroyable le montant calorique vraiment elevé
pour un snack
L’impression de manger un vrai cookie la teneur en sucre
la teneur en protéines, super élévée  

 

Ou les acheter : la boite de 12 est dispo ici (27€)

____________________________________________________

8. Les barres ZeroBreak de Prozis 

Valeurs nutritionnelles : (par barre de 50g) 231kcal L:14.2g G:5.8g P:14.2gprozis zero break barre kit kat

Review : qui n’a jamais rêvé de pouvoir manger des kitkats après le training sans se priver? C’est le voeu exaucé par ces barres, qui sont à la fois vraiment bonnes, et anti-culpabilité. Elles sont plus caloriques que la plupart des barres de ce classement, à cause d’une forte teneur en matière grasse (mais c’est le prix à payer pour avoir du vrai chocolat sur une barre). 

Avantages Inconvénients
Le goût, très loin des barres de protéines le montant calorique un peu élévé
par rapport à la satiété apportée
Le crunch, similaire aux vrais Kitkat la teneur en MG, vraiment plus haute
que les autres barres 

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici. (code TFT10 pour 10% de réduc!)

____________________________________________________

7. Les barres protéinées Foodspring

foodspring bar barres proteinees avis review

Valeurs nutritionnelles :  (par barre de 60g) 182kcal L:3.9g G:11g P:20g (3.8g de sucre)

Review : Une des meilleures barres pour ceux qui cherchent des produits faibles en calories, et qui rassasient bien. La teneur en sucre est un peu elevée par rapport aux autres barres du classement, mais le goût est bon et la texture moelleuse.  

Avantages Incovénients
Le goût  la texture un peu classique
la faible teneur en calories
à cause du peu de MG
la teneur en sucre élevée 

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici (25€) 
Les meilleures saveurs : cookie dough & crème de noisette ! 

 

____________________________________________________

 

6. Les Protein Brownies Prozis

Valeurs nutritionnelles : (par brownie de 50g) 207kcal L:11g G:11g P13.5g (dont seulement 2.5g de sucre)protein brownie prozis

Review:  pas vraiment des barres puisque la texture se rapproche vraiment du brownie, mais ils méritent une place dans ce classement simplement parce qu’ils sont à la fois moelleux et très respectables en terme de nutriments. 

Avantages Incovénients
La texture, hyper fondante la faible teneur en protéines
Le faible montant calorique pour 
un gateau au chocolat ! 
 

 

Ou les acheter? La boite de 15 est dispo ici (22€ code TFT10 pour 10% de réduc)

 

____________________________________________________

 

5. Les barres Protein Light de MyProtein

myprotein barre allégée hyper protéinée

Valeurs nutritionnelles : (par barre de 65g) 198kcal, L:6.2g G:2.6g P;20.2g

Review : Parfaites pour  ceux qui font attention à leur compte calorique, ces barres sont faibles en sucre (et moins caloriques que la plupart des autres barres de ce classement). Le gout est bon, mais la texture (parce qu’elles contiennent moins de MG) est un peu plus caoutchouteuse. 

Avantages Inconvénients
La faible teneur en calories et en sucre la texture, un peu caouchouteuse
certaines saveurs sont délicieuses  

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici (27€)

 

____________________________________________________

 

4. Melty Bars de Prozis 

Valeurs nutritionnelles : (par barre de 60g) 202kcal, L:6.6g G:13.8g P:22.6g (dont seulement1.5g de sucre)prozis melty bar avis review

Review : Pour ceux qui cherchent des snacks pas chers et qui imitent bien les vraies barres de chocolat, les Melty sont parfaites. Elles sont légères en calorie, très faibles en sucre, et le gout est bon. A essayer pour ceux qui sont sur un budget! 

Avantages Incovénients
Le goût  la texture un peu chewy
Le prix tout doux  
Peu de sucre et de calories!  

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici (19€, code TFT10 pour 10% de réduc!)
 

____________________________________________________

 

3. Les barres Carb Crushers de MyProtein

Valeurs nutritionnelles : (par barre de 60g) 212kcal, L:8.2g G:12g P:21g (dont 3.7g de sucre)carb crusher myprotein avis review

Review : Si vous cherchez un en-cas vraiment protéiné avec une texture qui change des barres de protéines habituelles, c’est la barre qu’il vous faut. On est très loin de la texture “chewy” des barres du commerce, la couverture chocolat est craquante, il y a un fondant caramel à l’intérieur.. bref, c’est vraiment bon. Le seul bémol, c’est qu’elles sont peu épaisses, donc elles se mangent plus vite… Ou alors, c’est juste de la gourmandise. 

Avantages Inconvénients
La texture vraiment incroyable,
avec des éclats de noix sur le dessus
le prix, un peu élévé
La saveur chocolat noir & sel de mer, très surprenante les barres sont fines, donc 
un peu moins rassasiantes  

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici(29€)
Les meilleurs saveurs: Elles sont toutes bonnes, mais mes préférées restent Chocolat & Sea Salt.

 

____________________________________________________

 

2. Les barres Carb Killa

Valeurs nutritionnelles: (par barre de 60g, en moyenne) 217kcal L:8.2g G:13.6g P:23.3g (dont 1.5g de sucre seulement)

Review: Très interessantes nutritionnellement, ces barres ont l’avantage d’être en plus délicieuses. La texture est surprenante pour une barre de protéines, et on retrouve du crunchy, une couche de chocolat et un intérieur fondant. Les saveurs sont un peu en dessous du gagnant de ce classement, mais la texture l’emporte haut la main. 

Avantages Inconvénients
la très faible teneur en sucre le prix, un peu élévé
La texture, vraiment différentes des barres protéinées habituelles le montant calorique, parfois elevé par rapport à la satiété obtenue
   

 

Ou les acheter: la boite de 12 est dispo ici (28€, code TFT10 pour 10% de reduc)
L
es meilleures saveurs: sans hésiter, chocolat-menthe, Cacahuète et Eclats de chocolat.

 

____________________________________________________

 

1. Les Quest Bars

Valeurs nutritionnelles: (par barre de 60g) 210kcal L:9g G:7g (1g de sucre seulement)Quest bars barre protéinée

Review: Je ne l’ai jamais caché, les Quests sont de loin mes barres préférées – elles font fureur en Asie & à Dubai, et je ne peux plus vriament m’en passer. Elles sont faibles en calories et en sucre, très riches en protéines, et le goût est vraiment top. Seul petit bémol : le prix, qui est bien au dessus des concurrents (et la texture est un peu plus traditionnelle que les CarbKillas). A voir ce que vous priorisez, donc. 

Avantages Inconvénients
la très faible teneur en sucre le prix, un peu élévé
le rapport calories/poids la texture, classique et uniforme
(contrairement à d’autes barres avec
plus de crunch)
les saveurs, toûtes délicieuses .

 

Ou les acheter? La boite de 12 est dispo ici( 33€, code TFT10 pour 10% de réduc)
Meilleures saveurs: Double chocolat, Avoine & pépites de chocolat, Chocolat Menthe.

 

____________________________________________________

 

C’était mon classement des meilleures barres protéinées – quel est le votre? Dites moi tout en commentaire ! 

 

Je suis sans cesse à la recherche de produits sains à essayer et à intégrer dans mon alimentation. Depuis que je suis les principes du flexible dieting, j’ai encore plus de place pour du pain protéiné, des snacks healthy, du beurre de cacahuète, et j’en passe ! Si en France, on les connait moins, Prozis est un énorme site de vente de produits pour sportifs, basé au Portugal, et servant le monde entier. Ils ont pas mal de produits de marques que j’affectionne (comme le sirop de chocolat ultra light Walden Farms, ou les Quest Bars !) mais j’ai été intriguée par leurs produits propres, la marque Prozis, donc. J’ai eu l’occasion de tester pas mal de leur gamme, et voici mon avis sur les produits Prozis (en toute honnêteté, évidemment, je n’ai pas été payée pour cet article et je ne vous cacherai rien.) 

Le code Promo Prozis TFT10 donne 10% sur tout le site


 

Coté alimentation saine

Les pains sains et/ou allégés

  •  Le pain de caroube Lean Bread – Je cherche depuis longtemps des alternatives saines au pain classique – pour équilibrer mes macros, surtout le soir, je réduis un peu les glucides, et ce pain est parfait pour ça : la moitié des glucides d’un pain normal, et un goût (une fois toasté) vraiment bon. Coté macro : par tranche (30g) : 70kcal, F:2.2 C:6 P:4.8 Parfait pour les “midnight snacks”, histoire de se faire des tartines et d’aller se coucher sans remords (et l’estomac léger). 
    Pain de caroube Lean Bread, €2.19 les 360g 

 

  • Les Bagels “Lean Bagel” 
    Il en existe 3 versions, aux valeurs nutritionnelles relativement similaires. Je les aime tous, mais j’ai une petite préférence pour celui à la caroube ! 
    Coté macros, pour 1 bagel (caroube): 190kcal, F:2.1 C:6 P:4.8 – c’est beaucoup moins de carbs (et surtout de sucre) que les versions du commerce, et ça permet d’économiser des macros pour mettre plus d’ingrédients chouettes dedans! 
    Lean Bagel Caroube, 0.59€ l’unité prozis pain burger sain allégé light avis
  •  Les pains à burgers aux graines de sésame – Je ne fais pas desburgers souvent,  surtout parce que les buns du commerce me dépriment (ils sont bourrés de sucre et ne contiennent aucune fibre). Du coup, les pains Prozis c’est un peu LA bonne nouvelle pour la fausse fast food que j’adorais faire avant. Je m’y suis remise, et ça fait grave plaisir. 
    Coté macros, pour 1 pain (85g) : 165kcal, F3.2 C:22.9 P:11 – pour comparaison, un painà burger Jaquet, c’est 275kcal, dont 6g de sucre. 
    Pain à burger sésame, €1,99 les 340g (4 buns)
  • Les pains à burgers multi-céréales – Si cette version est plus calorique que celle au sésame, elle contient aussi plus de protéines & lipides et moins de glucides, et elle est beaucoup plus moelleuse ! 
    Coté macros, pour 1 pain (85g) : 217kcal, F:7.6 C:14.5 P:14.5
    Lean Burger Buns Multicéréales, €1,99 les 340g (4 buns) 
  •  
test prozis burger pain review avis
Burger au chèvre et tomates sêchées, avec le pain lean bread au sésame = grosse tuerie.

Les pâtes hyper protéinées 

pâtes protéines lowcarb prozis

  • Je cherchais une alternative lowcarb pour les jours sans entrainement : c’est chose faite, avec ces penne rigate dont les macros sont assez incroyables : pour 100g, 360kcal (comme des pâtes normales), F:1.6 C:31 P:50. Elles retiennent la sauce à cause des rennures, et elles permettent de se remplir la panse sans risquer le pic de glycémie. 
    Protein Penne Rigate, €2.99

     

Les pâtes à tartiner 

  • le beurre de cacahuète bio – rien à redire sur ce produit là, il est à 100% composé de cacahuètes bio, il est délicieux et très onctueux. (vous pouvez relire ici les bienfaits du beurre de cacahuète et comment le choisir – celui là est une très bonne option !)
    Beurre de cacahuète bio Prozis, €3.99 les 250g 
    peanut choco beurre pate a tartiner saine prozis avis
  • Le Choco Peanut Butter – J’avoue, nutritionnellement le beurre de cacahuète est mieux, MAIS il y a des fois ou on a super envie d’une grosse cuillère de chocolat à tartiner. Non seulement le goût est vraiment incroyable, et la texture super onctueuse, mais en plus, il est 1000 fois plus healthy que les pâtes à tartiner normales. Pour une très grosse cuillère à soupe (19g): 107kcal, F:7.4 C:6,5 P:3.2 et seulemnt 1.7g de sucre, contre … 10g pour la même dose de Nutella. A adopter direct. 
  • Peanut Choco Butter, €6,99 le pot de 250g

 

Les sauces 

  • Le sirop de Chocolat Zero – Si le goût est beaucoup moins chimique que d’autres sauces (comme celle chez MP, par exemple), le sirop Choco de Prozis reste moins bon que son équivalent Walden Farms. Il est cependant moins cher et moins calorique (même pas 2kcal la cuillère à soupe!) et reste une bonne alternative si vous avez envie de manger du chocolat sans vous ruiner (ni le porte feuille, ni la diète ! 
    Sirop de Chocolat Zero, €2.19 le tube de 270g 
    prozis sauce zero bolognese avis
  • La sauce Bolognese Prozis – J’annonce de suite : oubliez la texture d’une vraie bolognese. Cela dit, si vous cherchez le goût de cette sauce pour 0kcal ou presque (2kcal la cuillère soupe), c’est la sauce qu’il vous faut. Elle est parfaite sur du poulet, des pâtes ou du riz. 
    Zero Bolognese, €2.19 le tube de 270g 

 

prozis sauce bolognese thefitnesstheory assiette avis
Pour vous donner une idée, sur le poulet cest la sauce Bolognese Prozis!

 


 

Coté Protéines whey & Nutrition Sportive

Pendant & Après l’entrainement

  • L’isolat de whey – absolument 0g de sucre. Je n’ai goûté pour le moment que la version chocolat & beurre de cacahuète, que je trouve très sympa, mais j’ai hâte de tester les autres. 
    Isolat de Whey Prozis, €24,99 le sac d’1kg

 

  • Le préworkout EnergyCharge Professional
    Pour les entrainements vraiment intenses, il faut un peu plus qu’un café pour trouver l’énergie nécessaire. C’est ce que propose ce préworkout, qui est à la fois source d’énergie (fructose, maltrodextrine) et un booster (taurine, BCAA, créatine). Il est parfait avant une séance longue qui va taper dans vos réserves – comme par exemple, un cours de MMA ou une séance de crossfit. 
    Attention, il contient en plus des excitants un concentré de carbs, histoire d’avoir de l’énergie à dépenser. Il n’est donc pas lowcalorie 🙂 
    Preworkout Energy Charge Professional, 39,99€ le pot 



Les snacks protéinés:

  • les crèmes chocolat hyper protéinée Zero Pudding
    J’avais été dégoutée prozis pudding zero snack healthy avisdes crèmes “régime” que l’on trouve en France, et bien j’ai trouvé la solution ! Les crèmes Prozis ont un goût très peu sucré mais vraiment fort en chocolat noir, et les macros sont au top ( par pot : 103kcal, F:2.7g C:2.4 P:15 ). 
    La version vanille est aussi super bonne – peu sucrée, très oncteuse, elle est parfaite pour finir un repas quand on a encore un peu faim.
     Zero Pudding, €6.99 les 4 pots 
  • Petite barre Protéinée Zero Snack 
    Ces toutes petites barres sont pratiques pour avoir un snack dans son sac quand on a envie de grignotter. Le goût est bon, mais un peu sucré pour moi – la version chocolat est la meilleure 🙂
    Coté macros: par barre (35g) : 109kcal, F:3 C:4.2 P:12.6
    Zero Snack €14,99 les 12 barres 
  • Snack Zero Cookie – alors non, on retrouve pas la texture d’un cookie du tout, et si vous avez déjà mangé d’autres barres protéinées, vous pouvez imaginer la texture (un peux molle et pâteuse). Cela dit, le goût double choco est vraiment bon, et coté macros, c’est mieux que pas mal des snacks hyper protéinés des autres marques : par cookie (60g),  188kcal, F:5.3 C:7.2 P:21.6 (avec seulement 3g de sucre, contre 10g pour la plupart des barres que l’on trouve en pharmarcie en France). A choisir, je continuerai de me tourner vers les Quest Bars, mais elles sont plus (vraiment) chères, donc c’est à vous de voir ce que vous privilégiez. 
    Zero Cookie, €19.99 les 12 
  • La pâte à pancakes protéinée – j’en ai déjà parlé dans l’article de comparaison des pâtes à pancakes toutes faites ici, mais j’aime beaucoup le produit Prozis : elle est facile à mélanger (même avec de l’eau) et pour le coup, super light coté macros (
    par dose de 25g (environ 4 pancakes): 92kcal, F:1.2 C:6.2 P13.7). A essayer absolument ! 
    Pancakes + Protein, €13.99 le sac de 900g

     
pancakes prozis préparation thefitnesstheory
La pâte à pancakes pépite de chocolat, mélangée avec beaucoup deau – pour en faire plus 😡 –

 

 


 

Le code Promo TFT10 donne 10% sur tout le site Prozis.fr

A votre tour maintenant ! Quels sont vos produits préférés chez eux? Lesquels faut-il éviter ou absolument essayer? Dites moi tout en commentaire ! 

Voilà 4 ans que je vais à la salle de sport tous les jours ou presque. Si ça me permet d’avoir une routine sportive bien rodée, il y a des jours où j’ai envie de travailler autrement, et d‘utiliser la force acquise en muscu pour faire quelque chose de plus fun. J‘ai déjà testé l’escalade plusieurs fois – que ce soit sur des murs à corde ou en salles de bloc – et je trouve le ressenti vraiment intéressant : on travaille le haut du corps de façon très intense, mais on apprend aussi à jouer avec son centre de gravité, son équilibre et à utiliser le poids de son corps pour avancer. Le grip est aussi très sollicité, et on sort d’une séance d’1h relativement fatigué !
Lors de mon passage à Paris cet été (2018), j’ai eu la chance de tester le concept d’Arkose Nation, qui mélange murs de bloc, yoga & restauration, dans un environnement détente ultra mignon. 

arkose nation paris escalade

arkose nation paris escalade bouldering

Déjà, Arkose, c’est quoi?

Le groupe Arkose possède plusieurs salles d’escalade un peu partout en France (Lyon, Bordeaux..) et à Paris. L’idée, c’est d’offrir des blocparks (des salles de bloc, donc sans harnais et sans corde) mais dans un esprit urbain, revisité, loin des clichés de la salle d’EPS, en gros. Résultat, on fait du sport, mais pas que, dans un environnement vraiment cool. Ils misent aussi sur le local et les jeunes artistes pour décorer les espaces – et c’est réussi.

Arkose Nation, une des salles de Paris, est une très bonne preuve de ce concept : Un espace immense, qui comprend 3 espaces de bloc, mais aussi un resto/café, un espace yoga, un sauna et un espace détente, à la déco vraiment soignée. 

J’en ai pensé quoi?

Déjà, pour avoir fait de l’escalade dans des salles à Singapour et à Dijon, je peux dire que l’ambiance est radicalement différente : exit le côté très froid des salles traditionnelles – ou on vient pour pratiquer un sport, et rien d’autre – le cadre est incroyablement accueillant, l’endroit (des anciennes manufactures), joli lumineux et très chill, et le staff vraiment adorable. On se sent à la maison, ou dans un espace de coworking ultra détente – les murs d’escalade en plus.

thefitnesstheory arkose nation escalade paris
(beaucoup trop de cheveux sur cette photo.)

Parlons du bloc, maintenant : les salles sont belles et très propres, les parcours vraiment fun et variés : de quoi passer 1 à 2h à escalader sans s’ennuyer une seule seconde. Au final, je trouve le bloc plus intéressant physiquement que les murs de corde, puisqu’on ne peut littéralement compter que sur soi même, la force de ses doigts, de son dos, de ses bras et sa confiance en soi. Puisque les murs ne sont pas très hauts, la chute ne fait pas peur (bien que le vertige peut être un frein, il faut se l’avouer), et on se perfectionne en s’amusant.

Le resto a une carte courte de produits frais – je n’ai pas eu le temps de tester, mais si j’ai l’occasion je reviendrai avec plaisir, les wraps ont juste l’air fabuleux. Les cafés en tout cas sont délicieux, et c’est parfait pour se ouvrir les yeux pour de bon, avant de se mettre à grimper ! 

Et si vous voulez essayer aussi?

Pour une expérience vraiment optimale, je conseillerais de viser plutôt les heures creuses (le matin très tôt, notamment), parce que ça a tendance à vite se remplir, même en semaine. 

On met une tenue de sport qui ne craint rien (parce que le talc, ça salit !) et des bonnes chaussettes, on emmène une bouteille d’eau, et une serviette si on compte se doucher sur place. 

Infos pratiques : 

Arkose Nation, 35 rue des Grands Champs, 75020 Paris
Horaires : tous les jours, 8am-minuit (escalade), 12-14h30 – 19h-22h45 (resto)
Plus d’infos sur le site d’Arkose Nation  (les tarifs sont sur le site, et on peut payer à la séance, avec un carnet de 10 séances ou prendre un abonnement)

Chaque week-end devrait comporter au moins une assiette de pancakes. C’est une sorte de base pour bien démarrer la journée, de quoi se mettre de bonne humeur et de se remplir le ventre. Cela dit, la plupart des recettes tradis sont très chargées en matières grasses et en sucre – peu d’intérêt nutritionnel, et pas vraiment l’impression de faire du bien à son corps. Cela dit, on peut tout aussi bien laisser tomber les traditions de grands mères, et se préparer des pancakes sains & légers. Pour cela, deux options : les faire vous même, ou utiliser des préparations toutes faites. Celles que je recommande sont hyper protéinées, en en font le petit dej ou brunch post-workout parfait – mais si je suis honnête, je peux vous avouer que j’utilise des préparations instantanées pour mes goûters au bureau, tous les jours. 
Voyons ensemble quelles merveilles de pancakes vous allez pouvoir préparer! 

Vous avez un peu de temps? Faites votre pâte vous même!

Je préfère remettre quelques liens ici, parce que rien n’est meilleur que d’une tournée de pancakes préparées avec amour.  Vous les connaissez peut être déjà, mais vous pouvez aller consulter les recettes suivantes pour faire vos propres pancakes à la main – et je vous promets que ça prend un peu plus de temps, certes, mais ça vaut le coup!

 

Pancakes d’avoine healthy


Dans le rush? Utilisez ces pâtes à pancakes toutes faites!

La pâte à pancakes Prozis

Les infos nutritionnelles: (pour 100g) 368kcal, 4.5g de lipides, 25g de glucides (dont seulement 2.5g de sucre), 55g de protéines. 

Ma review: Vraiment agréablement surprise : il suffit d’ajouter de l’eau ou du lait pour tourner cette poudre en des pancakes ou des crêpes (selon la quantité de liquide ajoutée). Il y a un choix assez vaste de saveurs, qui vont de Beurre de cacahuète à Cheesecake à la fraise – Je n’ai testé que Pépites de chocolat pour le moment, mais je sens que je vais bientôt faire une commande 100% pancakes pour toutes les essayer. 

Ou la trouver: La pâte à pancakes Prozis se trouve ici (code TFT10 pour 10% de réduc!)

View this post on Instagram

Weekend🎉🎉 Non seulement c'est pancake day, mais en plus c'est le jour où je retrouve l'amour de ma vie: les sauces sans sucre Walden Farms! Elles viennent de @prozisfrance ( 10% de réduc avec le code TFT10 ) et j'en parlais déjà ici y a 4 ans (😱 je me sens comme une vieille d'instagram du coup) Mais caramel et chocolat sont vraiment des tueries! Les pancakes cest aussi la préparation au chocolat de @prozisfrance et ils sont meilleurs que les myprotein.. Je pensais pas pouvoir trouver mais si 🙌🙌 (Je vous mets les liens en story!) Ce matin c'était leg day, cet aprem c'est krav maga et ensuite c'est une bonne nuit de sommeil ! 😴😴 vous faites quoi vous aujourd'hui? #pancakes#prozis#waldenfarms#flexibledieting#iifym#fitfrenchies#miam#crepes#breakfast#brunch#petitdej

A post shared by Charlotte – The Fitness Theory (@thefitnesstheory) on

 

La pâte à pancakes MyProtein

Les infos nutritionnelles: (pour 100g) 382kcal, 6.2g de lipides, 11.8g de glucides (dont 4.3g de sucre), 68,6g de protéines.
Plus protéinés mais aussi plus sucrés que la version Prozis, ces pancakes sont vraiment indiqués pour la récupération après l’effort. 

Ma review: Coté usage, elle est très simple à préparer – il suffit d’ajouter du lait et de mélanger pour avoir un mélange homogène. Personnellement, je préfère la laisser reposer une dizaine de minutes au moins au frigo, pour avoir quelque chose de plus épais. Elle ne fait pas de grumeaux, et fait des pancakes épais et moelleux, si on ne met pas trop de liquide.
Coté saveurs :J’ai goûté les saveurs chocolat, matcha et sirop d’érable. Je dirais que chocolat est ma préférée, mais pour les amateurs de thé, matcha est très bien aussi. 

Ou la trouver: Elle est dispo ici (code CHARLOTTE-R8K pour 25% de réduc!)

Et sur ces pancakes, on met quoi?

Qu’ils soient faits maison ou à base de préparation rapide, un pancake sans topping, ce n’est pas un petit dej, c’est une crêpe un peu grosse ^^’ Filez voir mon comparatif des sauces sucrées allégées histoire de trouver des idées – et oui, il y a des sauces caramel, chocolat et sirops d’érable sans sucre, alors.. pourquoi se priver ?!

 

Vous aimez les pancakes? Vous avez d’autres pâtes toutes faites à conseiller? Dites moi tout en commentaires!

Ce n’est un secret pour personne : je peux vous affirmer que le gras, c’est la vie. Enfin, pour être précise, les matières grasses saines (donc cette affirmation ne concerne absolument pas les trans-fats des fast foods, produits transformés et autres fritures en tout genre.. évidemment.) 
Pourquoi est-ce qu’on doit manger des matières grasses déjà? Parce que les lipides aident à réguler les hormones, la faim et sont nécessaires au fonctionnement de certains de vos organes, en plus d’être essentielles pour le renouvellement cellulaire -puisqu’un type de lipides, les phospholipides, sont la constituante primaire de la membrane cellulaire.
Si vous voulez plus de détails, je vous invite à relire cet article sur les matières grasses.
😀

Oui mais voilà, on ne sait pas toujours comment ajouter des matières grasses saines à son alimentation – moi la première, quand j’ai réalisé que je n’en mangeais pas assez (vous pouvez l’article sur le flexible dieting pour en savoir plus d’ailleurs!), j’ai cherché une solution qui pouvait couvrir tous mes besoins nutritionnels. C’est comme ça que j’ai découvert, entre autre, une marque Française, Quintesens Bio.

Puisque j’ai pensé que ça pourrait vous intéresser, voici une brève review de leurs produits. Si vous avez l’occasion de les tester, n’hésitez surtout pas à me donner votre avis en commentaires, ou à poser toutes vos questions! 

1. Les vinaigrettes Bio “Les Assaisonnettes” 

Je ne vais pas vous le cacher, c’est ma gamme de produits préférés chez eux : les vinaigrettes (appelées”Assaisonnettes”). Il y a 3 versions différentes, mais toutes sont faites avec 100% d’ingrédients agricoles bruts et Bio (aucun conservateurs ni arômes ajoutés!) et peuvent être utilisées chaudes ou froides (ce qui n’est pas le cas de toutes les huiles ^^’) Ca change vraiment des vinaigrettes toutes bêtes : elles sentent bon, elles ont du goût, et moi qui étais pas mal réticente à ajouter du gras sans ajouter de volume de nourriture, je trouve qu’on a un très bon compromis: on ajoute des “bonnes” lipides  (riches en Oméga-3 & Vitamine E), mais surtout beaucoup de goût aux plats & salades. Bref, c’est naturel, c’est bon au goût et pour la santé – que demande le peuple ! 

Les 3 sortes disponibles pour le moment sont: 

  • La Tonique : Gingembre, Curcuma, Citron – un peu exotique, elle a un goût vraiment marqué. Elle va à ravir avec de la semoule ou avec du poisson. Elle marche aussi avec des salades, évidemment. 
  • La Provençale : Vinaigre Balsamique, tomate séchée, thym – clairement bien nommée, elle rappelle le Sud de la France et la Méditerranée. Je l’utilise principalement sur des salades vertes et pour donner du goût à de la polenta. 
  • L’Intense : Moutarde à L’ancienne, Ail, Paprika – ma préférée, parce que c’est celle qui a le plus de caractère. Elle va particulièrement bien sur les salades de quinoa ou de blé, mais aussi sur du poulet. 

Pour trouver le revendeur le plus proche de chez vous, c’est par là et pour les trouver en ligne, c’est ici.

Les recettes ont été conçues par une experte en alimentation santé et cuisine Vegan et ça se sent – En vérité, vu qu’il n’y a pas d’additifs, c’est un peu comme manger une vinaigrette maison, sauf que les recettes sont plus travaillées (perso, j’ai la flemme de faire créatif, mais on se lasse vite de la vinaigrette toute simple, même quand on vient à peine de se remettre à manger du gras!) 

quintesens bio assaisonnettes vinaigrettes

2. l’huile Fit-Actifs Bio

Je vous en ai déjà parlé dans l’article sur les matières grasses, mais l’huile Fit-Actifs Bio de Quintesens a un avantage énorme : elle apporte la proportion parfaite d’acides gras essentiels (Oméga-3 et Oméga-6) et de la vitamine E, qui protège du vieillissement. 

Ca évite d’avoir à se casser la tête pour combiner les huiles et atteindre tous ses besoins journaliers, et en plus elle est super bonne. Donc… 

Pour trouver le revendeur le plus proche de chez vous, c’est par là et pour les trouver en ligne, c’est ici. 

View this post on Instagram

<le gras, c'est la vie> je le répète souvent, mais NE NEGLIGEZ PAS LES MATIERES GRASSES. Votre corps en a besoin pour fonctionner – et manger gras de fait pas grossir, seul un excès calorique est responsable! Jai remis en lien dans la bio l'article qui explique quelles sont les meilleures sources de lipides saines et pourquoi il faut en manger! ❤ En photo, un lunch au top: salade de quinoa, asperges, canneberge et du tofu revenu dans l'huile complète fit Actifs de @quintesens_bio, une combinaisons d'huiles differentes qui permet de couvrir une grande partie de vos besoins nutri d'un coup👌 j'en parle dans l'article donc filez voir! #mg#salade#healthyfood#tofu#soja#fruits#legumes#quinoa#boulgour#quintessence#huile

A post shared by Charlotte – The Fitness Theory (@thefitnesstheory) on

 

Et vous, vous connaissez les produits Quintesens? Vous les avez déjà testé ? Vous consommez suffisamment de matières grasses chaque jour?
Dites moi tout en commentaire!

 

Cet article a été écrit en collaboration avec la marque. Cela dit, je mets un point d’honneur à ne parler que des marques & des produits que j’affectionne véritablement. Je suis une consommatrice Quintesens, et compte bien le rester!

Vous cherchez des gants de muscu jolis mais surtout de bonne qualité? Vous n’en pouvez plus de porter des gants Domyos? J’ai sûrement ce qu’il vous faut! 
Ca ne surprendra personne, parce que je porte des gants G-loves depuis.. eh, bientôt 3 ans déjà. J’ai acheté ma première paire parce que je voulais ajouter un peu de couleurs à mes trainings, et j’en suis à ma 3ème paire – parce que oui, ils durent super longtemps. Je n’avais jamais pensé à faire un article à ce sujet (aussi parce que je voulais un peu garder cette découverte pour moi, j’avoue :x) mais depuis que j’ai parlé à la marque, j’ai découvert une team super sympa qui méritait de recevoir plus de commandes, alors… voilà ma review et mon avis sur les produits G-loves!  (et oui, il y a un code discount surprise en fin d’article!)

gants gloves muscu fitness femmes uniques
(ils ont des tas d’autres modèles, filez voir le site!)

Pourquoi porter des gants pour la muscu & le fitness?

Quand on a jamais essayé de s’entrainer avec des gants, on peut penser que c’est un peu superficiel. Pourtant, il suffit de faire un seul workout avec pour se rendre compte que c’est ce qui nous avait manqué depuis toujours ! 
Raison #1 : On a un meilleur grip. Si comme moi, vous avez les mains qui glissent, les tractions, farmer walks et autres deadlifts peuvent s’avérer un peu périlleux. Les gants ( les gants de qualité, je veux dire, puisque la plupart des gants de grande distrib ne servent à rien du tout dans ce cas)

Raison #2: On se fait moins mal aux mains.  comme les Spartan Races,On va pas se mentir, si vous vous entrainez beaucoup vous aurez quand même des cals à l’intérieur des mains, hein. D’ailleurs, appliquer de la crème hydratante régulièrement permet de diminuer un peu cet effet. Par contre, les gants limitent beaucoup la douleur et l’usure des mains. C’est vrai à la salle,c’est aussi vrai pendant des events de sport – durant lesquelles les gants sont LE truc à ne surtout pas oublier, histoire de ne pas se prendre d’écharde ou de se brûler les mains sur des cordes. 

Raison #3: ça donne de l’allure à n’importe quelle tenue. J’avoue, avant j’avais des gants tout moches achetés chez Decat. Le grip était nul, mais surtout, ils étaient assez vilains. L’avantage d’avoir des gants qui se voient bien (comme les gants G-loves 😉 ) c’est que ça donne (assez curieusement) une motivation en plus pour s’entrainer : la première fois que j’ai recu mes gants Mermaid, j’étais toute fière de les porter à la salle, et depuis.. le feeling n’est pas parti. C’est un peu comme quand on achète une nouvelle paire de baskets ou une nouvelle brassière de sport flashy : on a envie de s’en servir tout de suite et de faire des merveilles avec. 

gants gloves avis gants muscu femmes thefitnesstheory
Throwback : ma deuxième paire de G-loves, les 18K, quand je venais de les recevoir lo/

A propos de G-loves:

C’est une marque Américaine qui produit aux USA (ce qui est rare, puisque pas mal de produits fitness viennent de Chine, désormais) et créée par une passionnée de sport & coach sportive (à qui j’ai eu l’occasion de parler et qui est vraiment cool.) 
Je suis tombée sur leur site par hasard en cherchant des nouveaux gants, et le coté flashy et unique des produits m’a beaucoup plu. A l’époque, les frais de port étaient payants (et super cher), mais depuis, ils sont gratuits, même pour la France! 😀 

Les gants workout G-loves:

Comme je le disais, je possède 3 paires de workout gloves de chez eux et je n’imagine pas faire un training sans. C’est devenu une sorte de gri-gri, et je ne vois pas du tout acheter une autre marque. 

Les avantages: Ils sont jolis, hyper quali et les designs sont uniques – zéro chance d’en voir une paire dans votre salle de sport. Ils sont bien taillés (je porte des XS) et le grip est assuré par un matériau spécial à l’intérieur de la paume. Ils se serrent avec un scratch et ils passent à la machine sans souci. 
Coté longévité, ils sont littéralement increvables – chaque paire a tenu 1 an, et pourtant je les porte tous les jours. 

Les inconvénients: bon, si vous voulez passer inapperçu(e), c’est peut être pas la marque pour vous : les designs sont très flashy et on les repère bien. Il y a un ou deux modèles très sobres, mais le reste.. get ready pour des paillettes et des dentelles. Puisqu’ils sont fabriqués aux USA, le délai de livraison peut être un peu plus longs, et ils coutent un peu plus chers que les gants entrée de gamme.. mais en tant que consommatrice régulière, je peux dire que ça vaut le coup ! 

g-loves gants muscu femmes thefitnesstheory questbar
(normalement on est censés s’entrainer avec les dits-gants, pas braffrer des barres de protéines. Après je dis ça…)

(d’ailleurs petit disclaimer, je ne suis pas payée par la marque pour dire ça et j’ai payé chacune de mes paires – je fais juste passer l’info sur une marque que j’aime, rien de plus!)

Les autres produits:

Si je les connais principalement pour leurs gants de muscu pour fitgirls, ils ont aussi:
Des gants de muscu pour hommes (j’en ai offert une paire à mon mec pour ses trainings et il en est content, les gants taillent plutôt petits). Les designs sont moins fanfreluches, mais la qualité est là!

Des gants avec renforts en gel pour les sports avec beaucoup d’appuis comme le yoga, le pilates ou la dance (la gamme s’appelle Gelometrics) 
Des bandes pour protéger ses poignets (“wrist wraps”) pour la muscu

Des ceintures de muscu pour protéger ses lombaires pendant les deadlifts notamment. (Que j’aimerais vraiment tester à l’avenir, parce que je sens les limites de mon petit dos :/) 

Convaincu(e)s?

Vous voulez tester les gants G-loves? Visitez leur site et utilisez le code TheFitnessTheory pour débloquer un discount! 

 

Si vous avez déjà testé leurs produits, ou si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à les poser en commentaires, je suis toujours contente d’aider 🙂 

C’est (presque) bientôt l’été, et certains d’entre vous vont aller profiter du bord de mer pour se ressourcer. Je triche un peu, parce que j’habite dans un pays ou c’est l’été toute l’année, mais du coup j’ai eu le temps de tester pour vous 4 activités sportives au top, que je vous invite à essayer si ce n’est déjà fait ! De quoi rester fit sans y penser, et accessoirement dépenser les calories dûment ingérées à l’apéro (je vais pas gueuler si vous avez déjà la main dans le paquet de chips, c’est l’été et on se détend, c’est nooormal, mais tâchez de pas abuser non plus 😀 ) 

L’été, il est important de contiuer à se lancer des défis – c’est peut être aussi l’occasion de se découvrir une nouvelle passion, qui sait ! 


plongée sous marine quel sport faire cet été

1. La plongée sous-marine

Je vais pas être objective du tout, mais la plongée reste mon ENORME coup de coeur cette année, coté sport. Ca demande un peu de préparation et un peu de savoir, mais c’est de loin l’activité la plus jouissive que l’on puisse trouver à la plage – surtout si vous habitez Paris et que les fonds marins, vous ne les voyez qu’en fond d’écran Windows. 

C’est quoi le principe ? Aller voir les fonds marins sans se soucier de retourner à la surface, grâce à une bouteille d’oxygène et d’un détendeur. Selon le niveau de certification, on peut descendre de plus en plus profond, et si on a pas le temps, on peut faire une session baptême, pour découvrir le matériel et la discipline tranquille. 

Pourquoi je le conseille ? Parce que c’est une sensation vraiment inédite. On ne pense plus à rien, on se concentre sur ce qui nous entoure et sur notre respiration. Un vrai moment de calme et de découverte, qui fait un bien fou. 

C’est pour qui ? Ceux qui se sont toujours demandé ce qu’on trouvait dans les profondeurs de l’océan. Les amoureux de la nature, du silence, les bons nageurs. 

un petit conseil : faites un baptême (on sait jamais, il y a des gens qui ne supportent pas le sentiment procuré une fois plusieurs mètres sous la surface, ou le rythme de respiration) et si ça vous plait, passez direct la certification. Le PADI s’obtient en passant une épreuve théorique et une épreuve pratique après quelques sessions de training, et ça vaut vraiment le coup. 

On s’équipe comment? Les combis sont souvent prêtées par les clubs de plongée, mais vous pouvez aussi acheter la votre si vous comptez plonger souvent. Les modèles longs, comme celui là sont à privilégier pour les plongées en haut froide (perso j’ai froid très vite, donc je prends du long même en eaux tropicales) mais les versions courtes marchent aussi. (Pour les vêtements techniques en France, je trouve que le site Planet-Sports est assez fourni, d’ailleurs!) 


2. le wake board

quel sport faire l'été wakeboard

Pour ça, pas besoin de bord de mer (même si c’est plus sympa quand on est trainé par un bateau, mais j’y viens). On trouve un cable park vers chez soi, on enfile son plus beau gilet de sauvetage et on se prépare à boire la tasse au début. 

C’est quoi le principe ? Une planche, assez semblable à celle du snowboard, sur laquelle on s’attache les pieds. On est ensuite tracté par une force mécanique, le but étant de rester debout sur la planche, puis ensuite de réussir à faire des virages et des sauts. 

Deux options: La première, on va dans un cable park, et on est tracté par un mécanisme circulaire, et il y a des modules d’obstacles disposés ça et là pour les plus courageux.

La deuxième, on trouve une étendue d’eau ou l’on peut faire appel aux services et aux matos d’un pro et on est tracté par un bateau à moteur. Il est alors plus facile de se mettre debout sur la planche (puisque le bateau accélère progressivement), mais on a rarement d’obstacles sous la main pour s’entrainer aux sauts. 

Pourquoi je le conseille ? Parce que c’est vraiment fun et qu’on progresse vite. Les débuts sont un peu périlleux (se mettre debout surtout!) mais on prend vite le coup et on s’amuse pour de bon. C’est évidemment plus facile si vous avez déjà fait des sports de glisse avant, mais ce n’est pas obligatoire ! 

C’est pour qui ? Les adeptes de glisse et de sensations fortes. Ceux qui n’ont pas peur des courbatures non plus, parce que les lendemains de grosses sessions sont souvent douloureuses, dans les bras, le dos et le cou (parce qu’on a tendance à crisper.. surtout au début!)

On s’équipe comment? Pour moi, le plus important c’est d’avoir un casque à sa taille – parce que ceux des wakeparks sont généralement trop grands, et on se prive d’une bonne partie de la protection. On choisit donc évidemment un modèle résistant à l’eau  et, si on compte faire des figures (ou les essayer, tout du moins) on peut aussi ajouter une dorsale ou un gilet avec dorsale intégrée. 

 


3. Le surf

surf sport faire l'été
par contre, faites ça plutôt sur l’eau, hein. Au début au moins.

Rien ne crie plus “vacances” que le surf, pas vrai? 

C’est quoi le principe ? On a une grande planche, avec un petit aileron dessous, et le but, c’est de se réussir à se mettre sur une vague et se laisser glisser et porter le plus loin possible. (Je schématise à mort, hein, évidemment il y a beaucoup plus de techniques à découvrir ensuite, mais tenir debout, c’est déjà pas mal!)

Pourquoi je le conseille ? Parce que c’est un bon moyen de faire le malin sur la plage ! Plus sérieusement, c’est un sport complet, et une nouvelle façon de voir la mer. Ca demande des muscles, de l’équilibre, et c’est un bon moyen de rencontrer des gens très cools, puisque les premières sessions se font en groupe. 

C’est pour qui ? Les bons nageurs (il faut des épaules solides, tant pour se redresser sur la planche que pour nager jusqu’aux vagues) 

On s’équipe comment? Le surf pose 2 problèmes principaux à la peau : les frottements avec la planche et le soleil. On se protège donc le haut du corps et les bras au moins avec un teeshirt de bain à manches. Et si l’on vit vers la mer / l’océan, on peut aussi investir dans sa propre planche, vite rentabilisée ! 

 


4. Le Kite Surf

sport faire l'été
selon la légende, c’est mon copain Paulo lors de sa dernière session à Boracai.

(je dois avouer ne pas avoir eu l’occasion de tester encore, donc je m’en suis remise à un de mes meilleurs potes de Singapour, Paulo, qui a commencé le Kite l’année dernière et qui, en ses propres termes, est désormais un Kitesurfer pro lo/)

C’est quoi le principe ? Une planche comme au wakeboard, de l’eau toujours, mais surtout une voile, qui va servir à générer le mouvement.

Pourquoi Paul le conseille ? Des sensations de ride qu’on retrouve dans le snow, le ski, le surf. La sensation de vitesse, le potentiel frisson de l’apesanteur qui se maitrise avec la pratique et le faible danger de se faire mal (puisqu’on est sur l’eau – mais attention à toujours porter un casque quand même, les accidents arrivent!) 

C’est pour qui ? Ceux qui n’ont pas peur de se mouiller (il faut absolument savoir nager). Par contre, pas de contrainte spécifique en terme de fitness : même sans être un sportif chevronné, on y trouve sa place, ça fait plus appel à l’endurance qu’à la musculature pure ! On compte une douzaine d’heures pour être “ok” sur la board (c’est à dire pouvoir rider “upwind”, en vent de face pour éviter de se faire déporter) mais.. un peu plus si vous voulez tenter les figures. 

On s’équipe comment? Comme au wakeboard ou au surf, la protection avant tout ! On peut mettre un joli bikini dessous mais on oublie pas le tee shirt à manches longues, le gilet et le casque ! Un bas serré, comme un legging, est également conseillé. 

 


Et vous, c’est quoi votre sport de l’été ? Lequel vous aimeriez essayer ? Dites moi tout en commentaire ! 

J’ai un souci : depuis que je suis ado, je ne me tiens pas vraiment droite. J’ai les épaules en dedans, le cou baissé, bref, je me tiens mal. Quand j’y pense, je me redresse, mais puisque je travaille sur ordinateur (pour ceux qui ne sont pas au courant, je bosse dans le digital marketing pour des start-ups #3615MyLife), j’ai tendance à passer le plus clair de mon temps voutée. 

Il y a des exos pour aider à se redresser (je conseille d’ailleurs la vidéo en fin d’article pour  choper les bons reflexes à la fin de l’entrainement), mais j’ai eu l’idée de chercher coté Tech, si quelqu’un avait trouvé une solution à ce souci que beaucoup de gens ont. 

J’ai trouvé une startup qui produit un petit gadget connecté et relié à une app : Upright. Je les ai contacté, et ils ont été d’accord pour me faire tester, donc voici une review produit (non rémunérée, je précise) de cette petite chose blanche. 

upright test review
Voilà l’animal.

 

1. Déjà, Upright, c’est quoi ?

C’est un gadget connecté, un petit boitier blanc, donc, connecté en bluetooth, qui se colle entre les omoplates. La promesse, c’est d’aider à apprendre à se tenir plus droit histoire d’avoir moins mal au dos, mais aussi d’avoir un meilleur maintien.

Il a 2 modes : entrainement (training) et surveillance (tracking). 

En mode entrainement, il permet d”apprendre” à se tenir plus droit. Le programme est bati sur 21 jours (les 3 semaines qu’il faut pour prendre une bonne habitude, donc je vous ai déjà parlé à maintes reprises, mais plutôt à propos du rééquilibrage alimentaire :p). 
On met la bestiole dans son dos, et on paramètre l’app pour fixer des objectifs en fonction de son mode de vie. Ensuite, le boitier vibre à chaque fois qu’on ne se tient pas droit, un “gentle reminder”, en somme. Chaque jour, on a un objectif à atteindre, et l’idée c’est de faire 2 ou 3 sessions d’entrainement de quelques minuts ( 7 la première fois, puis la durée augmente), avec des pauses entre chacune. (parce qu’on ne se tient pas soudainement très droit tout le temps par magie, et que le corps, pas habitué, aura besoin de pauses.)

En mode surveillance, il enregistre juste les changements de posture, sans vibrer. Il permet de regarder si on a fait des progrès en cours de route. 

La recommandation du programme, c’est de finir les 21 jours, puis de l’utiliser 2 à 4 fois par semaine pour juste s’assurer qu’on ne perd pas les acquis. Il est construit sur la méthode dite “de répétition”, qui est la nouvelle tendance scientifique dans l’apprentissage (c’est ce qu’utilisent aussi des apps comme Duolingo pour l’apprentissage de la langue, par exemple.)

upright go unboxing
La boite contient le boitier, une petite housse de protection, le cable pour le charger, des adhésifs (pour accrocher l’objet à la peau) avec pads d’alcool pour les nettoyer, et une notice. Il y a aussi 2 stickers avec le logo de la marque, avec une petite notice qui explique que ce son des “mémos” à coller sur son ordinateur et sur son miroir, pour se souvenir de se tenir droit quand on le voit.

 

2. Comment ça marche ?

La mise en route est étonnament simple : on allume le boitier, on le colle en haut de son dos, sur la colonne, (avec des adhésifs fournis, que l’on peut réutiliser plusieurs jours, en les nettoyant avec les petits chiffons d’alcool fournis)  puis on le connecte à son téléphone (via bluetooth)

On calibre la position “upright” (c’est à dire bien droite), et on choisit soit le mode training, soit le mode tracking. Si on passe sa journée majoritairement assis, on le qualibre assis, sinon, debout.

En training, la bestiole vibre quand on sort de la bonne position. En tracking, elle ne dit rien. L’app est ludique et permet de tracker tout ça.

3. J’en pense quoi ? 

Les + : 

  • l’app est ultra simple à utiliser, et la mise en route est très rapide – j’avais peur que le calibrage soit un process long et pénible, comme c’est souvent le cas (Si vous avez déjà essayé de configurer une Wii Fit, ou une balance connectée, vous SAVEZ de quoi je parle.)
  • L’aspect gamification et tracking des résultats est simple, sans fioritures et ludique. Très bien, donc. 
  • Le boitier est esthétique – un peu épais à mon gout, mais une fois sous un tee shirt, il ne se voit pas.  La pochette de transport est hyper mignonne et très quali.
  • Sur le mode “training”, je trouve le concept intéressant. On peut régler la vibration, et ça fait un peu le même effet que quand vos parents vous mettaient les épaules en arrière en disant “mais tiens toi droit!”. Sauf que vous vous l’infligez tout seul, en quelque sorte.
  • Sur le mode tracking, c’est là peut être que je trouve le concept le plus intéressant : avoir la bestiole collée entre les omoplates, c’est déjà un rappel à lui tout seul., parce qu’on la sent en permanence quand même (en tout cas les premiers jours, puisque je suis au milieu de la phase de test, peut être qu’on finit par l’oublier?) Du coup, on a tendance à se tenir plus droit.. ce qui est un peu le but du bail. 

 

Les – : 

  • Parfois, la colle est un peu lâche, et il faut replacer le boitier.
  •  J’ai peur de manquer de bandelettes adhésives à un moment donné, mais on va voir combien de temps il me faut pour en rendre 1 inutilisable, déjà (et si je ne me lasse pas d’ici là).
  • le prix (90euros, il me semble, sur les shops en France). Ce n’est pas donné, mais si ça permet de corriger un vrai problème de dos et d’avoir moins mal, je pense que ce n’est pas une dépense abusive. Après, je comprends que ce soit disuasif pour certains. 

 

Si vous voulez tester :

Upright Go est disponible sur le site d’Upright pour 66 euros environ (il y a une promotion et il faut le commander en Dollars US). La team est vraiment sympa et ils ont à coeur d’écouter tous les feedback, bons ou mauvais, pour continuer à améliorer le produit! 

 

Vous allez tester? Vous avez testé? C’est quoi votre astuce pour vous tenir mieux? Dites moi tout en commentaire!



La vidéo “exercice” dont je parlais plus haut – à essayer, au moins pour détendre les muscles ! 

 

Une fois n’est pas coutume, on va s’éloigner aujourd’hui du fitness et de la nutrition, et on va parler d’un sujet qui fâche (enfin qui peut fâcher, mais qui n’a aucune raison de fâcher, au final) : les règles. Vous savez, le truc qui fait mal au ventre une fois de temps en temps, qui est un peu pénible pour faire du sport, et qu’il faut manager pendant une petite 40aine d’année si tout se passe bien. Vous voyez, donc. Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que j’ai été contactée par la marque Française Dans ma culotte, qui tenait à me faire découvrir leurs produits. Je vis à Singapour, et je dois avouer qu’ici il y a un vrai stigma autour des règles : presque aucun tampons dans les rayons, les cups je n’en parle même pas.. C’était donc une prise de contact qui tombait à pic. J’ai donc reçu plusieurs de leurs produits, et ai accepté de les tester. Je vous fais donc part de mon avis là tout de suite maintenant. 🙂

avis dans ma culotte review

Déjà, Dans Ma Culotte, c’est quoi ?

C’est une marque made-in-France, créée par deux femmes en 2014, et qui veut casser les tabous autour des règles. Les produits sont donc adressés à toutes les femmes, et vont des tampons aux serviettes hygèniques lavables, en passant par les cups. L’idée, c’est que chacune gère ses règles comme elle l’entend, et qu’il y a des solutions bonnes pour le corps et l’environnement, adaptées à tous les goûts & toutes les attentes. Les produits sont sans matériaux toxiques, fabriqués avec des matériaux de grade médical et conçus et réalisés en France ou en Europe.

La marque s’inscrit aussi dans une démarche humanitaire, en coordinant en France depuis plusieurs années le Menstrual Hygiene Day (qui est un jour international et qui permet d’étendre le savoir sur le sujet à travers le monde) mais aussi en envoyant des produits dans des pays en voie de développement, comme le Burkinafaso, ou l’accès à l’hygiène intime n’est malheureusement pas encore assuré pour beaucoup de femmes. 

Une jolie petite entreprise, donc, avec des vraies valeurs – et des produits très chouettes, que je vais vous présenter.

Coté produits, Dans Ma Culotte propose quoi ? 

là je vous parle que des produits que j’ai testé. Pour en savoir plus sur le reste de l’offre, je vous invite à aller voir directement sur leur site – y a des tas d’autres motifs et modèles, et ils ont du contenu informatif assez chouette ! 

  • La cup 

Pour celles qui ne sont encore pas familière – ou pas franchement convaincues par le concept – la cup, c’est un petit instrument qui se place dans le vagin et qui recueille le sang. On la vide et on la lave, et ça évite de galérer avec des tampons et des serviettes. J’avais toujours plus ou moins refusé de tester – parce que je voyais les soucis d’installation, surtout – et puis je me suis laissée convaincre l’année dernière. Au final, ça ne convient pas à tout le monde, mais c’est une alternative assez cool. La version de Dans ma culotte (la violette) est confortable, on l’oublie et puisque les conseils pour l’utiliser nettoyer sont dispensés par le site, on apprend à gérer son bail assez naturellement. A essayer pour les curieuses, clairement ! Coté qualité, elle fabriquée en Elastomère Thermo Plastique (matériau de grade médical, elle est donc garantie sans métaux lourds ni produits toxiques)  sans PVC et est hypoallergénique. Elle aussi garantie pour 5 ans – c’est donc un investissement sur la durée !

avis dans ma culotte review cup

Les cups coutent entre 23 et 25 euros

  • Les serviettes lavables

Autant la cup, je connaissais avant de recevoir les produits Dans Ma Culotte, autant la serviette lavable.. pas du tout. Il faut dire que je ne suis vraiment pas une utilisatrice de serviettes quoi qu’il arrive (j’ai arrêté le jour ou j’ai commencé à faire du sport tous les jours, je trouve ça d’une pénibilité extrême) donc je vais juste vous décrire un peu le produit. C’est donc des serviettes réutilisables, dispos en 3 tailles, qui se clipsent sous la culotte et qui permettent d’une part, de réduire le risque de désagréments dermatologiques que les serviettes normales provoquent souvent, d’autre part de sauver la planète en réduisant les déchets compliqués à recycler que sont les dites serviettes habituelles. On les porte, quand elles sont sales, on les replie sur elles-même et on les range, et le soir on les lave. C’est écolo et les motifs sont hyper mignons, mais ce n’est pas pour moi. A vous de voir, donc 🙂 

avis dans ma culotte review serviettes

Les serviettes lavables sont dispos à 17€ en plusieurs motifs (le GameBoy est mon préféré mais les autres sont très chouettes aussi), et en plusieurs tailles (selon les caprices de votre propre corps) 

Il y aussi des versions protège slips, et le truc que je trouve vraiment cute, un kit DIY pour les coudre vous même. (j’ai pas eu l’occasion d’essayer mais je trouve ça au delà du mignon donc je partage ! )

  • les tampons bio 

Là, c’est un produit plus “traditionnel” : des tampons. Sauf qu’ils sont bio et biodégradables, et que c’est un vrai plus par rapport aux produits de la grande distribution, qui, si vous avez un peu suivi l’actu, ont soulevé pas mal de questions ces derniers temps et qui contiennent pas mal de substances très contestables coté effets sur la santé. Ceux là sont fabriqués en Europe Coté utilisation, ils sont un peu plus rigides que ceux du commerce dont j’avais l’habitude.. mais à part ça rien à redire, ils sont top!

avis dans ma culotte review tampons

Les tampons dans leur petite pochette sont dispos ici pour 7,90€, et ils les vendent aussi en vrac. 

 

Globalement, j’en pense quoi ? 

Pour être honnête, j’avais hésité un peu à parler de ce sujet sur un site fitness. Et puis j’ai réalisé que le but de Dans Ma Culotte, c’était justement que les gens parlent plus librement des règles, et je trouve ça très bien. Les produits sont chouettes (parce qu’ils sont efficaces et aussi parce que les couleurs et motifs sont vraiment mignons) ils sont livrés avec des petites notices très mignonnes qui expliquent comment les utiliser, bref, c’est ludique et fun et je ne peux que recommander une commande chez eux pour tester 🙂


Vous connaissiez la marque ? Vous comptez tester leurs produits ? Vous êtes déjà familières avec tous ces modes de protection ou vous refusez d’en tester certains ? Dites moi tout en commentaire 🙂 

 

Oh! et le code promo CHARLOTTETFT donne 15% de réduction sur le site jusqu’au 14 Juillet, pour celles qui sont tentées ! 


Note: Ce contenu a été rédigé en collaboration avec la marque. Cependant, et j’espère que vous, lecteurs, vous le savez depuis le temps, je ne mens jamais au sujet d’un produit. Si je n’aime pas, je n’aime pas, et je n’ai aucun mal à le dire. J’essaye autant que faire se peut de soutenir des entreprises Françaises prometteuses, et je choisis mes partenaires avec soin! 

 

Quand j’ai commencé mon épopée pour perdre du poids, j’ai du apprendre comment compter les calories (je vous en parle d’ailleurs dans les petits rappels diététiques qui ne font pas de mal) et je ne rêvais que d’une chose: une façon de scanner les calories et les nutriments que j’avais dans mon assiette, histoire de ne pas me prendre la tête. Sauf que c’était en 2012, il y a donc 5 ans, et que les apps diététiques et fitness, c’était quand même pas la folie furieuse. Le temps a passé, et j’ai récemment découvert que mon rêve était devenu réalité: on m’a fait tester l’app Foodvisor (disponible sur iOs seulement pour le moment mais la version Android arrive bientôt), qui permet d’obtenir les infos nutritionnelle de son assiette simplement en la prenant en photo. “Est-ce que ça marche vraiment?” te demandes-tu. Bouge pas, je te présente le concept et te donne mon avis dessus di-rect.

app foodvisor calories

 

Déjà, Foodvisor, c’est quoi ? 

C’est une app mobile collaborative qui se sert d’une intelligence artificielle et la reconnaissance d’image pour.. compter pour vous les calories dans votre assiettes, donc. Coté utilisateur, la méthode est très simple.
On télécharge l’app, on crée son petit profil, et on commence à prendre en photo ses assiettes. Le système reconnait les aliments, évalue la quantité, et affiche quasi immédiatement le contenu nutritionnel de la dite assiette. 

La promesse? Manger mieux, plus sain et prendre soin de sa santé (et de son poids), sans y penser. 

app foodvisor

 

Est-ce que ça marche, en vrai? 

On y revient, Foodvisor est une app collaborative : ça veut dire que plus il y a de gens qui l’utilisent, qui prennent en photo leur plat et qui aident l’app quand elle ne trouve pas les aliments, plus elle devient précise. Personnellement, je l’ai trouvé déjà très très efficace – surtout que j’ai tendance à  prendre en photo des repas que je me fais à Singapour, avec donc des ingrédients qu’on trouve peu en France, et le résultat est au final assez cohérent. On doit ensuite parfois ajuster les quantités, et modifier certains ingrédients, mais la base de données est suffisamment large, et le système suffisamment efficace pour être très honorable.

app foodvisor
hop, ma grosse main avec en guest star une salade du tonnerre (et l’app, bien entendu)

Qu’est ce que j’en pense, au final ? 

Déjà, comme je l’ai expliqué précédemment, j’étais déjà à moitié conquise juste en voyant le principe, puisque ça fait des années que je me demandais quand ce genre d’app allait arriver. Et c’est pas forcément réservé à ceux qui veulent perdre du poids : savoir ce qu’on mange, être conscient de ce que sont les nutriments, de quoi on a besoin pour vivre et être performant au sport, quelles sont nos mauvaises habitudes aussi, c’est important. Je pense aussi que c’est une bonne introduction, ludique, pour tous ceux qui n’ont jamais vraiment fait attention. Tracker ses macros, surveiller les quantités de glucides/lipides/protéines, c’est souvent réservé (à tord!) aux sportifs de compétition et aux vrais dingos de nutrition. Là, l’app rend tout ça sympa sans être moralisatrice, et ça, on aime. 

Ensuite, je trouve le visuel de l’app vraiment sympa. Pour avoir été une utilisatrice de pas mal d’app qui trackent la nutrition, on rencontre souvent un problème majeur: elles sont très très vilaines et pas agréables à utiliser. Foodvisor est différente, et on sent que l’équipe qui a bossé sur le design et le coté ergonomique a fait un bon boulot. C’est pop, c’est coloré et c’est facile à comprendre et à utiliser.

Enfin, j’aime le fait qu’elle va plus loin que juste donner un appercu de la composition nutritionnelle des plats. Vous pouvez tracker vos progrès, mais aussi connecter Apple Health et entrer vos dépenses de sport, pour ajuster vos apports en fonction. J’aime l’idée que les apps de mon téléphone communiquent entre elles pour me fournir une information vraiment personalisée, et je trouve que Foodvisor a bien compris cette composante là.. on valide, donc ! 


Si vous voulez plus d’infos, je vous invite à aller voir leur site ou directement à télécharger l’app. Ca ne coute rien de la tester et de vous faire une opinion – et je serais ravie de savoir ce que vous en pensez. D’ailleurs, l’équipe est très cool et toujours prête à écouter les retours constructifs, donc je ferai passer si vous voulez 😀 

Vous l’avez testé ? Vous allez le faire ? Dites moi tout en commentaire ! 


Note: Ce contenu a été rédigé en collaboration avec la marque, qui m’a fourni les visuels. Cependant, et j’espère que vous, lecteurs, vous le savez depuis le temps, je ne mens jamais au sujet d’un produit. Si je n’aime pas, je n’aime pas, et je n’ai aucun mal à le dire. 😀

Ca faisait un moment que j’avais ça en tête : une Spartan Race, aussi “commercial” soit devenu le concept, représente quand même un joli challenge physique, et j’avais envie de tester mes propres capacités à l’affronter. J’avais pris mon dossard il y a un an, en 2016, pour celle de Juin en France. Et puis j’ai déménagé subitement à Singapour et n’ai au final pas pu participer. Sauf que l’organisation est mondiale et qu’elle se coure aussi à Singapour. J’ai donc directement pris ma place, en Sprint et en Open, et sans trop savoir à quoi m’attendre. Comme tout le monde, j’avais vu les vidéos (le teaser est en bas de l’article, si vous ne l’avez jamais vu) mais jamais affronté le montre obstacle – de ma vie, en fait. Puisque je sais que certain(e)s aimeraient en courir une aussi, voilà mon avis sur les Spartan Races et si oui ou non, vous devez essayer d’en courir une aussi ! 

1. Une Spartan Race, c’est quoi? 

C’est la course d’obstacle la plus courue au monde. Le concept a été lancé en 2007 par un groupe d’Américains, et est sponsorisé depuis 2012 par Reebok (d’ou le nom Reebok Spartan Race, que l’on voit partout). 

C’est une course sportive, (les participants sont chronométrés et le but est de finir le plus vite possible – et sans se blesser éventuellement) qui alterne course pure et obstacles d’inspiration militaire. Ramper sous des barbelés, porter des rondins de bois ou des blocs de pierre, monter à des cordes lisses, sauter par dessus des barricades : tout un tas de mouvements qu’on ne fait pas vraiment au quotidien (sauf si on est un marine), et même pas vraiment à la salle de sport (à moins que vous soyez motivés de dingue).

Il y a plusieurs types de parcours, dont les plus connus sont :

  • Sprint – minimum 5km et entre 20 et 23 obstacles
  • Super – minimum 12.8km et entre 24 et 29 obstacles 
  • Beast – minimum 19.3km et et entre 30 et 35 obstacles 

Je dis minimum, parce que c’est vraiment en fonction du terrain aussi. la Sprint de Singapour, et j’en parlerai un peu plus bas, faisait 8km cette année)

On doit affronter tous les obstacles, et si l’on échoue sur l’un d’entre eux, la “punition” est la même pour tout le monde : 30 burpees, qu’il faut finir avant de pouvoir poursuivre son chemin. 

Evidemment, la difficulté va croissante, et si on arrive à compléter les 3 (Sprint, Super et Beast) sur une année calendaire, on parle de gagner la “Trifecta“. 

A chaque course gagnée, on reçoit une médaille ronde, et un 1/3 de médaille, que l’on doit ajouter aux 2 des deux autres types de course pour faire une grosse médaille complète. (c’est anecdotique, mais je trouve le principe vraiment sympa.)

A noter qu’il existe des versions Ultra (sur une distance de marathon, 42km)  et également des opérations plus ponctuelles, et notamment des épreuves réservées à l’armée aux USA.

C’est quoi, la différence entre Open et Elite?

La catégorie Elite est compétitive : on n’a pas le droit de recevoir de l’aide sur les obstacles et les meilleurs coureurs gagnent des prix.

La catégorie Open est plus libre, et on a le droit de s’entre aider pour passer certains obstacles si besoin (les petits se feront porter, les rondins de bois se porteront à deux au lieu de tout seul, etc). Il faut donc avoir des gens sur qui compter dans les parages. 

Petite anecdote : en faisant les recherches pour cet article, j’ai découvert que le nom Spartan ne venait pas vraiment du coté historique, mais… du nom du lama domestique d’un des fondateurs. Pour la peine, photo de la lama.

2. La première Spartan Race, c’est comment?

J’imagine que si vous vous lisez tout ce qui se trouve sur leur site à propos des obstacles, si vous faites les trainings qu’ils conseillent et que vous avez l’opportunité d’aller tester les obstacles (ils organisent parfois des entrainements spéciaux), ça doit être beaucoup beaucoup moins flou que ça ne l’était dans la mienne quand j’ai pris le départ. Je suis du genre à me mettre la tête dans le sable avant d’affronter la difficulté (j’étais du genre à refuser de relire mes copies, ce genre de choses) donc j’ai complètement refusé de me renseigner. Bon. Du coup, le jour de la course, j’étais 1. très stressée, 2. pas du tout au courant de ce qui allait se passer. héhé. 

Au final il s est passé ça, cest à dire beaucoup de roulades dans la boue.

Le terrain, ça ressemble à quoi ? 

La Spartan de Singapour est installée à moitié sur un immense terrain de sport plat, à moitié dans la forêt. Il n’avait pas plu depuis très longtemps, alors ils ont innondé l’ensemble histoire de faire une grosse boue bien épaisse sur une grosse partie du parcours – pour le gaspillage, on repassera. Visiblement la boue est un élément nécessaire du concept, donc préparez vous à en trouver ou que vous couriez.. et à vous rouler dedans.

Le village de départ, il est comment? 
Ca se présente comme un village de course normal : des stands de nourriture et de fringues de sport, (très peu de stands cadeau de marque), et puis tout un tas de gens avec le même tee shirt Reebok – enfin 2 sortes, plutôt : ceux, tout propres tout beaux et tout stressés dans leur tee shirt de course, qui attendent le départ de leur vague, et les vraiment vraiment dégueulasses pleins de boue, avec le tee shirts de finishers, qui arborent une médaille un peu sale mais un sourire glorieux et soulagé. 

on doit emmener/mettre quoi ?

J’ai été optimiste et ai enfilé des baskets neuves. Pourtant, la présence de grand sacs poubelles remplis de chaussures à la sortie de la course était un indice majeur : les baskets ont du mal à y survivre. On met donc des souliers en fin de vie.

On opte pour un pantalon de sport long et moulant en synthétique (un legging de sport, quoi) et des chaussettes hautes – le but c’est d’éviter les brulures et échardes et coupures et.. bref. Les blessures, quoi. Mettez aussi des gants ( de training si vous avez, mais de jardinage ça marche aussi) parce qu’on met beaucoup les mains par terre / sur des trucs en bois / sur des trucs pas faits pour mettre ses mains dessus. Et ça rend les épreuves de corde BEAUCOUP plus faciles. 

Enfin, on oublie tout effet personnel (il y a de quoi déposer son sac, donc pas de souci) parce que s’encombrer c’est se ralentir. Il y a de l’eau distribuée le long du parcours, alors juste sa … et son couteau, et tout ira bien ! 

Une fois lancé, il se passe quoi ? 

La course en elle même… De la part d’une débutante absolue, donc, j’ai découvert les obstacles au fur et à mesure, ce qui m’a aussi permis de ne pas m’inquiéter à l’avance. Une fois qu’on est lancés, c’est trop tard, et on trouve un moyen de passer les obstacles. Vu ma composition, tous les obstacles qui faisaient appel à une force pure des bras et du dos ont été plus compliqués que les autres. Je n’ai fait les 30 burpees qu’une seule fois, après un échec sur la corde lisse – qui était en fin de parcours en prime. 

Et comment on fait, quand on a pas de team?

Je dois avouer que j’étais un peu optimiste, en partant seule. J’ai réalisé pendant la course que j’allais avoir besoin d’aide. J’ai eu la chance de tomber sur une équipe très sympa ( 2 jeunes hommes et une demoiselle) a qui j’ai pu m’associer – et ce sont même devenus de très bons potes depuis (parce que souffrir ensemble, ça crée des liens pour sûr!). Ils m’ont porté (ou du moins propulsé) sur 2 obstacles. C’est aussi ça, faire 1m58 et penser qu’on est une Spartiate. 

Ca s’est fini comment?
Très, très bien. Et avec une bière aussi, offerte sur la ligne d’arrivée. On a eu les temps quelques jours plus tard, et je ne pensais pas m’être aussi bien débrouillée : 1h41 pour finir le parcours, dans le top 7% de l’Open Sprint (140ème sur 2000 et des brouettes). J’ai une jolie médaille, 2 jolis tee shirts Reebok… et une inscription quasi validée pour la Super qui se tient en Malaisie dans 2 mois. 

Et un sourire de ligne d’arrivée, qui dit que ça fait du bien quand ça s’arrête.

3. Est-ce que TU dois courir une Spartan Race?

Assez parlé de moi, si vous lisez ça c’est que vous avez envie d’en courir une aussi.

Je pense sincèrement que c’est un challenge physique très très sympa. Par contre, je le déconseillerais à des débutants complets, qui ne courent pas du tout habituellement (je ne suis pas une grosse coureuse, mais 8km, il faut quand même les tenir, même si on a la possibilité de marcher si vraiment ça ne va plus) et à ceux et celles qui ne s’entrainent jamais au poids du corps – il faut quand même grimper des trucs et porter d’autres trucs, et ça demande un peu de muscles et de connaissance de son corps. 
Pour tous les autres, sportifs et sportives occasionnel(le)s ou confirmé(e)s : FONCEZ. C’est une expérience vraiment géniale, tous les coureurs sont dans la même galère donc on partage un moment avec des centaines de personnes, et on est très très fiers une fois la ligne d’arrivée franchie. Au pire du pire, vous ferez beaucoup de burpees, mais si vous décidez de tenter la Sprint, il n’y a aucune raison de ne pas la finir. Ca fait des jolies courbatures le lendemain (et pendant une grosse semaine, en fait) mais ça fait surtout des souvenirs cools et ça ravive n’importe quelle motivation. 

Alors, on y va ? 😀 Vous comptez en courir une bientôt ? Vous vous entrainez pour ça ? Dites moi tout en commentaire!  

 

 

En bientôt 5 ans de blogging, j’ai collaboré avec beaucoup de marques. Protéines, compléments, vêtements.. et j’en passe. J’ai sélectionné, parmi toutes les marques que j’ai cotoyé (et que je cotoie toujours), mes préférées, et récupéré des codes promo pour vous. 
Si vous avez le moindre souci avec l’activation de ces codes, n’hésitez pas à m’envoyer un mail sur thefitnesstheory @gmail. com (sans les espaces) pour que j’arrange tout ça 🙂 

 


Alimentation du sportif  : 

Prozis

protéines & compléments pour sportifs – ma review de leurs produits ici ! 

10% sur absolument tout avec le code TFT10 
à checker absolument si vous cherchez des produits “low cal”, ils ont les sauces WaldenFarms, des snacks supra lights, les barres Quest, etc.

mes produits préférés: 

Les sirops Walden Farms 0 calories (le chocolat est une tuerie!)

Les pains à burger ultra light (seulement 155kcal le bun!) Lean Burger

Les barres Quest Bars – qui sont pour moi les meilleurs barres protéinées jamais créées,et je n’exagère pas du tout. 

 

 

quest bars prozis code promo thefitnesstheory——————-

MyProtein

protéines et compléments pour sportifs : code TFT pour 30% de réduction sur votre commande ! 

mes produits préférés: 

L’impact whey – très bon rapport qualité/prix, et goût chocolat noisette au top

Le sirop sans sucre et 0kcal saveur pancakes (épais à souhait!)

 

——————-

STC Nutrition 

 produits Vegan & compléments pour sportifs : -15% sur toute la boutique en utilisant FITNESSTHEORY  (ce qui inclue les produits STC mais aussi tous les autres, y compris les vitamines!)

mes produits préférés: 

Les barres Vegan, qui m’ont accompagnées sur toutes les Spartan Races et qui sont parfaites pour un boost d’énergie 

le Granola Vegan (parfait avec du yaourt (de soja, si vous voulez rester sur du vegan) ou n’importe quel pancakes pour une touche de croquant ! 

 


Vêtements & accesoires de sport : 

Prozis

 vêtements et accessoires :  10% sur absolument tout avec le code TFT10 (ils ont des marques très cools, comme Venum, Nike, CompressSport…)

mes produits préférés: 

tous les produits Venum – qui sont au départ destinés à la boxe, mais ils ont aussi une gamme fitness & muscu qui est à tomber! 

la gamme de CompressSport 

——————-

G-loves

gants d’entrainement uniques : 5% sur la boutique avec le code TheFitnessTheory 

mes produits préférés: 

les 18k wave – ma deuxième paire de chez eux 

les Grit & Glamour – mon achat le plus récent! 

J’étais une fan de café, avant. Une VRAIE fan, je veux dire, du genre à en boire 6 ou 7 par jour. Curieusement, c’était quand je travaillais à Paris, en fait. Et puis j’ai décidé qu’il était temps de passer à quelque chose de moins agressif (même si j’aime toujours un bon espresso, hein!) : le thé. Au début, j’ai opté pour du en sachet, et puis j’ai réalisé que c’était quand même chouette de le faire infuser soi même. Depuis, je fais l’effort d’acheter du thé en “vrac” et à faire moi même mes boules à thé avec amour.  Ca fait un très très long moment (ça doit faire plus d’un an déjà!) que j’ai des produits Fit Tea à la maison. J’en ai parlé avec la marque qui m’a proposé de tester leurs nouveaux produits, alors je vous donne mon avis sur la gamme là tout de suite maintenant!  Le code promo TFT15 donne 15% sur toute commande sur le site, donc à vous de voir si vous voulez tester ou pas 🙂 Si c’est le cas, n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, je serai curieuse de comparer 😀 review fit tea avis produits fittea


 Dans l’ensemble

Fit Tea est positionné sur la perte de poids et le fitness, mais n’étant pas une fervente adepte des détox, je ne peux pas m’avancer sur ce point – je pense qu’une alimentation saine et équilibrée et du sport est la clé, et ne me repose pas sur des produits pour faire descendre le chiffre sur la balance. Donc outre les vertus des différents ingrédients (que vous pouvez checker sur leur site), ce que j’aime surtout c’est le coté qualité des produits et le goût. Tous les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique et sélectionnés avec soin: c’est bon en goût et pour le corps. Les accessoires sont de bonnes factures, même si je ne suis pas fan des petits infuseurs. La bouteille à infusion en verre cela dit est vraiment cool, puisqu’elle permet de faire refroidir le thé au frigo, et le boire à tout moment de la journée. Le packaging est joli et permet de refermer les paquets, c’est globalement bien pensé. Le prix peut être un petit bémol pour certains, mais au final, les sacs durent assez longtemps (ça dépend de combien vous mettez de thé à chaque fois et de la quantité d’eau, au final, les cures 28 jours peuvent durer plus que ça). Coté thé, j’ai mes petits préférés et ceux que j’aime moins, je vous en parle ci dessous. C’est un avis personnel, les  goûts et les couleurs…


Le Body Detox Tea

review fit tea avis produits fittea C’est le premier thé que j’ai testé. Le goût est très floral, et je le trouve meilleur infusé et laissé au frigo, pour se désaltérer tout au long de la journée. A base de thé vert, de gingembre et de pissenlit, il est bourré d’antioxydants. Il est surtout très bien le matin. 

le body detox tea coute 19.90€ et est en vente ici


Le Superfruit Detox Tea

fit tea superfruit
(je vous ai refait une photo pour que vous voyez la couleur qui est juste incroyable :D)

Attention, boisson bien girly comme il faut. Déjà, parce qu’il est rose bonbon (ou rouge sang, selon comment vous laisser infuser) Ensuite, parce qu’il sent très clairement le bonbon acidulé aux fruits rouges. C’est mon
préféré, sans condition aucune
. Déjà parce que la couleur donne le sourire – on ne peut pas être triste avec un thé aussi pop dans les mains – et ensuite parce qu’il est super bon. J’aime bien le sucrer un peu, mais c’est à vous de voir ! Il contient des grains de grenade, des morceaux de fraises et de l’ortie. 

le paquet de cure de 14 jours est dispo ici et coute 19€90


L’inner balance Tea

review fit tea avis produits fittea C’est un thé à la menthe, avec des touches de mélisse et de fenouil. Il ne contient pas de théine, donc il est recommandé pour le soir, histoire de ne pas s’énerver avant d’aller dormir. Le goût est sympa, même si j’aurais préféré un peu plus de menthe, au final. Ca change des 100% menthe du commerce en tout cas, et ça permet de varier. 

L’inner balance est dispo ici pour 9€90


L’inner beauty tea

review fit tea avis produits fittea C’est un mélange d’alchémilles, de cynorhodon et de cardamome. Non, vous en faites pas, les deux premiers me sont relativement inconnus aussi. Toujours est il qu’il est très sympa – il est un peu relevé, et il semblerait qu’il ait des vertus coté peau. Il est en tout cas très chouette  chaud et froid – et il fait partie des rares thés que je peux boire sans sucrer du tout (mais je suis un peu pénible de ce coté là :D) 

l’inner beauty tea est dispo ici et coute 9€90


Le Protection Tea

review fit tea avis produits fitteaLe Protection est un peu l’allié de l’organisme pour l’hiver: il est fait à base de camomille, ginseng, lavande et pissenlit et il aide à lutter contre les rhumes en plus de booster (gentiment), coté énergie. Il a définitivement un petit goût de neige, de fin fond de sous la couette. 

 Le Protection Tea est disponible ici  et il coute 9€90


Le Charity Chai (Wellness) 

review fit tea avis produits fittea C’est une édition spéciale pour Noël, encore disponible à leur ou j’écris cet article. Roibos, cannelle, gingembre, pas de doutes, il sent les fêtes de fin d’année à plein nez. Une partie des ventes est reversée à une assoc en Afrique, et ça c’est chouette. 

Le Charity Chai est disponible ici pour 9€90


Et vous, vous avez testé? Quel est votre thé préféré? Dites moi tout en commentaire ! 

Note: cette revue des produits a été rédigée en collaboration avec la marque. Cependant, elle reste 100% honnête: je ne parlerai jamais de produits que je n’aime pas ou que je ne consomme pas moi même. 

Manger healthy ne veut pas dire se priver des petits plaisirs de la vie. Une de mes habitudes préférées, pour les dimanches ou il fait trop chaud/trop froid et ou a envie de traîner : le brunch ! Et si vous cherchez ou bruncher à Paris, tout en faisant du bien à votre corps (et à votre esprit), je suis persuadée que vous aller adorer ces trois adresses que j’ai sélectionné pour vous. Tout est frais, fait avec amour, et absolument délicieux. A consommer sans modération. 😀 (d’ailleurs, les trois adresses peuvent servir pour le petit déjeuner ET le goûter, hein. On est pas sectaires.)

N’hésitez pas à me dire quelles sont vos bonnes adresses à vous en commentaire, parce que quand on aime, on partage 😀 


1. Wild and The Moon

Ouvert au début de l’année 2016, ce resto/café/endroit vraiment le plus mignon du monde est sans gluten et végétarien (quasi 100% vegan, à l’exception d’une recette ou deux, en fait.) On m’en avait parlé pour son matcha latte (qui est effectivement très bon mais le latte à la lavande est aussi une frappe, il faut bien l’avouer) et il était temps de goûter un peu la cuisine. Coté petit dej, on trouve des bols givrés d’açai, mais aussi des plats plus brunch, comme les toasts à l’avocat. En plat chaud, on mise sur du healthy aux saveurs multiples: on sent la recherche dans les recettes, et les ingrédients frais sont à tomber. Les salades sont légères et fraiches (mention pour les grains de grenade et le faux-mage), adaptées à des appétits plus petits. Les snacks enfin, comme le hummus, sont parfaits pour accompagner. Bref, une adresse au cadre très chouette et aux prix vraiment abordables, ou il fait bon se poser, hiver comme été. 

Wild & The Moon, 55 Rue Charlot, 75003 Paris 


Ensuite Paris restaurant healthy2. Ensuite

Tout récent, ce bar à jus pressé à froid sert des plats chauds, avec ou sans viande, aux recettes saines et créatives (le poulet à la citronnelle, accompagné de petits épis de maïs sautés, est parfait). Les plats sont réalisés devant le client, à base d’ingrédients pour l’immense majorité bio et locaux. C’est bon, c’est copieux, et on se sent bien en sortant de table – ce qui est quand même très chouette.

Coté jus, (le pressage à froid permettant de garantir la préservation des nutriments), ils collaborent avec un naturopathe pour proposer des recettes qui répondent aux besoins de chacun. J’ai testé l’antidote (celeri, pomme, raisin blanc, persil et gingembre), un poil sucré mais vraiment délicieux. En tout, on s’en tire pour une douzaine d’euros, et on ressort en se sentant BIEN. 

Ensuite, 27 rue des petits champs, 75001 Paris


Ce diaporama nécessite JavaScript.

3. BOL Porridge Bar

Situé dans le 10ème, cette petite enseigne trop mignonne porte bien son nom: on y sert des porridges chauds, mais aussi tout ce qui fait un vrai petit dej healthy (muesli, bircher, granola), des boissons chaudes, des jus froids et quelques plats chauds (que je n’ai pas eu l’occasion de tester, mais qui mériteront un retour, obligé). Outre les prix vraiment abordables (7 euros le porridge + boisson chaude), les recettes vont du très créatifs (bircher betterave, pomme et amande, servi froid et absolument génial) aux valeurs sûres (un porridge au beurre salé juste parfait). Il y a aussi un porridge du jour, pour ceux qui cherchent à se faire surprendre quotidiennement.De quoi commencer la journée du bon pied!

Bol Porridge Bar, 76 Rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris


Vous y êtes déjà allés ? Ca vous donne des idées? 😀 

Vous l’avez peut-être déjà vu passer sur les réseaux sociaux ou dans les placards de vos fit-copains. Il y a une nouvelle marque qui monte dans le secteur Healthy: FoodSpring. C’est une marque d’origine allemande, qui propose tout un tas de produits sains – allant de la whey aux chips de fruits, c’est dire si la gamme est large – dans de jolis packagings tous blancs.

Ils m’ont proposé de tester leurs produits et, en tant que grande gourmande ET fan de nouveautés, j’ai dit oui de suite. Voilà donc ma review de FoodSpring. Je précise qu’il s’agit d’un avis honnête – il est hors de question que je dise du bien de produits que je n’apprécie pas. 

Pour plus d’infos sur les produits, je vous invite à aller faire un tour sur foodspring.fr 🙂 

Foodspring avis review thefitnesstheory


De la marque FoodSpring, j’ai donc testé:

 

  • la whey Coconut

La whey (si vous avez lu mon article sur les protéines ici) est un atout dans l’alimentation des sportifs – et puis de tous les autres. C’est une protéine issue du lait, et foodspring a la particularité de la produire à partir du lait de vaches de paturage nourries à 100% de végétaux. On gagne donc en qualité – et puis en respect des animaux, et ça c’est très bien, comparé aux marques premier prix.

Pour le gout coconut, il est parfait, surtout pour la recette de crème glacée dispo ici – j’avoue, je ne la mange que comme ça ^^’

le pot coute 39.90€ et est disponible ici ils ont des autres saveurs, mais je ne les ai pas encore gouté, je ne peux donc pas donner mon avis dessus! 

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • Les barres protéinées

leur particularité, outre les 20g de protéines, ET le fait qu’elles contiennent des vrais ingrédients naturels pour leur donner leur gout, c’est qu’elles sont sucrées à la stévia. La texture est compacte, et elle se rapproche des questbars – plutôt que des habituelles barres de protéines qui s’émiettent. 

J’ai goûté:

chocolat: ma préférée. la texture est solide – je pense qu’un petit coup au micro ondes en fait un brownie fondant – et le gout est très chocolaté, mais dans le sens “cacao” et non pas chimique. Elle n’est pas très sucrée, et vraiment peu calorique (208 les 60g,  avec 20g de protéines). Vraiment très chouette. 

fraise: elle a le goût des fraises tagada. La texture est tres bonbon aussi – mais trop chimique pour moi, je ne suis vraiment pas fan. Si vous cherchez une barre proteinée façon carambar à la fraise par contre, elle est faite pour vous.

pâte à cookies: La plus neutre, le gout rappelle un peu le sucre vanillé et la pâte à gâteau. 

les barres protéinées sont disponibles ici – elles coûtent 2.49€ l’unité mais chacune fait 60g.. donc elles me font deux portions, perso :p Plus d’info disponible ici 

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • Le porridge hyper-protéiné

La marque vend des mélanges avoine/whey déjà prêts – beaucoup d’entre nous font le mélange eux même, perso j’utilise cette recette d’habitude – mais il faut avouer que c’est pratique, les matins ou on a pas le temps, d’avoir une version prête à l’emploi.

j’ai gouté pomme cannelle (je n’ai pas eu l’occasion de goûter les autres versions, mais la version fruits rouges me fait de l’oeil !) et je dois avouer que la texture est super sympa ! Il y a des morceaux de fruits dedans, le goût est bon sans être écoeurant.. J’ai été étonnée par le résultat, pour être honnête. (jétais habituée aux mélanges que l’on trouve en Angleterre, sans protéines et avec beaucoup de sucre.. du coup j’avais une sorte d’apriori négatif, qui s’est vite dissipé. 

Les poridges sont dispo ici pour 14,99 €

  • Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • Le beef Jerky

pour ceux qui ne sont pas habitués au concept – qui est très américain, quand même – le beef jerky, c’est des petits bouts de viande de boeuf séchée et (souvent) aromatisée. C’est le snack pour sportif parfait, parce qu’il est riche en protéines et faible en glucides. J’aurais préféré une version un peu plus épicée, mais c’est mon humble avis seulement ! 

Le beef Jerky Foodspring est vendu 3.99€ le paquet et est disponible sur cette page

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • les fruits crunchy 

Ce sont des morceaux de fruits séchés.. VRAIMENT crunchys. Pas juste des chips de fruits ou les espèces de fruits séchés un peu durs que l’on trouve dans le commerce, et c’est assez surprenant. Ce sont des vrais morceaux de fruits qui croustillent, et je trouve ca très sympa. 

4.99€ le paquet de 60g. Plus d’info dispo ici 

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • la poudre de fruits rouges

Dans la lignée de beaucoup de marques qui font des compléments alimentaires naturels, FoodSpring a sorti une poudre de fruits rouges, qui est composée de baies d’argousier, de grenade, d’acérola baies d’acaï, d’aronia et de baies de Goji. Le goût est très chouette – j’espère le tester bientôt dans du yaourt, mais je n’en ai pas chez moi en ce moment) le goût est différent des produits similaires que j’ai testé, plus sucré et qui porte plus sur le côté “baies” (groseille ou comme ca) que fruits rouges type fraise.  (et ça, je ne sais pas si c’est très clair, mais c’est exactement ce que j’en pense ^^’)

19.90€ le sachet, plus d’infos sur le produit ici 

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • Les graines de chia blanches

Je n’ai pas grand chose à dire sur ce produit en particulier, puisque je n’ai pas vu de différence avec les graines de chia d’autres marques que je consomme – je suis peut être ignorante sur le sujet, mais pour moi, elles ont toutes le même goût :p Il faut quand même noter que celles ci sont bio – ce qui est assez rare pour ce type de produits, au final, quand on regarde bien les étiquettes. 

le sachet coute 9.99€ et est disponible ici

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

  • l’huile de coco

C’est un ingrédient qu’il me manquait depuis un moment, et j’ai été contente de le trouver dans les produits Foodspring. Elle a le mérite d’être pressée à froid et d’être bio, ce qui n’est encore une fois pas le cas de beaucoup d’autres produits chez les concurrents – après, elle ressemble à toutes les huiles de coco en terme de goût et de texture.. Mais ca c’est normal je pense. :p

Le pot coute 6.99€ et plus d’info est disponible ici

Foodspring avis review thefitnesstheory

____________

A noter, la marque vend aussi toute sorte de compléments pour sportifs: vitamines, Créatine, L carnitine.. Et ca à l’air d’être leurs meilleures ventes. Je n’ai pas testé encore ! 

Oh oh et ils ont un service “body Check” dont je trouve le principe rigolo: il y a une petite évaluation rapide de vos besoins (selon vos objectifs, votre morphologies et vos goûts) et ils préparent un assortiment de produits sur mesure pour vous ensuite. Je n’ai fait que le test préalable mais les produits proposés me plaisaient.. Alors allez peut être checker si vous êtes un peu perdus dans leur offre :p 


Et dans l’ensemble, verdict? 

Je ne connaissais pas du tout cette marque, et j’ai été ravie de pouvoir la découvrir. Les packagings sont très jolis et épurés, les produits sont bons, Ils sont parfois un brin plus chers que des marques concurrentes, mais les ingrédients sont, semble t’il, de meilleure qualité. 96% sont produits en allemagne (d’ou la marque vient) – et perso j’ai tendance à faire confiance. Leurs édulcorants sont, à ce que j’ai pu voir, naturels. Et ça, on aime ! (parce que l’aspartame c’est tout nul.)

Donc oui, je passerai une commande bien volontiers – tester les autres porridges, les crunchy veggies, la BCAA… tout ça tout ça 😀 

J’attends vos avis si vous décidez d’essayer leurs produits, je serais curieuse de savoir ce que vous en pensez 🙂 

 


Cet article a été écrit en collaboration avec la marque, qui m’a fournit gracieusement les produits. Cependant, il s’agit de mon avis honnête – quand je n’aime pas, je n’aime pas – et je n’ai aucun interêt à parler de produits que je ne consomme pas personnellement. Si vous avez lu jusque là, sachez que la barre au chocolat est VRAIMENT une tuerie, et que j’en voudrais tous les jours pour le goûter. voilà voilà. 

 

Aujourd’hui, on dérive légèrement du fitness pur, et je vais parler d’un des moyens, autre qu’une bonne alimentation et de sport, de prendre soin de soi : les soins corporels. J’ai discuté avec Hello Body à ce sujet, puisque j’avais déjà testé leurs produits l’année dernière. C’est une marque d’origine Allemande qui se focalise sur les produits de beauté naturels à base d’huile de coco. Ils m’ont récemment proposé de tester leur gamme dans son intégralité. 
Pour vous donner un peu de contexte, je ne suis pas la plus girly des filles. J’ai assez peu le temps de prendre soin de mon corps au quotidien (et c’est bien dommage, parce que c’est quand même génial de s’accorder du temps pour soi!) donc je ne possède que le strict minimum, habituellement. (Une crème hydratant visage, une crème pour le corps et un masque pour les cheveux, en gros. Et c’est tout. :x) La proposition de Hello Body a réveillé mon intérêt, donc. je n’achète pas de produit parce que je ne sais pas comment les choisir, mais j’ai entendu beaucoup de bien de leurs produits, et ça valait le coup de tenter ! 

Voici donc une review (100% honnête ET écrite par une débutante en la matière, donc) de leurs produits. 

pour en savoir plus sur les produits ou en acheter, visitez leur site web ( le code TFT donne 15% de réduction sur toutes les commandes 🙂 )

hello body test avis thefitnestheory


HelloBody pour le corps

  • CoCo Glow Body Scrub 

c’est le premier produit de chez eux que j’ai testé. Il s’agit d’un gommage pour le corps à base de noix de coco et de café. Clairement, on sent VRAIMENT le café – perso j’adore, ça me donne un bon coup de fouet sous la douche et c’est vraiment agréable.  

Il coute 19€90 et permet au moins une grosse dizaine d’applications, plus si vous n’en utilisez pa trop à chaque fois (selon ma propre expérience). C’est un coup de coeur et un produit que j’utilise aussi souvent que possible (quand j’ai le temps, en fait.)

Plus d’info sur le coco glow body scrub ici

hello body test avis thefitnestheory

 

  • Coco Glam Pink Body Scrub 

Celui là est une nouveauté: c’est un gommage pour le corps complètement rose bonbon, dans un petit pot. Il contient du sel, de huile de coco et de l’amande.. et un peu de colorant quand même :p  Il s’utilise sur peau humide – comme n’importe quel gommage, en somme, et il laisse la peau toute douce (et un peu grasse, mais dans le bon sens du terme.)

 il coute 24€90.  Plus d’info sur le Pink Body Scrub ici,

 

hello body test avis thefitnestheory

 

  • Coco Cream Body Butter 

Alors là je vais avoir du mal à être objective, parce que c’est MON COUP DE COEUR GEANT. C’est peut être aussi parce que j’ai toujours utilisé des crèmes basiques, mais celle là est juste un bonheur. Donc reprenons. C’est un “baume” gras (un beurre, quoi) hydratant – qui est en fait un mélange de plusieurs beurres végétaux – et qui s’applique sur le corps. L’odeur est juste incroyable et la sensation d’hydratation reste plusieurs heures. Je l’utilise le soir avant de dormir et le matin mes jambes sont touuutes douces, et c’est vraiment top. Si je devais ne choisir qu’un produit de toute la gamme, ce serait claro celui là (voilà, c’est dit.) Soit dit en passant, il coute 18€90. 

plus d’info sur le Body Butter ici ! 

  • hello body test avis thefitnestheory

 

  • Coco Slim Body Oil 

C’est une huile en spray, présumée “minceur”, à base d’huile de coco. Sans faire perdre de poids (évidemment que non), elle permet avec les massages adéquats de diminuer l’effet “peau d’orange”. J’aime son odeur et la douceur qu’elle donne à la peau – mais je ne l’utilise pas assez souvent pour pouvoir juger de ses propriétés “slim”.

Plus d’nfo sur la slim body oil ici 

hello body test avis thefitnestheory


HelloBody pour le visage

  • Coco Clear Detox Mask

A base d’huile d’avocat et de .. boue, ce petit masque s’applique sur peau sêche pour nettoyer les pores. Il est super agréable à appliquer et laisse la peau fraiche (j’ai toujours un peu peur de sortir de ce genre de masque avec la peau toute sêche, et là ce n’est pas le cas). en plus, l’odeur est sympa. (attention, le pot est petit, donc on en met avec parcimonie si on veut qu’il dure longtemps)

Il coute 34.90€ et plus d’infos sont dispo ici 

hello body test avis thefitnestheory


HelloBody pour les cheveux

  • Coco Shine Hair Mask

C’est LA grosse nouveauté de la marque, et c’est un masque pour les cheveux à base d’huil. Le processus d’utilisation est un peu curieux, puisqu’il vient dans une poche en alu sous forme liquide : il faut placer la poche au frigo d’abord pour que le produit durcisse, puis on l’applique et on le laisse poser le plus longtemps possible (ils indiquent 30min). 

La poche a l’air petite, mais si on en met juste la bonne dose, il semblerait qu’on puisse une dizaine d’utilisations (après, perso j’en ferai moins, parce que j’ai les cheveux très épais et très secs. Oui, c’est un drame.)  Il coute 24€90. 

plus d’info sur le masque pour cheveux ici 

 

hello body test avis thefitnestheory

 

  • Hello Shiny Hair Brush

La marque propose aussi une brosse à cheveux – malheureusement, je ne peux pas vous donner un avis sur cheveux secs: ayant les cheveux très frisés, je ne les brosse que mouillées pour répartir le masque de façon homogène.. et celle ci marche très bien dans ce cadre, en tout cas ! plus d’infos sur la brush ici

hello body test avis thefitnestheory


Alors, verdict?

Dans l’ensemble, j’aime beaucoup la gamme. Certain(e)s pourront trouver les produits un peu chers par rapport à la quantité, cela dit. Encore une fois, j’aime tout particulièrement le gommage au café (leur grand classique) et le beurre hydratant, dont je ne peux plus me passer et que je re-commanderai (et recommanderai, du coup) à coup sûr. 🙂 

 

Je serais curieuse d’avoir vos retours à vous, que vous soyez une débutante comme moi ou une passionnée des produits de beauté. Si vous avez testé les produits Hello Body, si vous comptez (ou pas!) le faire, dites moi tout en commentaire 🙂 

ALORS. Je vous vois venir gros comme une maison “Beeerk!”. Ok, on a pas l’habitude. Mais pour aujourd’hui, on va ranger chacun ses préjugés de coté, et je vais vous parler d’une pratique qui prend gentiment de l’ampleur : le fait de manger des insectes. Aujourd’hui on apprend même un nouveau mot : l’ENTOMOPHAGIE. (Ca décrit juste le concept de manger des insectes, hein. Et entomologie, le fait d’étudier les insectes. C’est presque pareil, mais dans ton estomac. 😀 :D) 

Alors on se rassure, il est pas forcément question de manger des insectes sous leur forme naturelle. Personne ne va vous mettre des grillons entiers dans la bouche – a moins que vous ne soyez volontaires. Mais manger des insectes, c’est en fait très bon pour tout le monde (vous, moi, les populations en sous nutrition, la planète, les animaux de l’industrie alimentaire… BREF. TOUT LE MONDE, quoi. ) et je vais vous dire pourquoi. 

Alors on s’ouvre un peu l’esprit, et on lit ce qui suit. 😀 (et si on a la moindre question, commentaire etc, on met un petit comment tout en bas de l’article, je suis sûre qu’on peut avoir des discussions super intéressantes ensemble !)

manger des insectes
je vous ai même trouvé un petit gif de chat mignon pour vous amadouer.

 


  1. Pourquoi manger des insectes? 

a. Tout le monde le fait (ou presque) depuis toujours

On est là, dans nos petits pays super hostiles à ce genre de pratiques, à juger à toute blinde, mais on oublie que 2 milliards de personnes (pas 2 ou 3, 2 milliards) consomment des insectes. Depuis des milliers d’années. C’est donc pas une lubie sortie du chapeau, il y a environ 1500 espèces d’insectes comestibles, on sait lesquelles c’est.. c’est ni risqué, ni quoi que ce soit. 

N’oubliez pas qu’avant 1970, les occidentaux ne mangeaient pas de poisson cru non plus. Et maintenant, on se roule tous dans les sushis. Alors OH ! 

sushi mangers des insectes
et voilà ! .. je PLAISANTE, hein.

b. C’est bon pour l’environnement, ça coute moins cher .. et ça peut contribuer à lutter contre la faim dans le monde

C’est un fait, élever des insectes pour les manger à des tas d’avantages business et environnementaux.

D’ici 2050, il y aura 9 milliards de personnes sur Terre. Et il va bien falloir les nourrir. Nos modes de production, même intensifs, ne vont pas permettre de répondre à cette demande en terme de protéines. Si on ne change rien à notre production et consommation, on arrivera à une pénurie de viande à cette échéance là. L’idée donc, c’est de manger moins de viande, mais sans créer de carences en nutriments pour autant. (Il y a évidemment des sources de protéines végétales, coucou mes amis vegan, mais multiplier le champ des possibles est toujours une bonne idée, surtout que la culture de lentilles n’est pas gratuite non plus. eh.)

Coté coûts aussi, les chiffres sont parlants :

les grillons ont besoin de 12 fois moins de nourriture que les bovins (les grillons peuvent se nourrir des déchets alimentaires biologiques comme les peaux de bananes, etc…). Alors que les grillons nécessitent 15l d’eau, les bovins consomment 30000l d’eau pour grandir. Pour l’aspect environnemental: les grillons n’ont pas besoin de grands espaces pour se développer. Aussi, une belle illustration: un kilo de viande de boeuf (à produire) provoque le même impact de gaz à effet de serre que de conduire 250 kilomètres en voiture.

c. C’est plein de protéines

 Et là, c’est un point qui va parler surtout à mes copains fitness et rééquilibrage alimentaire : vous savez que les protéines, c’est la vie. 

Et de coté là, les insectes c’est quand même

oui oui.
oui oui.

assez incroyable : les dernières études parlent de 75% de protéines sur produit sec.. donc bien plus que n’importe quel légume of course, mais aussi plus que la plupart des viandes et des poissons ! 

 

 

Pour plus d’informations à ce sujet, vous pouvez aller jeter un oeil ici, c’est une infographei (en anglais!) bien gaulée sur les 20 raisons pour lesquelles les insectes vont être ancrés dans notre alimentation d’ici 10 ans. 


2. Et les insectes, c’est bon ?

La plupart des gens qui refusent d’essayer sont dégoutés à cause de l’idée même de consommer des insectes. C‘est un préjugé, et il est basé sur notre perception très occidentale – en vrai, les insectes n’ont rien de sale, ce sont des organismes comme les autres. Alors ok, ils ont plus de pattes que vous, mais de là à les juger aussi durement sur leur physique… ( #BodyAcceptance :p) 

Donc, comme je le disais en introduction, on est pas obligés de se caler en entier les insectes tels quels dans le gosier. Il y a différentes façons de les travailler, de les cuisiner, et dans certains cas (la plupart des produits vendus en Occident, en fait) on ne voit pas DU TOUT l’insecte. On ne le sens pas non plus : La plupart du temps, il est réduit en farine et permet simplement d’améliorer les propriétés nutritionnelles de ce à quoi il est mélangé. 

Alors c’est bon, oui, si le produit est bon. Une fois marié à d’autres ingrédients de qualité, on oublie super facilement ce que c’est (si tant est que ça vous dégoute un peu, alors que ça ne devrait pas) et … on se régale. 

Si vous testez les insectes “nature”, vous leur trouverez certainement un petit goût de grillé. Personnellement, je ne suis pas fan, mais c’est le goût, et non pas l’animal, qui m’embête. Donc à choisir, je suis beaucoup plus ready à manger des produits avec de la farine d’insecte ajoutée.. ou beaucoup d’épices 🙂 

 


3. Si je veux essayer, je les trouve ou, ces insectes comestibles ? 

Faut dire que manger des insectes, c’est pas encore suuuper installé dans les esprits. Ducoup, c’est pas suuuper installé dans nos grandes surfaces non plus. J’ai eu de très bons contacts avec des petites marques qui tentent d’implanter le concept en France et en Europe, alors je vais vous parler de leurs produits à eux. Au moins pour la curiosité, je vous invite à essayer, parce que c’est le premier pas qui est le plus difficile.. Mais ça fait un chouette cadeau, un truc à essayer en famille ou au bureau dont tout le monde se souvient (J’en avais emmené quand je bossais à Paris, et proposer des biscuits aux vers de farine à mes collègues reste un souvenir très très drôle :p) 

 

Les barres SensBar

Sensbar, c’est une toute jeune entreprise qui essaye de se financer sur KickStarter. Elle veut produire des barres protéinées à la farine de cricket super healthy : Faible en matière grasse, sans sucre ajouté, limitant les allergènes (sans lait et sans gluten). 

Quels produits j’ai testé?

  • Barre énergétique chocolat noir & orange : pas trop sucrée, avec un bon gout de 
    chocolat et une touche acide, cette barre a définitivement le goût de Noël (du moins, dans ma tête, mais c’est peut être dû à la buche orange/chocolat que j’aime tant.) Pafait pour un petit gout de boost en pré workout ! 

 

SENS-cricket-ENERGY_bar-dark_chocolate-orange(2closeup)

  • Barre énergétique ananas & noix de coco

Une douceur tropicale, super agréable et très fraiche. Encore une fois, les “énergétiques” sont relativement denses, donc elles sont parfaites quand on a besoin d’énergie. 

sensbar criquet manger des insectes

  • Barre protéinée cannelle et beurre de cacahuète :

(je dois avouer que je ne l’ai pas encore gouté, celle là, elle m’attend bien sagement dans mon placard.. prochain post work, promis !)

sensbar criquet manger des insectes

  • Barre protéinée chocolat noir et sésame :

Et là je ne vais pas être objective, parce que le chocolat et le sésame sont deux de mes saveurs préférées – et ça tombe très bien, quand on vit en Asie, ou beaucoup de desserts contiennent du sésame. Cette barre ne déroge pas à la règle, et pour le coup, elle se mange avec très grand plaisir. On sent bien les deux saveurs séparément, elle est nickel. 

sensbar criquet manger des insectes

 

pour plus d’infos, vous pouvez aller jeter un oeil sur leur site ici 🙂 

(je tiens à les féliciter d’ailleurs, s’ils passent par là, pour la beauté de leurs photos. En tant que bloggeuse food je suis complètement jalouse, j’aimerais que toutes mes illustrations de recettes soient aussi jolies 😡 😡 ) 

 


Les produits MicroNutris

 

manger des insectes

Micronutris, c’est une entreprise bien de chez nous – du sud de la France, plus précisement. Ils élèvent et transforment des insectes pour en faire des produits 100% naturels, bons et sains. 

J’ai gouté quoi de chez eux ?

  • les sablés citron et caramel : des petits gâteaux que ne soupçonnerait jamais de contenir des insectes. Le goût est vraiment bon (grosse mention pour ceux au citron!) et ils sont parfaits pour le goûter. 
  • les sablés oignon et fromage : plus pour l’apéro, ils se grignottent facilement. J’ai tendance à penser u’on sent un poil plus les insectes dans ceux là.. mais c’est peut être dans ma tête, aussi. 
  • les insectes apéros (nature et grillade, je n’ai pas gouté les autres) : là, pour ceux qui ont du mal avec le visuel, ça se corse un peu, parce qu’on voit les bestioles. Après, les versions aromatisées sont bonnes – mais on sent bien le goût fumé des insectes. 
  • Les torsades : LA vraie surprise de chez Micronutis. Des pâtes bourrées de protéines. C’est rigolo, on ne voit pas et on ne sent pas les insectes, et on est pas vraiment obligés de rajouter d’autres protéines avec. 
  • les chocolats (plus dispo pour le site) J’ai eu l’occasion de tester tout un tas d’assortiments de chocolats et ganaches avec des insectes dessus, et en plus d’être super esthétiques, c’était très très bon. J’espère qu’ils les remettront en vente à Noël prochain 🙂

leur boutique en ligne est ici 


 

Pour conclure, j’ai envie de vous dire que vous devez essayer. Parce que c’est bon pour tout le monde, mais surtout parce que je ne connais personne qui a essayé qui a ensuite gardé son avis “beuurk dégueu” sur les insectes ensuite. Et si on arrive à faire changer les mentalités, c’est pour le bien de tous, humains, planète et animaux. Alors si vous avez l’occasion… go go go !  

 

et vous, vous avez déjà mangé des insectes ? C’est quelque chose qui vous tenterait ? Cet article vous a un touuut petit peu fait changer d’avis ? Dites moi tout en commentaire 😀