Faire des cheat meals, pour ou contre? Faut-il en planifier ?

Voilà un concept qui revient souvent dans le milieu du fitness et de la nutrition : le cheat meal, ou “repas joker”. C’est quoi, un cheat meal? En simple, un repas ou on mange ce que l’on veut, alors que l’on s’astreint à une alimentation stricte, le reste du temps. Pour beaucoup, il s’agit par exemple d’un repas ultra copieux dans un fast food (sur Instagram, le #cheatmeal c’est souvent un ou deux burgers avec une montagne de frites) ou dans un bon resto. Il peut aussi s’agir d’une soirée joker, ou l’on boit beaucoup plus que de raison. (retrouvez ici mon article sur la combinaison alcool et rééquilibrage alimentaire).
Mais alors, faut il faire des cheat meals de façon régulière? Est-ce que ça peut ruiner tous vos efforts, ou au contraire vous aider à rester motivés? On fait le point ensemble.

cheat meals pour ou contre thefitnesstheory
Quand t’as tellement abusé après un cheatmeal que tu roules.

Pourquoi ça peut être une bonne idée, de faire un cheat meal?

Planifier un jour de cheat meal (pour beaucoup, c’est un des soirs de weekend), 

pizza cat cheat meal

ça peutêtre une bonne façon de ne pas craquer le reste du temps : on se focus sur ce que l’on va “pouvoir” manger ce soir là, on réserve ses envies pour un moment donné, et on tient la barre les autres jours. 

Ca peut aussi être l’occasion d’une sortie entre amis, qui ne partagent pas votre mode de vie – et la vie sociale est importante pour l’équilibre mental & le bien être personnel : sortir une fois par semaine pour aller au resto et passer des bons moments sans se prendre la tête, c’est une très bonne idée, sur le papier. 

Il permet aussi, si vous êtes sur une diète plutôt faible en glucide (comme kéto, mais même low-carb) de reconstituer votre stock de glycogène – et d’avoir un regain d’énergie à disposition.

Aussi, si votre diète est suffisamment régulière le reste du temps, le corps a tendance à considérer le cheat meal comme une “anomalie”, et essayer plutôt de se débarrasser du surplus de calories plutôt que le stocker. Attention ! Ca ne fonctionne que si votre alimentation le reste du temps est saine et que vous ne sous-mangez pas ! Si votre diète est trop restrictive, tous les écarts seront vus par votre organisme comme une occasion de restaurer ses stocks, et de faire des réserves pour la prochaine période de famine. J’en parle pas mal sur ce blog, mais si vous tournez à moins de 1200kcal par jour (qui est le seuil de famine) ou si vous êtes au régime depuis très longtemps, tournez vous vers une méthode de reverse dieting, avant de considérer les cheat meals comme une option viable. 

 

Pourquoi ce n’est peut être pas une bonne idée, de planifier un cheat meal? 

Planifier un cheat meal, ça veut aussi dire être en total contrôle le reste du temps – si vous n’êtes pas en préparation d’un événement sportif ou d’une compétition d’esthétisme, adopter une diète plus flexible, avec disons 80% de contrôle et 20% de laisser aller “modéré” peut être une méthode bien plus saine pour atteindre vos buts.

Aussi, on a tendance à faire des choix peu judicieux pour le corps lors de cheat meals – et le fast food, en dehors des considérations caloriques, c’est surtout des produits vraiment pas top pour l’organisme, des matières grasses saturées, des conservateurs, bref, tout un tas de cochonneries qui ne vous font pas du bien physiquement. Mentalement peut être, mais le but du fitness & d’une alimentation saine, c’est justement de faire les meilleurs choix pour soi même, sa santé et son bien être, et un triple bigame tous les vendredis soirs.. ne rentre pas vraiment dans ce cadre là. 

Enfin, comme précisé dans le point au dessus, ça ne marche que si votre corps ne tente pas à tout prix de stocker l’excès de sucre et de gras parce que vous êtes en déficit calorique trop prononcé le reste du temps. Sinon, vous risquez de faire face à une prise de poids importante et extrêmement démotivante… le contraire du résultat escompté ! 

cheatmeal les bénéfices et désavantages

 

Du coup, les cheat meals, pour ou contre? 

Là, je vais donner mon avis personnel, et certains d’entre vous seront peut être en désaccord – je serai ravie d’en discuter en commentaires d’ailleurs !

Personnellement, je n’ai pas de cheat meal planifié, parce que je n’en éprouve pas le besoin : j’ai une diète suffisamment régulière 80% du temps, et si je veux me faire plaisir, je n’ai pas besoin de lâcher prise sur un énorme repas un soir de la semaine : je fais en sorte d’ajuster mes macros sur la journée, pour ne pas avoir à trop réfléchir quand je vais au resto, et je fais attention à “limiter la casse” quoi qu’il arrive. C’est une façon de faire qui me convient et qui me rend heureuse.

Si je veux vraiment me faire plaisir et lâcher prise entièrement, je vais systématiquement choisir un bon resto, avec des produits frais et de qualité, plutôt qu’aller défoncer une pizza. Je me sens mieux après, et c’est un peu plus cher forcément, donc je ne le fais pas toutes les semaines et j’en profite donc encore plus le moment venu. 
(pour une liste de mes restos healthy préférés et abordables à Paris, c’est par ici!

 cheat meals addition repas cheatmeal
Moi quand je regarde la note après un cheat meal dans un de mes restos préférés.

En conclusion, le choix de faire ou non un cheat meal planifié vous appartient, et doit correspondre à ce qui vous convient le mieux : si vous n’en éprouvez pas le besoin, passez outre et adoptez un régime équilibré avec des petits écarts ça et là. Si vous avez besoin d’un cadre pour ces excès, alors le cheat meal hebdomadaire peut être une bonne idée : il suffit d’essayer sur 1 mois, et d’analyser les résultats physiques et votre ressenti : une diète équilibrée, c’est une diète que vous pouvez tenir sur le long terme, et si ça implique un burger une fois par semaine, foncez ! 

 

Et vous, vous faites des cheat meals ou pas? Dites moi tout en commentaires ! 

2 Comments
  1. Hello Charlotte et tout le monde !

    Alors je suis assez d’accord avec toi sur le non intérêt du cheat meal (voire cheat day pour certains !). Personnellement, j’ai essayé et je trouve que c’est encore plus difficile de se remettre sur les rails après un repas où on mange de façon déraisonnable. En fait ça laisse toujours un goût de “reviens-y” auquel il faut résister. Et comme moi j’ai une volonté en dent de scie, je ne préfère pas prendre ce risque =)

    Par conséquent, j’approuve le 80% / 20% comme toi car il est beaucoup plus facile de manger raisonnablement tout en se faisant plaisir par-ci par-là. Sans forcément compter les calories d’ailleurs (perso je ne le fais plus).

    Selon moi, la clef réside dans l’écoute de ses envies gustatives et de sa sensation de faim. Par exemple, si j’ai envie de manger des frites une fois en passant, je ne me frustre pas, mais je ne le planifie pas pour autant.

    En fait ce qui me gêne dans la notion de cheat meal, c’est de tout planifier. Planifier son alimentation c’est courir le risque d’en faire une contrainte et un trouble. Il faut savoir rester léger avec l’appréhension de sa nourriture et ne pas forcément essayer tous les concepts qu’on voit sur les réseaux sociaux.

    Bonne santé à tous !

  2. Hello,

    encore un article sympa et j’avoue que je ne suis pas fan non plus du principe du cheat meal. Déjà parce que tout planifier au point de même planifier ses petits (ou gros 😀 ) plaisirs, je trouve que ça va trop loin, et puis parce que je vois pas mal de personne en profiter pour se goinfrer histoire de vraiment manger tout ce qui est ”extra” même s’ils n’en ont pas envie sur le moment.

    De mon côté, je n’ai pas de cheat meal programmé mais si je suis invitée à une soirée crêpes ou raclette, je vais me faire plaisir. Et si c’est deux fois dans la même semaine et ben tant pis, c’est pas régulier et je veux aussi garder la notion de plaisir à table ! 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.