Pourquoi je perds des followers sur Instagram

Certains l’auront remarqué et c’est un fait, en 1 an, j’ai perdu plus de 10,000 abonnés instagram (@thefitnesstheory). Je pourrais blâmer les changements d’algorithme, le fil non chronologique, la chasse aux faux comptes, et j’en passe. Mais ce ne serait pas tout à fait honnête de ma part. Evidemment, ces facteurs ont joué un rôle dans le déclin de ma page, mais il y a aussi des tas de raisons beaucoup plus tangibles, donc j’aimerais vous parler aujourd’hui. 

 

1. Ca fait 4 ans déjà que je fais ça – tous les jours. 

Ce compte Instagram, c’est quelque chose d’un peu précieux, une sorte de vieil ami, de doudou. J’ai commencé il y a 4 ans, quasiment en même temps que le blog, et je m’en servais pour montrer mes photos de recettes light. Je n’imaginais pas que la communauté allait grandir aussi vite, et je faisais juste ça parce que j’aimais vraiment cuisiner. J’ai rencontré des gens formidables, j’ai perfectionné mes techniques de photo et de cuisine. Ca a très vite pris beaucoup de place dans ma vie, puisque je devais me lever tous les matins pour prendre des photos à la lumière du jour, avant d’aller au bureau (jétais alors stagiaire à Londres.) Plus je postais, plus j’avais de followers, plus on m’encourageais : à manger mieux, à perdre du poids, à aller à la salle de sport. C’est un cercle, au début vertueux qui a fini par m’isoler gentiment.. et me rendre malade psychologiquement (voir l’article “fat to skinny to healthy“, ou je raconte comment je suis descendue à 37kilos sans m’en rendre compte.) 
Je suis revenue à la raison ensuite, et ai choisi de continuer, parce que je voulais aider d’autres comme moi, j’avais un savoir à partager, un amour pour la cuisine et le sport intact, et je savais que c’était bon pour moi.

thefitnesstheory avant après
(50 shades of rééquilibrage alimentaire)

 

2. J’ai grandi – et mes objectifs aussi

Oui mais voilà : ça fait 4 ans, et je suis passée de “vouloir être la plus fine possible”, à vouloir faire des performances : ça veut dire que je passe moins de temps à cuisiner et à arranger mes assiettes, et plus de temps à m’entrainer. Je compte mes macros, je fais des cheatmeals, je profite de la vie. Je suis de plus en plus loin de l’image “toute parfaite” d’instagram – je n’ai pas le corps d’une bimbo, pas de seins refaits, pas d’abdos exhubérants J’ai le corps d’une sportive, pas très grande, et pas dans les canons de beauté fit. Résultat, je perds sur instagram face à des nanas au physique impeccable, et c’est tout à fait légitime – je ne suis pas une fitgirl instagrammable.
Ca ne veut pas dire que j’arrête le sport, ou que je me laisse aller : j’aime foncièrement me dépasser, tester mes limites, faire sortir toute l’énergie que j’ai en moi. 
Je n’ai plus ni besoin, ni envie de prouver quoi que ce soit sur le niveau esthétique : je m’en cogne, tout simplement. J’ai un poids sain, des muscles, et ça vient avec quelques défauts. Et c’est TRES BIEN COMME CA.

thefitnesstheory instagram avant apres

3. Ma vie quotidienne a radicalement changé 

Il n’y a pas que mes objectifs, en réalité, qui ont été amenés à évoluer durant ces 4 dernières années – j’ai déménagé à 5 reprises (de Londres, au Costa Rica, à Chicago, puis en France, puis à Singapour). J’ai du me reconstruire une routine sportive et alimentaire à chaque fois, et les différences de fuseaux horaires avec la France ont beaucoup joué dans ma régularité.
J’ai aussi commencé ma vie professionnelle pour de vrai, et j’ai dû rogner un peu la place que je donnais à Instagram, aux photos de nourriture et aux selfies, pour pouvoir conserver ma routine sportive, une vie sociale et 9h par jour au bureau ou en voyage pro.

Je n’ai plus vraiment le temps de faire des jolies assiettes, à part le weekend de temps en temps, et je n’ai plus l’occasion de faire des photos en semaine, parce qu’il fait nuit quand je pars pour aller au sport puis au travail, et il fait nuit quand je rentre. 
J’ai été bloggeuse full time il y a longtemps, et ce n’est pas quelque chose que j’aimerais refaire : le blog & instagram me rendent heureuse comme un passe-temps, mais je ne veux pas en faire une activité principale. J’aime aider les gens, j’aime partager mes recettes, mais je ne veux pas m’enfermer dans ce monde un peu superficiel de nouveau.

food thefitnesstheory avant apres4. Ca ne veut pas dire que je laisse tomber, ou que je suis moins là pour les followers qui restent 

Alors 4 ans ont passé, et j’ai perdu du monde sur le chemin. Mais je suis toujours là : je réponds toujours à chaque mail qu’on m’envoie pour me demander des conseils, un avis, parce qu’on a besoin d’être rassuré ou prendre un petit coup de pied aux fesses amical. Je continue de cuisiner aussis souvent que possible et de partager mes meilleures trouvailles. Je me perfectionne en sport, et suis toujours prête à parler programmes et exercices à qui veut bien l’entendre. 
Je n’ai pas besoin de filmer chaque micro seconde de ma vie pour être présente pour ma communauté, celle qui m’a construit en tant que bloggeuse, en tant que sportive, et en tant qu’adulte bien dans ses pompes. 
Le nombre d’abonnés n’a plus aucune importance, puisque je n’ai plus besoin de ça pour me prouver ma valeur. Evidemment, je suis ravie d’en recevoir des nouveaux, et j’aimerais que ceux qui sont là (depuis le début ou depuis hier) restent, parce que partager sa passion avec autant de monde, ça fait quoi qu’il arrive chaud au coeur. Juste, une vie saine, ça ne se crée pas sur Instagram – ça se construit pour soi, et ça se garde pour toujours. 

10 Comments
  1. Personnellement, je préfère de très loin te suivre toi – avec ta bonne humeur, tes bons conseils, tes recettes sympas et tes performances sportive – que suivre une paire de fesses photoshopées pour être la plus parfaite possible. M**** quoi, les femmes ne sont pas seulement des boobs et des boules à afficher pour gagner des followers, ce sont de vraies personnes qui ont des trucs sympas à raconter, et je sais que j’adore suivre tes aventures Spartan Race qui me font littéralement baver d’envie, alors ne lâche rien 😀

  2. Tout à fait d’accord avec toi, je préfère suivre une personne qui partage ce qu’elle aime et non ce que la plus part des gens peuvent aimer!

  3. Bonjour,
    Alors moi je vais vous dire pourquoi j’etais partie et pourquoi je suis revenue… je suis partie car votre pratique sportive est trop extrême par rapport à mes aspirations (ex. Sport ou activité sportive tous les jours, etc). De ce fait, je ne me trouvais plus en adéquation avec votre routine.
    Pourquoi je suis revenue, car votre compte m’a de nouveau été proposé par Instagram comme je vis aussi à Singapour.
    Je vous voyais souvent il y a environ 2 ans du côté de Little India 😉 (Farrer Park).

    1. extrême, le mot est peut être pas là, disons que j’y consacre beaucoup de temps et d’effort parce que ça me fait du bien mentalement (et physiquement) et je peux tout à fait comprendre qu’on ait pas envie de se jeter dedans de la même façon. Chacun son rythme, et chacun ses objectifs aussi !
      Je poste assez peu de contenu sur Singapour et peut être que je devrais partager un peu plus sur notre jolie ville-état 🙂 Je vivais à Farrer Park avant de déménager dans l’est. Tu es toujours vers Little India?

  4. Eh bien moi je t’ai découverte par hasard après quelques recherches et je t’ai suivi parce que j’ai pu m’identifier à toi (j’ai été anorexique, orthorexique, boulimique… plus saine désormais malgré mes doutes constants).

    Et je continuerai à te suivre car tu es une source de motivation pour moi (même au niveau professionnel, tu assures malgré toutes tes activités et c’est un bel exemple !).

    Par contre je ne suis absolument pas inspirée par une paire de fesses tatouée xD
    En fait c’est très clair dans mon esprit : photo de gauche = vitrine vulgaire et racoleuse ; photo de droite = vraie sportive qui se donne à fond.

    Alors continue à être toi-même, parce que ceux qui restent sont justement ceux qui aiment ton caractère bien trempé (et on s’en fout de voir tes fesses haha) 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.