Category

Sport & Fitness

Category

Voilà 4 ans que je vais à la salle de sport tous les jours ou presque. Si ça me permet d’avoir une routine sportive bien rodée, il y a des jours où j’ai envie de travailler autrement, et d‘utiliser la force acquise en muscu pour faire quelque chose de plus fun. J‘ai déjà testé l’escalade plusieurs fois – que ce soit sur des murs à corde ou en salles de bloc – et je trouve le ressenti vraiment intéressant : on travaille le haut du corps de façon très intense, mais on apprend aussi à jouer avec son centre de gravité, son équilibre et à utiliser le poids de son corps pour avancer. Le grip est aussi très sollicité, et on sort d’une séance d’1h relativement fatigué !
Lors de mon passage à Paris cet été (2018), j’ai eu la chance de tester le concept d’Arkose Nation, qui mélange murs de bloc, yoga & restauration, dans un environnement détente ultra mignon. 

arkose nation paris escalade

arkose nation paris escalade bouldering

Déjà, Arkose, c’est quoi?

Le groupe Arkose possède plusieurs salles d’escalade un peu partout en France (Lyon, Bordeaux..) et à Paris. L’idée, c’est d’offrir des blocparks (des salles de bloc, donc sans harnais et sans corde) mais dans un esprit urbain, revisité, loin des clichés de la salle d’EPS, en gros. Résultat, on fait du sport, mais pas que, dans un environnement vraiment cool. Ils misent aussi sur le local et les jeunes artistes pour décorer les espaces – et c’est réussi.

Arkose Nation, une des salles de Paris, est une très bonne preuve de ce concept : Un espace immense, qui comprend 3 espaces de bloc, mais aussi un resto/café, un espace yoga, un sauna et un espace détente, à la déco vraiment soignée. 

J’en ai pensé quoi?

Déjà, pour avoir fait de l’escalade dans des salles à Singapour et à Dijon, je peux dire que l’ambiance est radicalement différente : exit le côté très froid des salles traditionnelles – ou on vient pour pratiquer un sport, et rien d’autre – le cadre est incroyablement accueillant, l’endroit (des anciennes manufactures), joli lumineux et très chill, et le staff vraiment adorable. On se sent à la maison, ou dans un espace de coworking ultra détente – les murs d’escalade en plus.

thefitnesstheory arkose nation escalade paris
(beaucoup trop de cheveux sur cette photo.)

Parlons du bloc, maintenant : les salles sont belles et très propres, les parcours vraiment fun et variés : de quoi passer 1 à 2h à escalader sans s’ennuyer une seule seconde. Au final, je trouve le bloc plus intéressant physiquement que les murs de corde, puisqu’on ne peut littéralement compter que sur soi même, la force de ses doigts, de son dos, de ses bras et sa confiance en soi. Puisque les murs ne sont pas très hauts, la chute ne fait pas peur (bien que le vertige peut être un frein, il faut se l’avouer), et on se perfectionne en s’amusant.

Le resto a une carte courte de produits frais – je n’ai pas eu le temps de tester, mais si j’ai l’occasion je reviendrai avec plaisir, les wraps ont juste l’air fabuleux. Les cafés en tout cas sont délicieux, et c’est parfait pour se ouvrir les yeux pour de bon, avant de se mettre à grimper ! 

Et si vous voulez essayer aussi?

Pour une expérience vraiment optimale, je conseillerais de viser plutôt les heures creuses (le matin très tôt, notamment), parce que ça a tendance à vite se remplir, même en semaine. 

On met une tenue de sport qui ne craint rien (parce que le talc, ça salit !) et des bonnes chaussettes, on emmène une bouteille d’eau, et une serviette si on compte se doucher sur place. 

Infos pratiques : 

Arkose Nation, 35 rue des Grands Champs, 75020 Paris
Horaires : tous les jours, 8am-minuit (escalade), 12-14h30 – 19h-22h45 (resto)
Plus d’infos sur le site d’Arkose Nation  (les tarifs sont sur le site, et on peut payer à la séance, avec un carnet de 10 séances ou prendre un abonnement)

Je ne le dirai jamais assez, il n’y a pas que la diète qui compte, si on veut perdre du poids – surtout si l’on choisit la méthode du rééquilibrage alimentaire. BIENSUR qu’en fin de compte, c’est le déficit entre calories ingérées et calories dépensées qui fait perdre du poids, mais votre métabolisme répond aussi à tout un tas d’autres facteurs qui peuvent encourager ou freiner votre perte de poids. C’est le cas notamment du sommeil. On le dit souvent (et peu de gens écoutent) bien dormir est, avec l’alimentation et l’activité physique, est un des piliers de votre santé générale. C’est aussi un facteur majeur de votre fitness & de votre shape ! 

Je vous explique pourquoi tout de suite, en mettant en avant les risques d’un manque de sommeil.. et comment y remédier avec des astuces simples ! 

ru paul gif let's go thefitnesstheory

Pourquoi c’est important, le sommeil?

C’est important parce que c’est le moment de la journée durant lequel votre corps va s’activer pour tout réparer et remettre en état pour la journée du lendemain. Je le dis un peu simplement, mais ça implique : réparer le système cardiovasculaire, y compris le coeur et les artières, créer et réparer les tissus (notamment musculaires), réguler tout un tas d’hormones, bref, faire en sorte que vous soyez en pleine forme le lendemain matin. 

Si on ne dort pas assez, ça fait quoi? 

1.  Tous les mécanismes de “protection” de l’organisme ralentissent

Ca veut dire un risque plus élévé d’accidents cardiaques, mais aussi une fatigue physique plus marquée et de plus grandes chances de se blesser. Sur le plan mental, ça veut dire une plus grande émotivité, des temps de réaction rallongés et une propension au stress beaucoup plus importante.

Enfin ça, ce n’est un secret pour personne : quand vous ne dormez pas assez, vous êtes lents & grognons. On va pas se mentir, je suis pareil. #teamOurs

ours gif dormir manque de sommeil fitness
Moi quand j’ai pas assez dormi.

2.  Vous créez moins de muscles, et récupérez moins vite de vos séances

Puisque tout ralentit, la création de tissus aussi : à entrainement égal, vous créez moins de masse musculaire, vous avez plus de courbatures, et vous mettez plus longtemps à vous remettre de vos entrainements: de quoi ralentir drastiquement vos gainz! 

3. Vos hormones sont perturbées = vous mangez plus et stockez plus de gras

On a déjà parlé de l’insuline (qui transforme les sucres en matière grasse et les stocke) dans l’article sur l’Indice Glycémique, mais sachez que le sommeil joue un rôle fondamental dans l’utilisation des nutriments que vous ingérez – notamment des sucres que votre corps transforme en énergie ou store sous forme de graisse. Moins vous dormez, plus votre corps a tendance à stocker. 
Aussi, le sommeil impacte directement sur la Grhéline, l’hormone responsable de l’appétit : vous avez plus faim que d’habitude, vous mangez donc plus (parfois sans vous en rendre compte), et.. vous stockez encore plus. Voilà voilà. 

C’est quoi, dormir “assez”? 

Les besoins en sommeil sont propres à chacun – mais NON, même si vous y êtes habitués, votre corps ne peut pas se contenter de 5h de sommeil par nuit parce que vous l’avez décidé. Un rythme sain, c’est entre 8 et 9h de sommeil par nuit. Certains peuvent se contenter de 7h, mais ils sont rares, et vous ne pourrez savoir ce qui vous convient que si vous essayez pendant 1 mois de dormir 8 ou 9h. 
Aussi, il faut enchainer les cycles au maximum et les finir, pour tirer le maximum de nos heures de repos. (on voit ça dans les conseils ci-dessous!)

sommeil dormir gif chat
ça veut aussi dire ne pas se faire déranger pendant ses cycles de sommeil.

 

5 astuces pour dormir mieux  : 

1.  On prévoit AU MINIMUM 8 ou 9h pour dormir, pas moins.

Parce que s’endormir instantanément est assez rare, il faut vous laisser au moins la possibilité de dormir suffisamment. Mathématiquement, vous ne pouvez pas espérer dormir 8h+ si vous allez vous coucher à minuit et que votre réveil est prévu à 7h, ce n’est pas possible. 

2. On s’impose une routine “temps calme” avant de dormir

Je sais, je vais avoir l’air d’une veille rabat-joie. MAIS il a été prouvé que la lumière bleue des écrans (TV, téléphones, ordinateurs) a des effets très négatifs sur l’organisme avant de dormir : ils perturbent la production naturelle de mélatonine (voire point 5.) et excitent le cerveau – pas le rêve quand on veut dormir d’un sommeil réparateur. On coupe les écrans 1h avant l’heure d’endormissement prévue, et on prend un bouquin. Ca fait du bien au corps et à la tête! 

 

3. On essaye de trouver son heure de réveil “biologique”

S’il vous arrive parfois de vous réveiller encore plus fatigué que la veille, c’est parce que l’heure de votre alarme tombe au milieu d’un de vos cycles de sommeil, et pas à la fin de l’un deux. Résultat, vous interrompez le processus de récupération. 

Comment trouver l’heure de réveil “naturel”? Soit vous décalez votre alarme de 10min (avant ou après, essayez les deux!) et vous analysez votre ressenti, soit vous utilisez un tracker (une app ou un bracelet connecté) qui vous permet de déterminer la meilleure heure pour vous. (Le FitBit charge 2 notamment permet de créer une alarme sur l’heure de réveil la plus adaptée, je m’en sers tous les jours depuis que je l’ai acheté!) 

ça évite ce genre de réactions.

4. On fait du sport tous les jours (et on évite les siestes)

Ca tombe sous le sens, mais le sport (ou l’activité physique de manière générale) permettent d’accentuer la fatigue physique, qui favorise l’endormissement. On évite cependant de s’entrainer à moins de 2h de l’heure de coucher (parce que le corps se met en alerte pendant le sport, et que revenir au calme peut prendre du temps). 

5. Si besoin, on fait une cure de Mélatonine

Ceux qui voyagent beaucoup entre les fuseaux horaires connaissent bien, mais la 

mélatonine est l’hormone qui régule les cycles de sommeil. Le cerveau en produit naturellement, mais si besoin – ou pour se recaler après un décalage horaire, on peut prendre des cachets de mélatonine pendant quelques jours. Ca permet de s’assurer un sommeil réparateur, et ça fait du bien. 
Personnellement, je fais une cure tous les 2 mois ou quand je voyage, et j’ai vu une vraie amélioration, alors je partage ! 

Vous pouvez trouver de la mélatonine ici ! Le code promo TFT10 donne 10% sur toute la boutique. 


 

Et vous, vous dormez assez? Quelles sont vos astuces pour dormir mieux et plus longtemps? Dites moi tout en commentaires! 

Vous cherchez des gants de muscu jolis mais surtout de bonne qualité? Vous n’en pouvez plus de porter des gants Domyos? J’ai sûrement ce qu’il vous faut! 
Ca ne surprendra personne, parce que je porte des gants G-loves depuis.. eh, bientôt 3 ans déjà. J’ai acheté ma première paire parce que je voulais ajouter un peu de couleurs à mes trainings, et j’en suis à ma 3ème paire – parce que oui, ils durent super longtemps. Je n’avais jamais pensé à faire un article à ce sujet (aussi parce que je voulais un peu garder cette découverte pour moi, j’avoue :x) mais depuis que j’ai parlé à la marque, j’ai découvert une team super sympa qui méritait de recevoir plus de commandes, alors… voilà ma review et mon avis sur les produits G-loves!  (et oui, il y a un code discount surprise en fin d’article!)

gants gloves muscu fitness femmes uniques
(ils ont des tas d’autres modèles, filez voir le site!)

Pourquoi porter des gants pour la muscu & le fitness?

Quand on a jamais essayé de s’entrainer avec des gants, on peut penser que c’est un peu superficiel. Pourtant, il suffit de faire un seul workout avec pour se rendre compte que c’est ce qui nous avait manqué depuis toujours ! 
Raison #1 : On a un meilleur grip. Si comme moi, vous avez les mains qui glissent, les tractions, farmer walks et autres deadlifts peuvent s’avérer un peu périlleux. Les gants ( les gants de qualité, je veux dire, puisque la plupart des gants de grande distrib ne servent à rien du tout dans ce cas)

Raison #2: On se fait moins mal aux mains.  comme les Spartan Races,On va pas se mentir, si vous vous entrainez beaucoup vous aurez quand même des cals à l’intérieur des mains, hein. D’ailleurs, appliquer de la crème hydratante régulièrement permet de diminuer un peu cet effet. Par contre, les gants limitent beaucoup la douleur et l’usure des mains. C’est vrai à la salle,c’est aussi vrai pendant des events de sport – durant lesquelles les gants sont LE truc à ne surtout pas oublier, histoire de ne pas se prendre d’écharde ou de se brûler les mains sur des cordes. 

Raison #3: ça donne de l’allure à n’importe quelle tenue. J’avoue, avant j’avais des gants tout moches achetés chez Decat. Le grip était nul, mais surtout, ils étaient assez vilains. L’avantage d’avoir des gants qui se voient bien (comme les gants G-loves 😉 ) c’est que ça donne (assez curieusement) une motivation en plus pour s’entrainer : la première fois que j’ai recu mes gants Mermaid, j’étais toute fière de les porter à la salle, et depuis.. le feeling n’est pas parti. C’est un peu comme quand on achète une nouvelle paire de baskets ou une nouvelle brassière de sport flashy : on a envie de s’en servir tout de suite et de faire des merveilles avec. 

gants gloves avis gants muscu femmes thefitnesstheory
Throwback : ma deuxième paire de G-loves, les 18K, quand je venais de les recevoir lo/

A propos de G-loves:

C’est une marque Américaine qui produit aux USA (ce qui est rare, puisque pas mal de produits fitness viennent de Chine, désormais) et créée par une passionnée de sport & coach sportive (à qui j’ai eu l’occasion de parler et qui est vraiment cool.) 
Je suis tombée sur leur site par hasard en cherchant des nouveaux gants, et le coté flashy et unique des produits m’a beaucoup plu. A l’époque, les frais de port étaient payants (et super cher), mais depuis, ils sont gratuits, même pour la France! 😀 

Les gants workout G-loves:

Comme je le disais, je possède 3 paires de workout gloves de chez eux et je n’imagine pas faire un training sans. C’est devenu une sorte de gri-gri, et je ne vois pas du tout acheter une autre marque. 

Les avantages: Ils sont jolis, hyper quali et les designs sont uniques – zéro chance d’en voir une paire dans votre salle de sport. Ils sont bien taillés (je porte des XS) et le grip est assuré par un matériau spécial à l’intérieur de la paume. Ils se serrent avec un scratch et ils passent à la machine sans souci. 
Coté longévité, ils sont littéralement increvables – chaque paire a tenu 1 an, et pourtant je les porte tous les jours. 

Les inconvénients: bon, si vous voulez passer inapperçu(e), c’est peut être pas la marque pour vous : les designs sont très flashy et on les repère bien. Il y a un ou deux modèles très sobres, mais le reste.. get ready pour des paillettes et des dentelles. Puisqu’ils sont fabriqués aux USA, le délai de livraison peut être un peu plus longs, et ils coutent un peu plus chers que les gants entrée de gamme.. mais en tant que consommatrice régulière, je peux dire que ça vaut le coup ! 

g-loves gants muscu femmes thefitnesstheory questbar
(normalement on est censés s’entrainer avec les dits-gants, pas braffrer des barres de protéines. Après je dis ça…)

(d’ailleurs petit disclaimer, je ne suis pas payée par la marque pour dire ça et j’ai payé chacune de mes paires – je fais juste passer l’info sur une marque que j’aime, rien de plus!)

Les autres produits:

Si je les connais principalement pour leurs gants de muscu pour fitgirls, ils ont aussi:
Des gants de muscu pour hommes (j’en ai offert une paire à mon mec pour ses trainings et il en est content, les gants taillent plutôt petits). Les designs sont moins fanfreluches, mais la qualité est là!

Des gants avec renforts en gel pour les sports avec beaucoup d’appuis comme le yoga, le pilates ou la dance (la gamme s’appelle Gelometrics) 
Des bandes pour protéger ses poignets (“wrist wraps”) pour la muscu

Des ceintures de muscu pour protéger ses lombaires pendant les deadlifts notamment. (Que j’aimerais vraiment tester à l’avenir, parce que je sens les limites de mon petit dos :/) 

Convaincu(e)s?

Vous voulez tester les gants G-loves? Visitez leur site et utilisez le code TheFitnessTheory pour débloquer un discount! 

 

Si vous avez déjà testé leurs produits, ou si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à les poser en commentaires, je suis toujours contente d’aider 🙂 

Il y a quelques mois, j’avais écrit un article sur ma première Spartan Race – ou je suis allée absolument non préparée et sans équipe. Mais depuis, j’ai pas mal évolué à ce sujet : j’ai complété ma première Trifecta en 2017 (une Sprint à Singapour, une Super à Cyberjaya en Malaisie et une Beast à Iskandar Puteri, toujours en Malaisie). En 2018, j’ai commencé par un combo Sprint et Super le même jour à Melbourne (le 24 février).

Entre temps, évidemment, j’ai revu mon programme d’entrainement, j’ai appris de mes erreurs, et je reçois beaucoup de mails de votre part me demandant des conseils : vous avez l’air de beaucoup vous inscrire à vos premières Spartan…et regretter ensuite :p Donc je vais vous donner mes 5 conseils pour bien préparer votre première Spartan, histoire que ce soit une expérience supra fun et motivante, qui vous donne envie de tout donner pour les prochaines ! 

spartan race runner
Spartan Super de Cyberjaya, Malaisie (2017)

1. Soyez Réalistes sur l’objectif à atteindre

Si c’est votre première Spartan Race, et que vous êtes sportif/ve régulier.e mais pas acharné, il faut accepter que votre premier temps ne sera pas incroyable. La plupart d’entre vous auront simplement en objectif de venir à bout de la course  – ce qui est tout à fait rationnel pour une première – mais certains vont vouloir faire un temps, entrer direct dans la compétition. Mon conseil, c’est d’en faire une “pour voir“. C’est un effort très particulier, une ambiance très particulière, et certains vont aimer et d’autres détester, mais il faut en vivre une pour comprendre. 
Donc on se détend sur le coté compétitif, et on réfléchit plutôt à ce qui va suivre.

 

2. Renseignez vous sur ce qui vous attend

Là on est sur un “faites ce que je dis, pas ce que je fais” – je suis partie à la première sans avoir voulu regarder les obstacles ou construire une équipe, parce que j’avais peur… Sauf que savoir ce qui m’attend m’aurait beaucoup aidé pour me préparer ! Le site officiel regorge de conseils et de vidéos en tout genre pour connaitre les obstacles et les meilleurs exos pour s’y préparer, alors ne faites pas l’impasse !

Aussi, coté équipement, écoutez les recommandations officielles : on prévoit une tenue longue (qui couvre un maximum les jambes au moins), en tissu synthétique (pas de coton pour éviter les frottements), le plus serrée possible, avec un haut à manches longues si vous courez dans un pays ou il y a beaucoup de soleil et/ou il fait un peu froid (sur un petit format c’est pas un souci, sur une Beast, on parle de minimum 3h à se les peler, donc.. :p), et surtout DES GANTS. Certains obstacles comportent des cordes (qui brûlent très fort la peau), ou des palissades à échardes. Aussi, les gants avec grips permettent de mieux saisir barres et anneaux.. alors ne faites pas l’impasse.
Perso, sur des formats Super ou Beast, j’emmène aussi une ou deux barres de céréales, histoire de choper un petit extra d’énergie, parce que je ne tiens pas 2 ou 3h de sport intense sans me réalimenter.. chacun fait comme il veut, mais sachez quand même que les chances sont grandes que vous passiez dans l’eau avec vos rations de survie. Certains courent aussi avec des camelpacks sur les plus longs ormats 

Ah, oui. N’emmenez évidemment rien qui n’est pas waterproof, et ne mettez pas de nouvelles chaussures le jour de la course : c’est opération confort maximum !

à ce moment là, j’avais encore 2 barres de céréales dans la brassière. C’est dire l’état des trucs. (Spartan Super de Malaisie 2017)

3. Identifiez vos faiblesses muscu.. et préparez vous un programme approprié 

Si certains trouvent les tractions évidentes, ce n’est pas le cas de tout le monde. De la même façon, certains auront du mal à avoir une bonne impulsion sur les sauts, alors que d’autres peuvent franchir toutes les haies du monde sans sourciller. Soyez honnêtes avec vous mêmes, et repérez ce que vous devez améliorer avant la course. 

Acceptez aussi de faire des burpees. 10 par entrainement, puis 20, puis 30. Lors de votre première course, vous ne réussirez probablement pas à passer tous les obstacles (aussi parce que certains sont un peu absurdes, comme le lancer de javelot, qui n’est pas vraiment dépendant de votre force physique) – et puisque la pénalité pour un eche 

Perso, j’ai toujours eu des épaules et un dos plus faibles que le reste (surtout parce que j’ai fait beaucoup de sport, donc du patinage, qui ont renforcé mes cuisses sans toucher au haut du corps). J’ai donc accentué nettement le travail sur ces zones ( notamment avec les exercices dont je vous parle dans l’article sur le travail des bras en salle de sport !

voilà, là j’ai les bras en douleur. (Spartan Beast Iskandar Puteri, Malaisie 2017)

4. Travaillez votre Cardio.. et appliquez vous ! 

Ok, quand on pense aux Spartans ou autres courses d’obstacles, et c’est normal.. on voit les obstacles d’abord. Il n’empeche que c’est aussi une course, d’une distance plus ou moins longue, et qu’il faut se préparer coté cardio, histoire de se détacher au classement (ou, tout du moins, de ne pas perdre trop de temps.)

Chacun sa méthode, mais perso je préfère l’interval training (1min de course rapide, 1min de course lente) plutôt que les sorties longues, pour m’entrainer. Je sais que je peux mieux faire de ce coté là (je suis vraiment pas une fan de running à la base – mais si vous voulez vous y mettre je vous conseille cet article co-écrit par mon copain le plus coureur!

5. Amusez vous !

Ca parait bête, hein. Mais c’est LE conseil qui va vous permettre de dédramatiser, de tout prendre avec le sourire (même les burpees) et de profiter de chaque seconde de la course.

Je vais vous faire une confidence : la veille de chaque course, je stresse énormement. J’ai peur, je sais que ca va être dur et que ça va faire mal (pour plusieurs jours après la course, en vrai). Mais j’ai un copain, Charles, qui, peut être sans trop s’en rendre compte, m’a à chaque fois dit de m’amuser, pendant la course du lendemain, et de profiter. Et c’est LE conseil que je garde toujours en tête. C’est une course ok, mais c’est fun, c’est challengeant, ça donne envie d’être plus fort, plus rapide, meilleur. On se fait des copains sur le parcours, parce qu’on est tous dans la même galère (c’est beaucoup moins solitaire qu’une course “normale” ou chacun est dans sa tête ou avec sa musique). Ca fait des souvenirs de taré, ça fait du bien de se dépasser, et au final, quand ça s’arrête, on a juste envie de recommencer.

(d’ailleurs, la dernière fois c’est ce qui s’eest passé, puisqu’on est allés courir un combo, c’est à dire Spartan Super, 1h de pause puis Spartan Sprint, la même matinée, à Melbourne en Australie :p) 

Spartan Combo Melbourne 2018 (entre les deux courses)

 

Alors, prêt(e) à se lancer dans l’aventure? Encore des doutes?
Dites moi tout en commentaire ! 

C’est (presque) bientôt l’été, et certains d’entre vous vont aller profiter du bord de mer pour se ressourcer. Je triche un peu, parce que j’habite dans un pays ou c’est l’été toute l’année, mais du coup j’ai eu le temps de tester pour vous 4 activités sportives au top, que je vous invite à essayer si ce n’est déjà fait ! De quoi rester fit sans y penser, et accessoirement dépenser les calories dûment ingérées à l’apéro (je vais pas gueuler si vous avez déjà la main dans le paquet de chips, c’est l’été et on se détend, c’est nooormal, mais tâchez de pas abuser non plus 😀 ) 

L’été, il est important de contiuer à se lancer des défis – c’est peut être aussi l’occasion de se découvrir une nouvelle passion, qui sait ! 


plongée sous marine quel sport faire cet été

1. La plongée sous-marine

Je vais pas être objective du tout, mais la plongée reste mon ENORME coup de coeur cette année, coté sport. Ca demande un peu de préparation et un peu de savoir, mais c’est de loin l’activité la plus jouissive que l’on puisse trouver à la plage – surtout si vous habitez Paris et que les fonds marins, vous ne les voyez qu’en fond d’écran Windows. 

C’est quoi le principe ? Aller voir les fonds marins sans se soucier de retourner à la surface, grâce à une bouteille d’oxygène et d’un détendeur. Selon le niveau de certification, on peut descendre de plus en plus profond, et si on a pas le temps, on peut faire une session baptême, pour découvrir le matériel et la discipline tranquille. 

Pourquoi je le conseille ? Parce que c’est une sensation vraiment inédite. On ne pense plus à rien, on se concentre sur ce qui nous entoure et sur notre respiration. Un vrai moment de calme et de découverte, qui fait un bien fou. 

C’est pour qui ? Ceux qui se sont toujours demandé ce qu’on trouvait dans les profondeurs de l’océan. Les amoureux de la nature, du silence, les bons nageurs. 

un petit conseil : faites un baptême (on sait jamais, il y a des gens qui ne supportent pas le sentiment procuré une fois plusieurs mètres sous la surface, ou le rythme de respiration) et si ça vous plait, passez direct la certification. Le PADI s’obtient en passant une épreuve théorique et une épreuve pratique après quelques sessions de training, et ça vaut vraiment le coup. 

On s’équipe comment? Les combis sont souvent prêtées par les clubs de plongée, mais vous pouvez aussi acheter la votre si vous comptez plonger souvent. Les modèles longs, comme celui là sont à privilégier pour les plongées en haut froide (perso j’ai froid très vite, donc je prends du long même en eaux tropicales) mais les versions courtes marchent aussi. (Pour les vêtements techniques en France, je trouve que le site Planet-Sports est assez fourni, d’ailleurs!) 


2. le wake board

quel sport faire l'été wakeboard

Pour ça, pas besoin de bord de mer (même si c’est plus sympa quand on est trainé par un bateau, mais j’y viens). On trouve un cable park vers chez soi, on enfile son plus beau gilet de sauvetage et on se prépare à boire la tasse au début. 

C’est quoi le principe ? Une planche, assez semblable à celle du snowboard, sur laquelle on s’attache les pieds. On est ensuite tracté par une force mécanique, le but étant de rester debout sur la planche, puis ensuite de réussir à faire des virages et des sauts. 

Deux options: La première, on va dans un cable park, et on est tracté par un mécanisme circulaire, et il y a des modules d’obstacles disposés ça et là pour les plus courageux.

La deuxième, on trouve une étendue d’eau ou l’on peut faire appel aux services et aux matos d’un pro et on est tracté par un bateau à moteur. Il est alors plus facile de se mettre debout sur la planche (puisque le bateau accélère progressivement), mais on a rarement d’obstacles sous la main pour s’entrainer aux sauts. 

Pourquoi je le conseille ? Parce que c’est vraiment fun et qu’on progresse vite. Les débuts sont un peu périlleux (se mettre debout surtout!) mais on prend vite le coup et on s’amuse pour de bon. C’est évidemment plus facile si vous avez déjà fait des sports de glisse avant, mais ce n’est pas obligatoire ! 

C’est pour qui ? Les adeptes de glisse et de sensations fortes. Ceux qui n’ont pas peur des courbatures non plus, parce que les lendemains de grosses sessions sont souvent douloureuses, dans les bras, le dos et le cou (parce qu’on a tendance à crisper.. surtout au début!)

On s’équipe comment? Pour moi, le plus important c’est d’avoir un casque à sa taille – parce que ceux des wakeparks sont généralement trop grands, et on se prive d’une bonne partie de la protection. On choisit donc évidemment un modèle résistant à l’eau  et, si on compte faire des figures (ou les essayer, tout du moins) on peut aussi ajouter une dorsale ou un gilet avec dorsale intégrée. 

 


3. Le surf

surf sport faire l'été
par contre, faites ça plutôt sur l’eau, hein. Au début au moins.

Rien ne crie plus “vacances” que le surf, pas vrai? 

C’est quoi le principe ? On a une grande planche, avec un petit aileron dessous, et le but, c’est de se réussir à se mettre sur une vague et se laisser glisser et porter le plus loin possible. (Je schématise à mort, hein, évidemment il y a beaucoup plus de techniques à découvrir ensuite, mais tenir debout, c’est déjà pas mal!)

Pourquoi je le conseille ? Parce que c’est un bon moyen de faire le malin sur la plage ! Plus sérieusement, c’est un sport complet, et une nouvelle façon de voir la mer. Ca demande des muscles, de l’équilibre, et c’est un bon moyen de rencontrer des gens très cools, puisque les premières sessions se font en groupe. 

C’est pour qui ? Les bons nageurs (il faut des épaules solides, tant pour se redresser sur la planche que pour nager jusqu’aux vagues) 

On s’équipe comment? Le surf pose 2 problèmes principaux à la peau : les frottements avec la planche et le soleil. On se protège donc le haut du corps et les bras au moins avec un teeshirt de bain à manches. Et si l’on vit vers la mer / l’océan, on peut aussi investir dans sa propre planche, vite rentabilisée ! 

 


4. Le Kite Surf

sport faire l'été
selon la légende, c’est mon copain Paulo lors de sa dernière session à Boracai.

(je dois avouer ne pas avoir eu l’occasion de tester encore, donc je m’en suis remise à un de mes meilleurs potes de Singapour, Paulo, qui a commencé le Kite l’année dernière et qui, en ses propres termes, est désormais un Kitesurfer pro lo/)

C’est quoi le principe ? Une planche comme au wakeboard, de l’eau toujours, mais surtout une voile, qui va servir à générer le mouvement.

Pourquoi Paul le conseille ? Des sensations de ride qu’on retrouve dans le snow, le ski, le surf. La sensation de vitesse, le potentiel frisson de l’apesanteur qui se maitrise avec la pratique et le faible danger de se faire mal (puisqu’on est sur l’eau – mais attention à toujours porter un casque quand même, les accidents arrivent!) 

C’est pour qui ? Ceux qui n’ont pas peur de se mouiller (il faut absolument savoir nager). Par contre, pas de contrainte spécifique en terme de fitness : même sans être un sportif chevronné, on y trouve sa place, ça fait plus appel à l’endurance qu’à la musculature pure ! On compte une douzaine d’heures pour être “ok” sur la board (c’est à dire pouvoir rider “upwind”, en vent de face pour éviter de se faire déporter) mais.. un peu plus si vous voulez tenter les figures. 

On s’équipe comment? Comme au wakeboard ou au surf, la protection avant tout ! On peut mettre un joli bikini dessous mais on oublie pas le tee shirt à manches longues, le gilet et le casque ! Un bas serré, comme un legging, est également conseillé. 

 


Et vous, c’est quoi votre sport de l’été ? Lequel vous aimeriez essayer ? Dites moi tout en commentaire ! 

Vous avez accès à une salle de sport, mais vous ne savez pas comment vous entrainer pour atteindre vos objectifs ni quelle machine utiliser? Je vous montre mes plannings d’entraînement! 
On commence aujourd’hui avec un workout spécial bras et dos, à réaliser dans une salle de sport (pas forcément besoin que ce soit une salle fancy, je suis restée sur les machines de base histoire que personne ne panique si on a pas tous les équipements :p (Si vous avez la flemme de lire ce qui suit, foncez au bas de la page, le workout est résumé en 10 lignes! )

Quelques précisions d’abord:

  • Tous mes sets font 45 secondes (donc s’il y a 8 ou 10 rep, on les fait tenir sur 45 secondes, en ralentissant le mouvement à fond), et il y a 40 secondes de repos entre chaque. (On peut monter jusqu’à 1min, juste, personnellement je m’ennuie passé les 40 secondes.)
  • Pour chronométrer tout ça, je recommande l’app Seconds, qui permet de générer les timers parfaits. (la version gratuite suffit, c’est celle que j’utilise!)
  • Si les machines ne sont pas dispos dans l’ordre, pas de problème, on peut alterner éventuellement certains moves (l’idée c’est quand même de ne pas impacter sur les mêmes muscles exactement pendant 2 exos d’affilée, histoire de laisser au muscle la chance de se reposer) 
  • Pour la charge : ne sous-chargez pas, et ne sur-chargez pas non plus ! Il faut pouvoir faire les 8 ou 10 reps, mais que les 2 dernières soient vraiment pénibles. On ne se met pas en échec, et en général, on choisit une charge de 70% de sa charge maximale (en gros, la charge ou on ne peut faire qu’une seule répétition propre)
  • Il n’y a AUCUNE raison de faire des entrainements muscu comme celui ci pendant plus d’1h : on ne cherche pas à s’épuiser, mais à faire du muscle. Travailler sur des muscles exténués augmente juste le rythme de blessure.
  • ON LACHE SON TELEPHONE. On fait le truc à fond, on le fait vite (45min ou 1h), on le fait bien, mais on ne fanfreluche pas! On est pas à la salle de sport pour papoter. 

On est au point? C’est parti!



 

1. ECHAUFFEMENT: 10 minutes de rameur / d’elliptique


 

2. Pulldowns -mains à l’extérieur – 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

L’idée, c’est de garder le dos bien droit et de contracter épaules et dorsaux tout le long du mouvement. On tire de façon explosive, sans hésiter sur le mouvement, et on retient la machine quand elle remonte pour ralentir le mouvement. 


 

3. Shoulders Press (développé épaules) – 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

Cet exo là va singulièrement bien avec le précédent (et c’est même une combinaison à faire en superset, c’est à dire à la suite et sans pause, si vouspouvez!) On travaille des muscles complémentaires. On part sur le même rythme : on pousse fort, on retient le retour tout doucement. 


 

4. lats pulldown mains à l’intérieur – 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

Le mouvement est assez similaire à l’exercice 2, sauf qu’on met ses mains sous la barre pour la saisir. On garde les bras pas trop écartés, le torse droit, légèrement penché vers l’arrière, et on tire la barre vers sa poitrine. On retient la barre quand elle remonte. 


 

5. Tirage assis – 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

L’idée, c’est de garder le dos bien droit, un peu tendu vers l’arrière, et de ramener les coudes derrière le corps sans RIEN bouger d’autre. Le torse ne va jamais se balader vers l’avant, on reste contracté et droit tout du long.


 

6. Développé pecs assisté – 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

Là encore, il s’agit de faire des mouvements lents (on voit souvent des types les faire à toute vitesse, et ça a environ zéro sens). Les mains à hauteur d’épaule (on pense à régler le siège) et les pieds bien posés par terre, on repousse les poignéees jusqu’à avoir les bras tendus, et on retient pour que le retour soit très lent. C’est peut être un plus douloureux quand on débute tout juste, mais il est vraiment efficace ( et permet de s’améliorer assez vite en pompes :x) 


 

7. Développé horizontal convergent avant- 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

Les bras tendus vers l’avant, les mains alignées avec les épaules (on règle le siège si jamais) on tire les poignées vers l’arrière, les bras tendus mais pas crispés (on peut plier très légèrement le coude histoire de ne pas mettre de pression dessus inutilement)
Un de mes exercices préférés pour l’arrière des bras et des épaules et le haut du dos!


 

 8. Développé horizontal convergent avant- 1 set avec charge légère puis 3 sets de 8 à 10 reps (45sec par set, puis 40sec de repos)

On suit le même rythme que les exercices précédents : explosif sur l’aller du mouvement, et on retient à fond le retour. 

On arrive à la fin de la séance, donc s’il faut charger un peu moins pour que ça passe, on peut hein! 


9 Cardio de fin de séance (optionnel) 

20 minutes ou plus de rameurs ou d’elliptique, à un rythme régulier. 


et on oublie pas.. 10. les étirements !


En résumé:

WORKOUT BRAS & DOS SUR MACHINE

1. Echauffement rameur 10min
2. Lats Pulldowns mains intérieur, 4 sets
3. Shoulder press, 4 set
4.Lats Pulldowns mains extérieur, 4 sets
5. Tirage assis, 4 sets 
6.  Développé pecs assisté, 4 sets 
7. Développé Horizontal avant, 4 sets 
8. Développé Horizontal arrière, 4 sets 
9. cardio au choix 20min
10. étirements

**et fin de séance!**


 

N’hésitez pas à me dire si vous testez ce workout, si vous en voulez d’autres, si vous avez des questions ou quoi que ce soit! ça se passe en commentaire 🙂

Quand on parle de sport, on peut classer les gens, grosso modo, dans 4 catégories. Ceux qui n’en font pas du tout, ceux qui en font de manière occasionnelle, ceux qui en font beaucoup sans être pro et les pros eux-même. Je schématise un peu, hein. 

Chacun de ces groupes à des objectifs, des aspirations différentes : si vous ne faites pas de sport du tout, courir un marathon dans 1 mois vous parait impossible (et ça l’est probablement), si vous vous entrainez 3 fois par semaine depuis 4 mois, c’est vraiment pas absurde. Du coup, les gens qui viennent tout juste de se mettre au sport sont parfois un peu perdus avec tout ce qu’ils lisent sur le sujet, qui a souvent été écrit par des sportifs d’autres catégories. Alors on va reprendre du début :

Si je me mets tout juste au sport, c’est quoi, le bon rythme? 

Vous vous en doutez, il n’y a pas de réponse vraie et absolue à cette question, ça dépend de plusieurs facteurs. Mais on va réfléchir ensemble pour définir VOTRE rythme à vous.

 

L’erreur de débutant : plus je fais de séances de sport, mieux c’est ! = FAUX

Le corps apprécie l’exercice physique, ok. Par contre, il n’aime pas être fatigué, il n’aime pas lutter, et il veut que tout soit fait de façon progressive. A moins que vous soyez un sportif de haut niveau, limitez vous à 1 ENTRAINEMENT PAR JOUR MAXIMUM. Concentrez vos efforts sur une séance, une fois que c’est fait c’est plus à faire, et donnez TOUT. On ne fait pas 2 séances “moyennes” à la place d’une grosse, les résultats obtenus sont loin d’être aussi satisfaisants. Aussi parce que le corps a besoin de se reposer pour créer du muscle, et faire plus d’une séance toutes les 24h ne lui permet pas cette réparation là. 

chat dort repos
Voilà. Du repos. Comme ça.

 

L’erreur de débutant : se forcer à aller à la salle 3 fois par semaine (si on aime pas ça)

Tout le monde n’est pas fait pour la salle de sport, ou pour aller courir le matin, ou pour nager tous les jours, ou je ne sais quoi encore. Du coup, si vous vous forcez à faire un truc que vous n’aimez pas trop souvent, vous allez vous braquer, seul, et tout laisser tomber. La salle, ou la course, c’est peut être pas votre bail, ok. Par contre, si ça peut vous aider à atteindre vos objectifs, il va falloir quand même l’incorporer à votre programme. Par contre, utiliser le reste de votre temps dispo pour faire des trucs sportifs que vous aimez ! Si vous remplacez un training par semaine par une heure au mur d’escalade, ou par une séance de corde à sauter, de yoga ou de roller, c’est très bien ! 
Le but c’est de se challenger et d’apprendre à aimer de nouvelles disciplines, mais pas à s’imposer quotidiennement des trucs qu’on déteste. Le sport, c’est pour se faire du bien (même si ça fait parfois un peu mal), pas pour se punir ! 

Mais alors, quel est le bon rythme? 2, 3, 7 séances par semaine?

Si on commence toujours le sport, on tâche d’être rationnel : on ne va pas passer de 0 à 5 entrainements par semaine, comme peuvent le faire des gens très habitués au sport. Par contre, il faut quand même que ce soit suffisamment régulier et récurrent pour devenir une habitude – histoire qu’à un moment donné, on atteigne sans souci les 4-5 séances par semaine, quand on sera vraiment chaud. L’idéal, c’est qu’il y ait plus de jours par semaine ou l’on fait du sport que de jours ou on en fait pas – donc 4 c’est le must. Mais 3, c’est déjà très bien, et un excellent pallier pour commencer. 

assez gif
Oui, 4 fois, c’est assez.

Et coté durée, est-ce 30min, c’est assez? Est-ce que 2h, c’est trop?

Coté durée, on entend toute sorte de choses : au moins 20min, au moins 45… Remettons tout ça au clair.

Déjà, tout exercice est bon à prendre: si vous n’avez que 20 minutes de disponible, alors on va TOUT donner pendant 20min, faire une énorme séance d’interval training qui pique (je vous donnerai des exemples de séance dans l’article d’après, promis), mais on oublie le cardio lent : En effet, 20 minutes, si vous faites un cardio régulier (comme de l’elliptique, du rameurs, du jogging) c’est le moment ou votre corps va arrêter de se servir dans les réserves de glucogènes ( de sucre, donc ) pour taper dans les réserves de graisse. Si c’est pour faire que 20minutes et à peine lancer le processus pour arrêter, on oublie. L’interval va faire monter le cardio beaucoup plus vite, travailler les muscles (donc appeler à une reconstruction musculaire derrière), et si on ne tapera pas dans les réserves de gras, on va consommer beaucoup plus de sucre à disposition et brûler plus de calories.

eurotraning terry intense entrainement
Si vous avez moins de 30 minutes à consacrer à votre entrainement, faites en sorte d’en sortir épuisé quand même, donc de TOUT donner.

Evidemment, une séance d’1h à 1h30 est optimale, parce qu’elle permet de décomposer beaucoup plus l’efforts : échauffement, travail effectif (que ce soit cardio ou renfo avec 20min de cardio en fin d’entrainement) puis étirements. 

Au delà de 2h, si vous n’avez pas l’habitude, ou si on parle d’un effort relativement intense, ça devient (très) fatiguant pour le corps, et les risques de blessures augmentent. Si on est chauds de temps en temps et qu’on a un peu de temps devant nous, pourquoi pas, mais on évite que ça se reproduise trop souvent.

 


 

Alors, pour résumer? 

  • Si on se lance, une activité sportive 3 ou 4 fois par semaine (mais pas forcément toujours la même ! )
  • il faut 3 semaines pour prendre une habitude, alors on ne lâche RIEN, surtout au début
  • On ne fait pas plus d’un entrainement par jour 
  • Entre 1h et 1h30 si possible, mais si c’est moins, c’est toujours mieux que rien (par contre on fait le plus intense possible) ! 

 


botter des fesses
Et maintenant, c’est le moment pour aller botter des fesses.

 

Vous êtes prêt-e-s? C’est quoi votre rythme à vous? Dites moi tout en commentaire! 

Voilà une petite nouveauté sur le blog : chaque mois, je vais vous proposer un défi sport & fitness – quelque chose de pas impossible, mais de challengeant quand même, histoire de bouger, de faire des progrès, de rigoler un peu aussi mais surtout de se donner une raison (si on en a besoin d’une de plus !) d’être fier(e) de nous !

Promis, je teste chaque challenge avant de le proposer, histoire que je sois sûre que la progression soit réaliste. Pas besoin d’être un grand sportif ou une grande sportive, l’envie de se donner un peu suffit.

Ce mois ci, décembre 2017, donc, on va attaquer avec un exo que personne n’aime. Ni vous, ni moi, ni PERSONNE. J’ai nommé les burpees.  C’est donc le…

DEFI BURPEES! 

Le concept est simple: chaque jour, on réalise le nombre de répétitions indiqués dans le calendrier si dessous, et à la fin du mois, on poste sur Instagram (ou en commentaire ici, ou par mail si vous voulez!) nos conclusions, quel jour on a trouvé le plus dur, etc. On ne lâche RIEN par contre. On est pas obligé(e) de faire toutes les répétitions d’une traite, on peut faire des séries (de 10, ou de 5 si vraiment c’est galère). L’idée c’est de finir le challenge et d’être content de soi. 😀

(sous le calendrier, je vous explique comment bien faire le mouvement)

 

Pourquoi j’ai choisi les burpees? 

On pourrait croire que c’est parce que je veux me débarasser de l’exo le plus difficile, celui que tout le monde déteste. C’est… un peu vrai :p Le truc, c’est que c’est aussi l’exercice dynamique en poids du corps qui consomme le plus de calories et qui fait travailler le plus de muscle d’un seul coup. Le rêve, quoi. Dommage qu’il soit aussi désagréable, sinon ça pourrait être votre meilleur ami, direct 😀 

Je l’ai aussi choisi pour toutes celles et ceux qui préparent des spartan races (comme c’est mon cas en ce moment – Je cours la Spartan Beast de Johor Bahru, en Malaisie, le 8 décembre. Un petit rappel sur les spartan races, comment j’ai commencé à participer sans être vraiment préparée et pourquoi c’est trop cool ici

Mais au fait, comment on fait un vrai burpee?

attention, c’est très simple mais faut faire les choses bien. J’ai pas chargé le programme exprès, qu’on puisse travailler en qualité et pas en quantité, surtout au début. 10, ça se fait en moins d’1min, c’est pas long, et c’est bon pour le corps, alors… 

  • Position de départ : debout, jambes écartées à largeur de hanche, bras le long du corps. (debout, quoi.)
  • Etape 1 : on saute en l’air, aussi haut que possible, en prennant une belle impulsion. On attérit dans la même position que le départ.
  • Etape 2 : on met les mains au sol, écartées à largeur d’épaules, et on saute les pieds joints vers l’arrière, afin d’arriver en planche, bras tendus. On garde le dos droit. 
  • Etape 3 : on fait une pompe. Jolie, simple. On revient en planche bras tendus.
  • Etape 4 : On saute pour ramener les pieds sous le corps, et on se redresse – BAM, retour à la position de départ.

Ca fait 1 rep. A vous de jouer! 

gif burpee complet
ça ressemble à ça, si tout se passe bien.

Alors, des motivés? Promis ça se fait bien et on en sort tonifié et supra fier 😀 Si vous acceptez le défi, commentez ou utilisez #ThefitnesstheoryChallenge sur instagram 🙂 

Note de Charlotte de TheFitnessTheory : Après mon copain Jérémy qui vous racontait comment se mettre à courir, je me suis dit qu’avoir des avis d’experts pour vous donner les meilleurs conseils sur les suejts que je maitrise moins, c’était une bonne idée ! 

Alexia singapour coachDonc laissez moi vous présenter l’auteure du jour: Alexia. Elle est ingénieure & marketeuse de jour, coach bootcamp la nuit, et elle veut vous aider à optimiser vos entrainements. Je vous laisse donc entre de bonnes mains! 

Elle nous explique donc là tout de suite ce que sont les muscles antagonistes, et à quoi ça sert. 😀 


Aujourd’hui,  ce n’est pas Charlotte mais Alexia, une compatriote de Singapour ingénieure agroalimentaire et certifiée coach bootcamp, qui vient avec une petite explication sportive sur les muscles antagonistes. Si tu optimises ton entraînement sur ces muscles, tu auras une meilleure définition musculaire (aka des abdos plus visibles par exemple), et de meilleures performances.

Tout d’abord, kezako, des muscles antagonistes ?

Ce mot est bien barbare, je sais. Ca désigne en fait tout simplement les muscles qui sont à l’opposé du mouvement, par exemple le triceps quand tu fais une extension du bras en opposition au biceps qui aide à ramener la main vers le haut du corps. Ces muscles ne travailleront jamais en même temps sous peine de perturber leur travail mutuel, et se complètent pour faire fonctionner le corps efficacement.

muscles antagonistes gif
Tu vois, l’équipe du pilote, elle ne va pas lui changer ses roues pendant qu’il roule. Ils sont complémentaires et ne peuvent pas travailler en même temps.

Tu te demandes maintenant, ouais, mais pourquoi travailler ces muscles antagonistes?

Il y a deux principales raisons. Déjà, la première raison, c’est que tu ne veux pas te blesser et protéger tes articulations. Qui n’a pas eu de tendinite ou contracture lève la main !

muscles antagonistes gif
Ouais, bon ok, mais tu es un peu jeune…

Ces blessures courantes peuvent être dues à un déséquilibre qui, pour un bon fonctionnement, vont forcer le muscle à se contracter par excès, finissant par étendre les tendons, ou le muscle. Du coup, pour éviter ce genre de mésaventures, il est conseillé de travailler à temps égaux jusqu’à minimiser l’écart entre les 2. En effet, l’antagoniste va aider à freiner le mouvement et donc à le contrôler, et ça, on aime !      

 

Muscle & son muscle antagoniste
Biceps Triceps
Abdominaux Lombaires
Quadriceps Ischios
Pectoraux Dorsaux
Mollet Jambier

La deuxième raison, c’est que ça va t’aider à gagner du muscle rapidement. Comme je t’ai dit juste avant, si tu ne les travailles pas, tu crées un déséquilibre et le corps, il n’aime pas trop ça, les déséquilibres. Du coup, tu vas l’inciter à rattraper le retard par rapport à l’autre muscle, ce qui va augmenter ton volume musculaire, mais pas que…

Quel type d’exercice pour les travailler au cours de la même séance ?

Ce contrôle en prime va aider à booster la force lorsque la méthode superset est utilisée ( (Pour rappel, travailler en superset = alterner 2 exercices qui travaillent des groupes de muscles différents, sans pause entre les deux)

Des études scientifiques, dont celle de Robbins et al. (2009) ont été menées et montrent que tu réduis par 2 le temps d’entraînement nécessaire pour progresser en force par rapport à un entraînement classique. Pourquoi ? Eh bien parce qu’en général, il est recommandé de travailler en superset lorsque tu souhaites augmenter ton volume à un endroit précis, parce que vu que le temps de récupération y est court, tu vas générer un gros apport sanguin dans ton muscle et favoriser d’une part, des microlésions pour augmenter la taille, mais aussi l’apport de nutriments.

Et ça, c’est concrètement ton muscle quand tu le fais beaucoup travailler : il a la dalle.

Et puis l’avantage du travail en superset, c’est que tu peux enchaîner des types d’exercices, par exemple pour le couple abdominaux / lombaires avec les exercices de superman & crunch. Du coup, le muscle se repose pendant que l’autre travaille.

Tu en as pensé quoi ? Toi aussi tu essaies de travailler ces 2 muscles de manière conjointe ?

 

Pour en savoir plus:

  • Martini, Frederic et. Al (2001). Fundamentals of Anatomy and Physiology, 5th Ed. Prentice Hall
  • Bollié, O. (2013). Approche moderne du développement de la force. Edition 4Trainer
  • Robbins, D.-W., Young & W.-B., Behm. (2010). The effect of an upper-body agonist-antagonist resistance training

Aaah, vaincre la cellulite. Un combat pour de nombreuses femmes (et d’hommes aussi, hein, faut pas croire!) Aujourd’hui, on va faire le point là dessus, et tout reprendre depuis le début, parce qu’il y a beaucoup d’idées fausses qui se baladent à son sujet

original

Avant tout quand même, je vais vous rappeler que quand on a de la cellulite, il n’y a pas mort d’hommes. Vous allez voir les chiffres un peu plus bas, mais c’est un phénomène TRES TRES répandu : vous en avez certainement, et.. moi aussi. Donc on arrête de se prendre le chou. On peut la faire diminuer, peut être même disparaitre, ce n’est pas irréversible, et quand bien même elle resterait : promis, tout le monde s’en tape à part vous 😉 


1. Déjà, la cellulite, c’est quoi ? 

Pour parler simplement, ce sont des cellules chargées de graisses. Et elles sont tellement pleines de graisses (ça a l’air sale dit comme ça, hein?) que leur capacité de stockage est saturée et que les vaisseaux n’arrivent plus à drainer l’eau et les toxines. Du coup, ça s’enflamme, et ça fait des bouloches. On parle donc bien d’un phénomène inflammatoire

Est-ce que c’est grave ? Pas vraiment. Mais ça pose souvent un souci esthétique : cet aspect “peau d’orange” que les femmes redoutent tant.

chats orange cellulite
ok le rapport avec la cellulite est ténu mais je trouvais ça drôle.

2. Ca vient d’ou ? Qui en a ?

Ca, c’est un peu la bonne ET la mauvaise nouvelle : tout le monde peut en avoir. Surtout les filles quand même. Mais il faut garder en tête qu’environ 85% des femmes en ont. Même les très fines. Alors on ne psychote pas. 

La cellulite, ça vient de quoi ? Plusieurs facteurs :

  • le surpoids (même si ce n’est pas obligatoire, c’est un facteur favorisant, puisque plus on a de gras.. plus les cellules sont susceptibles d’arriver à saturation, ça va de soi.
  • les hormones 
  • les problèmes de circulation : tout ce qui peut gêner les vaisseaux sanguins ou lymphatiques dans leur boulot, en gros. Donc si votre circulation sanguine est pas bonne ou si vous faites de la rétention d’eau… ça joue contre vous coté cellulite aussi. 
corgi cellulite boire
Bref, il faut rester hydraté en permanence.

Il y a donc 3 types de cellulite distinctes :

  • la cellulite adipeuse : c’est celle qui est due à l’accumulation de gras. Elle est visible en pinçant la peau et n’est pas douloureuse.
  • la cellulite aqueuse : elle est dûe à une rétention d’eau, qui empêche la lymphe de circuler. Du coup, ça bouloche. Elle est visible, mais n’est pas douloureuse quand on pince la peau.
  • la cellulite fibreuse : c’est celle qui est le plus difficile à déloger. C’est une cellulite ancienne, qui a durci, et qu’il va falloir combattre ardemment. Elle est visible et douloureuse quand on la pince.
cellulite pincer
(même si on pince pas aussi fort, hein.)

3. La cellulite, je m’en débarasse comment ?

Il y a des tas et des tas de conseils de toute part pour se débarasser efficacement et durablement de la cellulite. 

Mais pour résumer, on a 2 leviers d’action : désaturer les cellules de leur gras (donc en perdant du gras, donc soit en augmentant ses dépenses physiques, soit en diminuant son apport), soit aider à la circulation. L’idéal quand même, c’est de combiner les deux. 

  • faire du sport 

ça semble évident, mais on va le redire quand même : on peut forcer son métabolisme à puiser dans ses réserves en augmentant son activité physique. 

2 façons de faire ici : on opte soit pour une dépense longue et régulière mais peu violente (et dans ce cas là, on opte pour du cardio) soit on brusque son corps en faisant un effort court mais plus intense ( de la muscu par exemple ). Quoi qu’il en soit, le fitness est une très bonne façon de lutter contre l’engorgement des cellules !

 

faire du sport diminue cellulite

  • Manger mieux

Et là, c’est une autre façon de diminuer sa masse grasse et donc de désaturer les cellules. Avec un régime équilibré et légèrement sous calorique, on force le corps à puiser dans ses réserves. Par contre, on oublie absolument les régimes complètemetn sans matière grasse, parce que le corps va avoir tendance à retenir encore plus le gras qu’il a déjà dans ces cas là (je vous invite à lire l’article “pourquoi il faut manger des matières grasses” si ce n’est pas déjà fait.)

 

Et les autres solutions, alors? 

J’ai tendance à mettre de coté les crèmes qui promettent de tout effacer : elles n’agissent que sur la couche extérieure, et peuvent donner un aspect plus lisse… mais elles ne résolvent pas le problème dessous !

Les massages, par contre, qui peuvent aider à drainer, sont une très bonne idée. Pour se faire, soit on va en institut, soit on profite de chaque douche pour se masser les jambes et les fesses de bas en haut, en remontant vers le buste (et surtout pas l’inverse, c’est mauvais pour la circulation)

Si vous avez de la cellulite vraiment incrustée, vous pouvez, en plus d’une activité sportive et d’une alimentation plus équilibrée, vous tourner vers des traitements comme le LPG, qui se pratique chez le kiné et qui sont un palper-rouler automatisé par une machine, vraiment efficace ! (par contre, d’une part, ça fait un peu mal, d’autre part, ça ne sert à rien si vous ne faites pas d’effort avec : la cellulite reviendra se loger tant que vos habitudes n’auront pas changé !)


Et vous, quelles sont vos astuces anti-cellulite? Dites moi tout en commentaire 🙂 

Ca faisait un moment que j’avais ça en tête : une Spartan Race, aussi “commercial” soit devenu le concept, représente quand même un joli challenge physique, et j’avais envie de tester mes propres capacités à l’affronter. J’avais pris mon dossard il y a un an, en 2016, pour celle de Juin en France. Et puis j’ai déménagé subitement à Singapour et n’ai au final pas pu participer. Sauf que l’organisation est mondiale et qu’elle se coure aussi à Singapour. J’ai donc directement pris ma place, en Sprint et en Open, et sans trop savoir à quoi m’attendre. Comme tout le monde, j’avais vu les vidéos (le teaser est en bas de l’article, si vous ne l’avez jamais vu) mais jamais affronté le montre obstacle – de ma vie, en fait. Puisque je sais que certain(e)s aimeraient en courir une aussi, voilà mon avis sur les Spartan Races et si oui ou non, vous devez essayer d’en courir une aussi ! 

1. Une Spartan Race, c’est quoi? 

C’est la course d’obstacle la plus courue au monde. Le concept a été lancé en 2007 par un groupe d’Américains, et est sponsorisé depuis 2012 par Reebok (d’ou le nom Reebok Spartan Race, que l’on voit partout). 

C’est une course sportive, (les participants sont chronométrés et le but est de finir le plus vite possible – et sans se blesser éventuellement) qui alterne course pure et obstacles d’inspiration militaire. Ramper sous des barbelés, porter des rondins de bois ou des blocs de pierre, monter à des cordes lisses, sauter par dessus des barricades : tout un tas de mouvements qu’on ne fait pas vraiment au quotidien (sauf si on est un marine), et même pas vraiment à la salle de sport (à moins que vous soyez motivés de dingue).

Il y a plusieurs types de parcours, dont les plus connus sont :

  • Sprint – minimum 5km et entre 20 et 23 obstacles
  • Super – minimum 12.8km et entre 24 et 29 obstacles 
  • Beast – minimum 19.3km et et entre 30 et 35 obstacles 

Je dis minimum, parce que c’est vraiment en fonction du terrain aussi. la Sprint de Singapour, et j’en parlerai un peu plus bas, faisait 8km cette année)

On doit affronter tous les obstacles, et si l’on échoue sur l’un d’entre eux, la “punition” est la même pour tout le monde : 30 burpees, qu’il faut finir avant de pouvoir poursuivre son chemin. 

Evidemment, la difficulté va croissante, et si on arrive à compléter les 3 (Sprint, Super et Beast) sur une année calendaire, on parle de gagner la “Trifecta“. 

A chaque course gagnée, on reçoit une médaille ronde, et un 1/3 de médaille, que l’on doit ajouter aux 2 des deux autres types de course pour faire une grosse médaille complète. (c’est anecdotique, mais je trouve le principe vraiment sympa.)

A noter qu’il existe des versions Ultra (sur une distance de marathon, 42km)  et également des opérations plus ponctuelles, et notamment des épreuves réservées à l’armée aux USA.

C’est quoi, la différence entre Open et Elite?

La catégorie Elite est compétitive : on n’a pas le droit de recevoir de l’aide sur les obstacles et les meilleurs coureurs gagnent des prix.

La catégorie Open est plus libre, et on a le droit de s’entre aider pour passer certains obstacles si besoin (les petits se feront porter, les rondins de bois se porteront à deux au lieu de tout seul, etc). Il faut donc avoir des gens sur qui compter dans les parages. 

Petite anecdote : en faisant les recherches pour cet article, j’ai découvert que le nom Spartan ne venait pas vraiment du coté historique, mais… du nom du lama domestique d’un des fondateurs. Pour la peine, photo de la lama.

2. La première Spartan Race, c’est comment?

J’imagine que si vous vous lisez tout ce qui se trouve sur leur site à propos des obstacles, si vous faites les trainings qu’ils conseillent et que vous avez l’opportunité d’aller tester les obstacles (ils organisent parfois des entrainements spéciaux), ça doit être beaucoup beaucoup moins flou que ça ne l’était dans la mienne quand j’ai pris le départ. Je suis du genre à me mettre la tête dans le sable avant d’affronter la difficulté (j’étais du genre à refuser de relire mes copies, ce genre de choses) donc j’ai complètement refusé de me renseigner. Bon. Du coup, le jour de la course, j’étais 1. très stressée, 2. pas du tout au courant de ce qui allait se passer. héhé. 

Au final il s est passé ça, cest à dire beaucoup de roulades dans la boue.

Le terrain, ça ressemble à quoi ? 

La Spartan de Singapour est installée à moitié sur un immense terrain de sport plat, à moitié dans la forêt. Il n’avait pas plu depuis très longtemps, alors ils ont innondé l’ensemble histoire de faire une grosse boue bien épaisse sur une grosse partie du parcours – pour le gaspillage, on repassera. Visiblement la boue est un élément nécessaire du concept, donc préparez vous à en trouver ou que vous couriez.. et à vous rouler dedans.

Le village de départ, il est comment? 
Ca se présente comme un village de course normal : des stands de nourriture et de fringues de sport, (très peu de stands cadeau de marque), et puis tout un tas de gens avec le même tee shirt Reebok – enfin 2 sortes, plutôt : ceux, tout propres tout beaux et tout stressés dans leur tee shirt de course, qui attendent le départ de leur vague, et les vraiment vraiment dégueulasses pleins de boue, avec le tee shirts de finishers, qui arborent une médaille un peu sale mais un sourire glorieux et soulagé. 

on doit emmener/mettre quoi ?

J’ai été optimiste et ai enfilé des baskets neuves. Pourtant, la présence de grand sacs poubelles remplis de chaussures à la sortie de la course était un indice majeur : les baskets ont du mal à y survivre. On met donc des souliers en fin de vie.

On opte pour un pantalon de sport long et moulant en synthétique (un legging de sport, quoi) et des chaussettes hautes – le but c’est d’éviter les brulures et échardes et coupures et.. bref. Les blessures, quoi. Mettez aussi des gants ( de training si vous avez, mais de jardinage ça marche aussi) parce qu’on met beaucoup les mains par terre / sur des trucs en bois / sur des trucs pas faits pour mettre ses mains dessus. Et ça rend les épreuves de corde BEAUCOUP plus faciles. 

Enfin, on oublie tout effet personnel (il y a de quoi déposer son sac, donc pas de souci) parce que s’encombrer c’est se ralentir. Il y a de l’eau distribuée le long du parcours, alors juste sa … et son couteau, et tout ira bien ! 

Une fois lancé, il se passe quoi ? 

La course en elle même… De la part d’une débutante absolue, donc, j’ai découvert les obstacles au fur et à mesure, ce qui m’a aussi permis de ne pas m’inquiéter à l’avance. Une fois qu’on est lancés, c’est trop tard, et on trouve un moyen de passer les obstacles. Vu ma composition, tous les obstacles qui faisaient appel à une force pure des bras et du dos ont été plus compliqués que les autres. Je n’ai fait les 30 burpees qu’une seule fois, après un échec sur la corde lisse – qui était en fin de parcours en prime. 

Et comment on fait, quand on a pas de team?

Je dois avouer que j’étais un peu optimiste, en partant seule. J’ai réalisé pendant la course que j’allais avoir besoin d’aide. J’ai eu la chance de tomber sur une équipe très sympa ( 2 jeunes hommes et une demoiselle) a qui j’ai pu m’associer – et ce sont même devenus de très bons potes depuis (parce que souffrir ensemble, ça crée des liens pour sûr!). Ils m’ont porté (ou du moins propulsé) sur 2 obstacles. C’est aussi ça, faire 1m58 et penser qu’on est une Spartiate. 

Ca s’est fini comment?
Très, très bien. Et avec une bière aussi, offerte sur la ligne d’arrivée. On a eu les temps quelques jours plus tard, et je ne pensais pas m’être aussi bien débrouillée : 1h41 pour finir le parcours, dans le top 7% de l’Open Sprint (140ème sur 2000 et des brouettes). J’ai une jolie médaille, 2 jolis tee shirts Reebok… et une inscription quasi validée pour la Super qui se tient en Malaisie dans 2 mois. 

Et un sourire de ligne d’arrivée, qui dit que ça fait du bien quand ça s’arrête.

3. Est-ce que TU dois courir une Spartan Race?

Assez parlé de moi, si vous lisez ça c’est que vous avez envie d’en courir une aussi.

Je pense sincèrement que c’est un challenge physique très très sympa. Par contre, je le déconseillerais à des débutants complets, qui ne courent pas du tout habituellement (je ne suis pas une grosse coureuse, mais 8km, il faut quand même les tenir, même si on a la possibilité de marcher si vraiment ça ne va plus) et à ceux et celles qui ne s’entrainent jamais au poids du corps – il faut quand même grimper des trucs et porter d’autres trucs, et ça demande un peu de muscles et de connaissance de son corps. 
Pour tous les autres, sportifs et sportives occasionnel(le)s ou confirmé(e)s : FONCEZ. C’est une expérience vraiment géniale, tous les coureurs sont dans la même galère donc on partage un moment avec des centaines de personnes, et on est très très fiers une fois la ligne d’arrivée franchie. Au pire du pire, vous ferez beaucoup de burpees, mais si vous décidez de tenter la Sprint, il n’y a aucune raison de ne pas la finir. Ca fait des jolies courbatures le lendemain (et pendant une grosse semaine, en fait) mais ça fait surtout des souvenirs cools et ça ravive n’importe quelle motivation. 

Alors, on y va ? 😀 Vous comptez en courir une bientôt ? Vous vous entrainez pour ça ? Dites moi tout en commentaire!  

 

Je suis tombée – dans le feed d’une copine – sur un article de Topito “Top 10 des raisons de ne jamais se mettre en couple avec un runner”

J’ai rigolé, et puis je me suis dit qu’il y avait aussi de tas de bonnes raisons de ne pas sortir avec une fitgirl non plus. Alors voilà mon top 12 :

1. Vous aurez du mal à la séduire si vous comptez sur l’alcool

Elle ne boit pas, ou peu, et en plus, si vous avez le malheur de lui servir un cocktail plutôt qu’un verre de vin, elle vous fixera jusqu’à ce que vous réalisiez l’impair glucidique que vous venez de commettre.

giphy-1

2. Elle jugera vos qualités de cuisinier 

et votre dosage des matières grasses. Et vos portions de féculents. Et.. Enfin bref. N’espérez pas l’épater avec vos traditionnelles pâtes Carbonara.

3. L’inviter au resto engendrera une discussion compliquée

Selon si elle compte les macros, qu’elle suit un régime kéto, qu’elle est vegan ou pro-bio.. choisir un resto qui vous conviendra à tous les deux va prendre au minimum 1h30. Et n’envisagez surtout pas d’abandonner et de cuisiner à la place. Elle n’en veut pas, de vos pâtes carbo. 

giphy-6

4. Elle essayera de vous faire manger du quinoa

Par tous les moyens et à toutes les occasions. Vous êtes prévenus. 

5. Quand elle vous demandera si elle a grossi.. il faudra peut être répondre oui

Si vous pensiez que c’était la question à laquelle il fallait toujours répondre non, détrompez vous. Si elle est en prise de masse, et qu’elle a opté pour un régime hypercalorique.. elle cherche à prendre. Du poids, du muscle. Bref, dites lui “tes efforts payent”. Ca marche dans les deux sens et ça assure la paix des ménages. 

6. Elle ne restera jamais faire une grasse mat’ caline

Il y a moins de monde à la salle de sport le matin, surtout le week-end. Et puis elle ne louperait le petit déjeuner pour rien au monde. 

7. Elle rentrera tard le soir, sale et survoltée par son workout.. et tombera de sommeil juste après

Le temps de prendre un shake de protéines, un repas vite fait, une douche
 (et encore).. et bonne nuit les petits. 

giphy-5

8. Vos potes vous demanderont depuis quand vous prenez des protéines, et il faudra avouer que c’est les siennes

Comment ça, les 10 sacs de whey dans la cuisine, ce n’est pas normal?!

9. Elle aura des tas de copains plus baraqués que vous

Et en vrai, elle n’en aura rien à faire, mais elle les mentionnera de temps en temps, pour vous rendre un peu jaloux.

 musclé fit girl

10. Elle aura potentiellement plus d’abdos que vous 

Et il parait que c’est comme les salaires: ça vous énerve un peu, au fond.  

11. Il faudra vous faire une place dans son emploi du temps 

entre les meal preps, la salle de sport, le détour par le magasin bio et les uploads sur son compte instagram… il va falloir lutter. 

12. Elle vous demandera d’accepter tout ça sans sourciller.

Bon, après tout, vous l’avez choisie, non ?

tumblr_m9csb7x79q1rdjqtyo1_400

 

C’est la saison: on va tous plus ou moins tomber malade à un moment donné. (sinon, c’est que vous êtes très chanceux(ses) et je vous envie) Il fait trop froid dehors, trop chaud dedans, les gens ne se lavent pas vraiment les mains après s’être mouchés.. BREF. On partage tous joyeusement nos microbes. D’ailleurs, et je prêche pour ma paroisse, une des meilleures façons de ne pas tomber malade reste d’avoir un mode de vie sain : ça booste les défenses immunitaires et on est malades moins souvent et moins “fort”. Je dis ça.. :p Mais bref. Situation “c’est trop tard” : vous êtes malade. Certains vont en profiter pour se rouler au fond de leur lit jusqu’à ce que ça passe, mais d’autres vont se demander : dois-je / puis-je faire du sport si je suis malade ? Est-ce que ça va aider ? Est ce que ça peut empirer les choses ? 

Allons. Faites vous un thé bien chaud, je vous dis tout. 

faire du sport quand on est malade

Je sens que je tombe malade, est-c que le sport, c’est fini?

NON. L’idée principale, c’est qu’il faut savoir écouter son corps. Etre malade (je vais détailler les cas ensuite) ça ne veut pas dire “adieu le sport jusqu’à nouvel ordre”. Par contre, si vous sentez que vous feriez mieux de rester au lit, RESTEZ AU LIT. Par contre, si vous sentez que ça peut passer, un exercice modéré peut en fait vous faire du bien, en libérant des endorphines et en faisant circuler le sang. 

D’une manière générale, si voulez faire du sport quand même, diminuez de moitié l’intensité de votre entraînement (en temps, en difficulté..) et préférez du cardio gentil. L’idée, ce n’est pas de se faire mal, juste de faire travailler un peu son corps. On oublie tout ce qui est lifting très lourd et fitness/aérobic très rapide : vous ne serez pas efficaces de toute façon. 

faire du sport quand on est malade
genre si on se sent comme ça, c’est NON.

J’ai un rhume, je peux faire du sport ?

Si vous avez le nez qui coule et un peu mal à la tête, oui, vous pouvez faire du sport, comme mentionné précédemment. Encore une fois, c’est à vous de juger si vous êtes aptes ou pas à en faire. Vous pouvez essayer quelques minutes pour voir, et renoncer si ce n’est pas le moment : l’important, c’est de respecter son corps !

Très personnellement, l’elliptique me fait me sentir vraiment mieux quand j’ai un rhume et que j’ai le nez qui coule et pas trop d’énergie. ca me requinque et me rend efficace pour 1h ou 2 pendant l’entrainement – mais je ne force PERSONNE à faire de même 🙂

J’ai une grippe ou de la fièvre, je peux faire du sport ? 

NON. Là on parle de quelque chose de déjà difficile à gérer pour le corps, alors on abandonne l’idée de rajouter à sa tâche. 

En plus, vous êtes contagieux, donc n’allez pas refiler ça à la salle de sport, non mais oh! On reste chez soi au chaud, on se remet d’applomb, et on y retourne 5 jours plus tard.

faire du sport quand on est malade
évitez la contagion. lo/

J’ai une gastro, je peux faire du sport ?

PLUTOT NON. Si on a la nausée ou des problèmes intestinaux, on évite. C’est surtout une question de confort: vomir ou autre pendant un training n’a rien de sympa, et on est pas productif quand on a mal au ventre. Alors on reste tranquille. 

 Au bout de combien de temps j’y retourne, si j’arrête?

Là encore, on écoute son corps pour décider. Si c’était juste passager, en deux jours on peu se sentir d’attaque pour y retourner. Si c’est une grippe, il vous faut plus que ça, et c’est important de toujours prendre soin de votre santé d’abord. Ca ne doit pas servir d’excuse pour ne plus jamais y retourner, hein ! Aprennez juste à reconnaitre quand votre corps peut s’entrainer.. et quand il vaut mieux décaler encore un peu.


Voilà! J’espère que ce petit recap vous a aidé. Dans tous les cas, – et là je vous un peu à la maman, mais c’est parce que je veux que vous alliez bien – n’hésitez pas à aller chez le médecin si les symptômes durent trop longtemps ou si vous avez des doutes sur votre capacité à faire du sport (certains médicaments ont des contre indications, et mieux vaut être sûrs!) Encore une fois, prenez soin de vous avant tout, et rien ne remplace l’avis d’un professionnel de santé. 

et surtout … 

faire du sport quand on est malade
ça c’était gratuit !

 

oh, et puis les vacances de Noël approchent (bah quoi, on peut rêver ?) je vous invite à lire ce petit guide pour ne pas ruiner tous ses efforts 😀 

Je reçois pas mal de questions comme “comment se mettre à la course à pied” ou “je veux courir mas je ne sais pas si j’en suis capable”. Parce que je ne suis pas une runneuse, j’ai pensé que j’allais demander des conseils à mon copain Jeremy qui lui, sait de quoi il parle. Je lui ai donc laissé carte blanche pour cette article – et préparez vous, il est très chouette. 



Oui, j’suis taquin sur le titre tout de suite, mais c’est du vécu.

Tout d’abord, merci à TheFitnessTheory de me laisser raconter des choses ici. Et ces choses, ça va être une histoire de course à pied.

Coucou, moi c’est Jérémy, blogueur sur FasterToday.fr (et là normalement tous en coeur “bonjour jérémy”).

Il y a 3 ans, je pesais 15 kg de plus, je fumais, je buvais trop d’alcool, puis je me suis mis à courir… et c’est de ça que j’ai envie qu’on se parle aujourd’hui ! Comment se mettre à la course à pied alors que ça a l’air obscur et difficile ? Comme je le dis toujours si bien… Laisse-toi faire, ça va bien se passer.

se mettre à la course thefitnesstheory fastertoday——–

La première fois que j’ai couru, ça a duré 11 minutes. J’avais un goût de sang dans la bouche, et je voyais des petits points blancs, signes d’un évanouissement plutôt proche.

Aujourd’hui je peux courir un marathon et y prendre du plaisir. Entre les deux, il y a eu un monde, et personne n’a besoin d’être aussi extrême et on en vient à la première question…

Mais pourquoi tu veux courir ?

La question à 3 points.

Vos proches vont vous poser la question, vos amis qui ne veulent rien changer aussi.

Préparez quelques excuses toutes faites pour les non sportifs, ça aide !

  • Pour me vider la tête
  • Pour manger plus qu’avant
  • Pour continuer à boire du vin en restant en forme
  • Pour rencontrer des gens

Bref, privilégiez des trucs qui ne les font pas trop flipper.

Comment ? Oui je sais, ces excuses sont parfaites pour vous aussi, elles vous permettront de commencer à courir sans vous mettre trop la pression. Ce n’est qu’un peu de sport après tout, et nous sommes là pour prendre du plaisir.

Et voilà, premier concept clé : se mettre à courir c’est bien, mais il faut le faire à son rythme, et parce qu’on a envie de le faire. Dans le sport comme dans l’alimentation, votre ennemi numéro 1 est la frustration.

On en vient donc au point 2.

Comment commencer à courir ? 

Il y a autant de façons de faire que de coach ou de coureurs je pense, mais pour moi le plus important, est d’y aller progressivement.

Je pense que l’on commence à vraiment prendre du plaisir quand on peut courir 30 à 45 min à allure cool sans trop souffrir. Avant, il faudra être un peu tenace (ou buté, au choix) et se forcer.

Quelques conseils pour bien débuter :

  • Ne partez pas trop vite, au début il faut travailler le temps total, pas la vitesse.
  • Ecoutez votre corps et pensez au repos
  • Aidez-vous d’une playlist sympa
  • N’hésitez pas à marcher si cela vous permet de continuer un peu
  • Prenez surtout du plaisir.
  • Et regardez autour de vous, la course est un moyen de découvrir de superbes endroits alors qu’on n’a pas trop le temps.

PS : Le point bonus, après un entraînement, on peut manger plus.

se mettre à la course thefitnesstheory fastertoday

Et si ça me plait et que je veux aller plus loin ?

Jackpot, tu as passé le niveau 2 et tu as envie de dépasser tes limites.

Il faudra te fixer des objectifs et structurer UN PEU ton entraînement.

Ajoute petit à petit des sorties, augmente les distances, teste toi en vitesse sur de courtes portions, inscris toi à une première course, défis tes amis.

Tous les moyens sont bons pour pousser le jeu un peu plus loin. Oui, ce n’est qu’un jeu. La course à pied peut être un sport merveilleux si elle n’est pas prise trop au sérieux. C’est un sport un peu exigeant, mais qui une fois maîtrisé, est vraiment source de plaisir, d’amusement, et qui est bien moins individuel qu’on ne le croit.

Bref, ça va être bien, ça va être très bien même.

giphy-15

Oui mais moi, je voulais juste maigrir, tu t’emballes un peu là nan ?

Pas du tout ! A temps d’effort équivalent, la course à pied est le sport qui brûle le plus de calories. Toutefois mon hôte vous le répète sûrement assez (et j’en suis sûr, ne mentez pas !), l’important n’est pas tellement la perte de poids, mais la santé gagnée, et le plaisir qu’on en ressort.

Mangez-mieux sans être trop radical, faire du sport sans se prendre trop la tête, et finalement avoir une vie plutôt équilibrée dans son ensemble. Je crois que c’est ce que la course à pied m’aura appris de plus cool.

Bon, j’ai beaucoup parlé – ça va être à vous de poser des questions en commentaires je crois.

Moi je vous laisse, je vais boire un thé vert, manger une pizza, et courir 15km. Oui, j’suis un mec plein d’équilibre !
Et pour retrouver plus de course à pied, retrouvez-moi sur Fastertoday.fr ou sur la page Facebook !


 

Changer de mode vie, ça veut dire prendre de nouvelles habitudes – et des bonnes, cette fois. Le plus gros changement dans mon quotidien a été de commencer à faire du sport le

gif weirdo thefitnesstheory sport le matin

 

matin. (Si vous voulez en savoir plus sur mon changement de vie, les réponses sont là!Je sais que pour la plupart, vous vous dites que les gens qui, volontairement, mettent leur réveil 1 ou 2h plus tôt chaque matin pour aller soulever des trucs lourds ou courir dans la brume sont des inconscients / des abrutis / des gens très bizarres.

 

Bon, d’accord, c’est peut être vrai. Et j’en fais partie. (là je vous raconte ma routine actuelle à Singapour, écrite en 2016 et éditée en 2018 – peut être changera-t-elle à l’avenir?)


Ma routine matinale 

Tous les matins ou presque, je met mon réveil à 5h40 (avec un rappel vers 5h50, au cas ou Morphée a envie de lutter et de m’attirer dans ses bras encore une fois).  Ce qui veut aussi dire que j’essaye de m’endormir autour de 22h (23h max) afin d’avoir le sommeil nécessaire à mon bien-être.. mais aussi à ma récupération musculaire. Vous pouvez aller lire l’article sur l’importance du sommeil ici ! 

thefitnesstheory faire du sport matin
moi, quand j’essaye d’enfiler la dite tenue de sport sans être vraiment réveillée.

Ensuite, en plusieurs étapes :

1. Je me lève et finis de packer mes affaires de la journée (lunchbox et habits de bureau) – que je prépare la veille. J’enfile aussi une tenue de sport que j’aime bien (se sentir bien dans sa peau pour commencer la journée est un must.)

2. Je fais un petit déjéuner light, juste de quoi avoir de l’énergie pour le sport : 1 grand verre d’eau, une petite poire, un peu de yaourt et une tranche de pain complet. 

3. Je pars à la salle de sport, ou je fais 1h15 d’effort le plus intense possible (avec majoritairement de la musculation, mais aussi parfois de la course en interval.). S’en suit une douche et le trajet jusqu’au bureau.

4. Je me prépare mon vrai petit déjeuner au bureau, avec un shake de protéines au chocolat (voire ici pourquoi prendre des protéines en poudre après le sport.), un mélange Weetabix / galette d’avoine avec du yaourt nature et des arômes, et une cuillère de beurre de cacahuète. Je peux enfin commencer la journée de travail ! 


Ca parait un peu hard comme début de journée, mais en fait, je suis VRAIMENT malheureuse quand je ne fais pas ça. Je n’y vois que des avantages, en fin de compte. 
Maintenant que vous en savez beaucoup sur moi et ce que je peux bien fabriquer le matin, je vais vous convaincre que VOUS AUSSI, vous devriez faire pareil. 

 

Alors, pourquoi faire du sport le matin ? 

1. Parce que ça vous force à vous réveiller plus tôt

(non, sans dec.) Mais en quoi c’est une bonne chose, me demandez-vous ?  C’est une bonne chose si vous arrivez à respecter vos cycles de sommeil, en fait. Le fait est que souvent on se force à dormir plus, et on se relance dans un cycle de sommeil.. Du coup, en se réveillant, on est encore plus fatigué ! Le sommeil c’est bien, (voir le commentaire dans l’intro), mais l’idée c’est qu’il soit utile et efficace. Donc on fait des tests pour trouver de combien de temps de sommeil on a besoin, et on se cale sur ce modèle là, pour être parfaitement reveillé et prêt à affronter la journée. 

2. Parce que vous êtes frais et dispo

C’est un fait, si vous avez pas trop fait la bringue la veille (dans quel cas une nuit de sommeil plus longue est recommandée, pareil dans le cas d’un effort intense qui mériterait que vous récupéreriez tranquillou), vous venez de dormir. Et après une collation et un café, vous  êtes EN PLEINE FORME. (vous pouvez checker mon article sur quoi manger avant et après le sport ici

Vous n’avez pas encore accumulé la fatigue de la journée, vos muscle sont tout reposés, bref, c’est le moment d’attaquer dans le lourd. Pensez aussi que plus vous passez votre agressivité dans le sport, plus vous arrivez au bureau ou en études relaxé. Et ca, c’est quand même très chouette, de pas commencer la journée stressé. 

thefitnesstheory faire du sport le matin
moi en arrivant au bureau, quand j’ai pas fait de sport.

3. Parce que quand c’est fait, c’est plus à faire

Et ça, ça parait être un peu un enfonçage de porte ouverte, mais c’est une bonne façon de raisonner : vous n’aurez pas à y retourner ce soir. Ca veut dire que vous pouvez faire quelque chose en fin de journée: un diner entre amis, aller voir un film, trainer dans les magasins. Ca veut aussi dire que vous n’aurez pas à annuler votre séance et à faire un jour off forcé si on vous invite à la dernière minute. 

Je pars du principe que cette heure, entre 7 et 8, si je ne vais pas au sport, je ne vais rien en faire et dormir à la place.. Par contre, la même heure de sport entre 19 et 20h, je pourrais en faire des TAS d’autres choses. Alors à choisir…

4. Parce que quand vous finissez votre séance, vous avez déjà accompli quelque chose dont 90% des gens qui dorment encore sont incapables

C’est toujours gratifiant de se souvenir qu’on est un petit flocon de neige, merveilleux et unique (ceci est une référence au film Fight Club, pour les connaisseurs.) Alors biensur, faire du sport tôt, c’est pénible et on a pas vraiment envie, au début. Promis, ensuite ça s’arrange, mais les premières fois, on se demande un peu ce qui nous est passé par la tête. Il faut se souvenir d’une chose : vous avez fait le bon choix pour vous et votre corps. Les gens qui sont encore dans leurs lits n’ont pas eu cette bravoure et il faut vous en féliciter ! (sans pour juger les autres pour autant, chacun fait ce qu’il veut de sa vie, après tout.)

 

5. Parce que ça veut dire PETIT DEJ POST WORKOUT 

et là, vous pouvez vous faire plaisir. Pourquoi ? Parce que votre corps est en recherche de thefitnesstheory faire du sport le matinnutriments pour récupérer. Il a surtout suuuper la dalle pour des protéines, histoire de reconstruire les muscles proprement. On peut prendre un shake de protéines (et j’ai résumé toute cette histoire d’apport protéique juste après le sport ici) mais le mieux c’est d’apporter de quoi reconstituer toutes les réserves : un peu de glucides, un peu de lipides saines, et les dites protéines !  

6. Parce que vous dormirez mieux le soir

L’avantage d’aller tout donner le matin, c’est que votre corps a toute la journée pour “refroidir” et se remettre de ses émotions. Du coup, le soir, vous êtes fatigués, et vous dormez beaucoup mieux. Quand vous faites du sport le soir (et surtout après manger, ce que je ne conseille vraiment pas), vous donnez le signal à votre corps qu’il faut être révéillé et opérationnel. Du coup, c’est pas tellement idéal pour s’endormir ensuite.

Coté nutrition aussi, ça veut dire qu’il faut beaucoup manger pour récupérer après le sport.. Et faire un repas consistant juste avant d’aller dormir, c’est pas forcément optimal. 

 


… Mais parfois, le sport, c’est mieux le soir !

Je m’entraines 5 jours par semaine depuis 4 ans déjà, et je dois reconnaitre, qu’il y a des avantages à faire un bon training le soir, une fois de temps en temps :

  • En salle de sport, l’ambiance est meilleure le soir. Et ca c’est un fait, si le matin ça vous demande courage et sacrifice d’y aller, c’est vrai pour tout le monde. Alors le peu de personnes en présence est un peu dans le mal, comme vous, et c’est pas non plus l’éclate suprême. On va pas à la salle pour discuter, mais c’est plus facile de tout donner quand on est entourés d’une vraie énergie positive. Pour avoir testé les cours en salle de sport Paris (et alentours) quand je vivais en France, c’est particulièrement vrai là bas! 
  • Les cours collectifs sont souvent.. le soir. Si vous avez la chance d’avoir une salle qui en propose, ou si vous comptez vous inscrire à des activités, elles seront probablement le soir. 
  • Vous relâchez tout le stress de la journée. Et c’est super utile en cas de patron oprimant, de météo déprimante ou de problème d’imprimante. (Ca rime et c’est COMPLETEMENT vrai.) 

L’important, c’est de trouver un rythme qui VOUS convient. On a pas tous les mêmes impératifs, pas tous le même train de vie et pas tous les mêmes envies. Le but, c’est de vous faire un planning et de vous y tenir, sans vous comparer aux autres. 

Alors je ne peux que vous encourager à tester le sport le matin (pendant plusieurs semaines, hein, pas juste une fois, on a pas le temps de prendre une habitude sinon!) et à me dire ce que vous en pensez ! 

(spoiler:  je parie que vous allez adorer. Passées, disons.. les 5 premières fois :p)

 

et vous, vous faites du sport quand ? Vous seriez prêts à bousculer votre routine matinale ? Dites moi tout !

 

Si vous êtes au régime, en plein rééquilibrage alimentaire ou changement de vie, vous avez certainement dû réaliser une chose : être bien dans son corps, se sentir bien dans sa peau, c’est DIFFICILE. Beaucoup de gens croient que ça vient tout seul, quand on perd du poids ou qu’on fait des choix plus sains.  (je vous en ai déjà parlé dans ce très vieil article sur les mensonges sur la perte de poids, si vous étiez déjà là en 2014 :p) 

Pour celles et ceux qui ne s’en sont pas encore rendu compte, ceci est un spoiler, mais ça vaut le coup de l’entendre une bonne fois pour toute : PERDRE DU POIDS OU PRENDRE DU MUSCLE NE VOUS FAIT PAS AUTOMATIQUEMENT VOUS SENTIR BIEN. Ce serait trop facile, hein ? Du coup, et j’en parle beaucoup avec vous sur instagram, on en arrive à un point ou vous faites beaucoup d’efforts (voire, tous les efforts possibles et imaginables) et.. vous ne vous aimez quand même pas. Parce que vous ne vous reconnaissez plus dans le miroir, ou parce que votre poids stagne et que ça vous déprime. 

Sauf que se sentir bien, c’est souvent LA raison pour laquelle vous faites tout ça. Donc, on fait comment ? On apprend à s’aimer, au fur et à mesure. Et pour ça, je vous ai compilé mes 10 astuces pour être bien dans sa peau, qu’on soit a début ou à la fin de son changement de mode de vie. 


1. Décidez de vous aimer. 

Ca parait débile dit comme ça, mais tout commence là. Vous pouvez continuer de vous détester ou de vous trouver quelconque, hein. Mais ca n’a aucun interêt et c’est contre productif. Donc la première étape, c’est de se dire : “Allez, c’est parti, aujourd’hui j’apprends à m’aimer.” Et on s’en tape, que vous veniez de commencer un régime ou que vous ayez déjà perdu 20 kilos. Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour s’y mettre. 

etre bien dans sa peau


2. Ne parlez pas de vous comme vous ne parleriez pas à un ami.

Même si votre copine Louise a un peu pris de poids, ça ne vous viendrait pas à l’idée de lui dire franco : “mais! c’est quoi ces cuisses dégueulasses?! elles se touchent là, c’est immonde! et ton ventre, t’as vu ton ventre? Tu crois vraiment que tu vas plaire à quelqu’un avec ça? T’es vraiment dégueulasse, tu me dégoutes!” 

alors, POURQUOI, NON D’UN CHIEN, EST-CE QUE VOUS VOUS PERMETTEZ DE VOUS PARLER COMME CA A VOUS MEME?!

D’une part, votre copine Louise, même si elle prend 5kg, vous n’allez rien voir, ou pas y faire attention, parce que vous avez de l’affection pour elle, et que son poids, on s’en fout, en fait. Elle est quand même drôle, elle est quand même belle, (d’ailleurs, si ça se trouve, ces 5kg la rendent encore plus jolie), et elle est quand même intelligente. D’autre part, vous savez que si vous lui dites ça, elle va juste être très mal pendant un long moment, ça ne va pas la tirer vers le haut DU TOUT, et à part juste lui faire du mal, ça n’aura eu aucun interêt. Devinez quoi ? Ca s’applique pareil à vous. Ce n’est pas en étant insultant(e) avec vous même que vous allez vous motiver, bien au contraire ! ON ARRETE LE SELF-SHAMING MAINTENANT.

giphy-11


 

3. A compliment a day… keeps the sadness away

Je sais, y a des jours ou on se sent pas vraiment 100% Beyoncé. On a le cheveu tristou, le teint terne, mal dormi, peu importe. Ces jours là, encore plus que tous les autres, il faut faire l’effort de trouver UN truc qui vous plait chez vous. Ca peut être n’importe quoi. Et vous le formulez, clairement. “Cette robe me va nickel, c’est dingue!” “j’ai particulièrement réussi mon trait d’eyeliner, on dirait bambi”, “cette coiffure en trois coups de peigne? Ca y est, je suis Franck Provost, c’est sûr.”

Et gardez le en tête toute la journée. Et quand ça va pas.. pensez y encore plus fort. 

giphy-10


4. Arrêtez de vous comparer aux autres

“Elle, elle est plus fine”, “elle, ses cuisses se touchent pas et elle a des abdos”, “lui, il plus de muscles que moi”.. Non mais c’est fini, oui ?! Les gens a qui vous vous comparez.. ne sont pas vous. Ils n’ont pas le même mode de vie, pas le même métabolisme, pas la même routine de sport, pas la même alimentation, pas les mêmes objectifs, pas le même âge… BREF. Ils ne sont pas vous. Alors vous pouvez admirer leurs corps, et demander des conseils. Mais être jaloux ? Hell no. Si je vous dis “qu’est ce qui est mieux entre un trampoline et des patins à glace”, vous me dites quoi? Que, même si les deux sont des équipements sportifs.. ils n’ont rien à voir. ils ne servent pas à la même chose, et y en a pas un mieux que l’autre. Avec le corps des autres, c’est pareil. C’est grosso modo la même fonction de base (genre, vivre), mais tout le reste diffère. Alors donnez vous les moyens d’atteindre VOS objectifs, fixez des buts pour VOTRE corps.. mais arrêtez de considérer celui des autres ! 

giphy-5


5. Bougez Bougezzzz 

(et là, c’est une référence musicale. De rien, vous l’aurez dans la tête toute la journée)

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais on se sent BEAUCOUP mieux quand on est actif, qu’on fait quelque chose de sa journée. C’est surtout parce que le corps en a besoin : il aime bouger (même si vous êtes un peu feignasse et que vous resteriez bien couché). Du coup, plus vous êtes actifs (et ça peut être du sport, une bonne marche dans les bois ou 20min de danse dans votre salon sur le dernier Rihanna, je m’en tape!), plus vous sécrétez de la sérotonine, molécule du bonheur. Alors toutes les fois ou vous avez envie de chouiner dans un coin (et on en a tous, moi la première), allez faire un tour ! sautez, bougez ! On fait circuler le sang, on réveille les muscles, bref, on arrête d’être un légume et on commence à être un humain, un peu !

dance gif thefitnesstheory
moi en boîte.

6. Chouchoutez-vous

Peut importe ce que vous pensez de votre corps, c’est LE SEUL que vous avez. Et vous n’allez pas en changer en cours de route, donc ça veut dire qu’il est là, et à vous, pour un moment. Non seulement il est à vous, mais c’est la seule chose que vous possédez réellement, en fait. On peut vous prendre votre maison et votre voiture, mais votre corps, c’est pas possible. C’est aussi un truc que vos parents ont fabriqué. Globalement, vous aimez vos parents, donc vous n’allez pas laisser à l’abandon un truc et qu’ils ont passé un peu de temps à faire et à regarder grandir. 

qu’est ce qu’on fait du coup? On en PREND SOIN. On s’offre un petit tour chez le coiffeur, on se met de la crème hydratante, on prend le temps de choisir sa chemise le matin. On est pas obligé de passer par manucure-pédicure toutes les semaines (je n’en ai même jamais fait de ma vie, parce que je suis pas la fille la plus girly du monde #maintenantvoussavez) mais juste prendre du temps pour soi, à se chouchouter ou à se faire chouchouter, c’est un bon moyen de se recentrer sur soi. La vie est stressante, et votre corps n’est peut être pas exactement ce que vous aimeriez qu’il soit. MAIS c’est pas une raison pour vous priver de petits plaisirs simples, qui vous font vous sentir mieux et font du bien à votre corps. Profitez, détendez vous. Et en sortant, exhibez moi cette nouvelle frange à la face du monde ! 

etre bien dans son corps thefitnesstheory


7. Baladez vous à poil. Le plus possible.

Attention, hein. j’entends baladez vous à poil CHEZ VOUS. Je ne veux pas de souci pour incitation à l’exbitionnisme. Mais être nu (entièrement nu) et pouvoir se confronter à son reflet dans un miroir, c’est une bonne façon de se familiariser avec son corps, de l’accepter, de l’apprécier. 

etre bien dans son corps thefitnesstheory


8. Autorisez vous à ETRE Beyoncé, de temps en temps.

Et là, on parle de tous les jours ou TOUT va bien. Vous savez, ces moments ou vous êtes de bonne humeur, que vous avez l’impression d’être un petit diamant unique et tombé du ciel, ou vous avez envie de chanter et de danser dans la rue et que l’avis des autres ne vous importe pas DU TOUT. là, vous êtes Beyoncé. Célébrez ça. Laissez ce sentiment vous envahir et diriger votre journée. Allez faire du shopping et achetez LA tenue parfaite, envoyez un message à ce type que vous kiffez ou à votre ex (ah non, pas à votre ex.) Plus vous avancez dans le chemin de l’acceptation de votre corps, plus ce genre de moment va arriver souvent. Alors apprenez à les accepter – j’en connais qui essaye de se dénigrer pour faire passer ce feeling là, hein. Mais non non non! Accordez vous le droit d’être AU TOP, même si vous pensez avoir encore du chemin à parcourir sur le global. 

beyonce gif
par contre, vous pouvez être Beyoncé dans une robe normale, hein. C’est pas interdit.

9. Félicitez vous (à haute voix) à chaque réussite

Vous avez le droit d’être fier de vous. Surtout si vous accomplissez des choses dont vous ne vous pensiez pas capables. Reconnaissez le, et congratulez vous ! Si vous ne le faites pas, il se peut que personne ne le fasse à votre place.

Par exemple, si j’arrive à faire 30 pompes d’un coup et que je suis seule à la salle de sport. Ca veut dire que je suis plus forte qu’hier. Que je suis plus en forme. Que j’ai travaillé pour y arriver. et bah YAY moi ! 😀 Si j’ai perdu 3kilos ce mois ci alors que j’ai été tentée de prendre des glaces tous les jours : YAY MOI

Fêtez chaque petite victoire – vous pouvez faire une petite danse, un clin d’oeil dans la glace, peut importe ! juste, faites en sorte de saluer vos progrès. Ca permet de faire des petits “check points”, au lieu de toujours courir après un objectif au long terme. 

giphy-8


10. Cherchez du réconfort.. et donnez en ! 

Apprendre à s’aimer, c’est un voyage long et qui des fois fait un peu mal. C’est encore plus dur quand on est tout seul. Alors n’ayez pas peur de demander de l’aide ! Vous n’êtes VRAIMENT pas tout seul sur ce chemin là. On a TOUS nos insécurités et nos problèmes. Je prêche pour ma paroisse, mais la communauté fitness d’instagram est remplie de gens au top, qui sont là quand ça va pas. Parlez en à vos amis, à votre famille si ils peuvent comprendre. Sans se plaindre, sans en rajouter. Mais un petit “j’ai un coup de mou, là, je me sens pas belle/beau” entame une discussion (souvent pleine de compliments, et sincères puique ce sont des gens qui vous aiment) qui fait du bien !

De même, n’hésitez pas à être body-positif avec votre entourage ! Vous entendez quelqu’un se plaindre de son physique ? Se comparer ? Allez lui parler ! Sans être condescendant, sans forcément dire des choses que vous ne pensez pas. Juste, entamez la discussion. Ca aide BEAUCOUP. 

se sentir bien dans son corps thefitnesstheory
ok, celui là il est peut être un peu kitch.

Booon. et bah voilà, c’était mes 10 petits tips pour se sentir bien dans ses baskets et aimer son corps mantenant ! C’est quoi les votres ? 🙂 dites moi tout en commentaire ! 

Y a des fois où, sans faire exprès, on perd la motivation. On arrête d’aller à la salle (ou on espaaaaace les séances, jusqu’à n’y aller plus qu’une fois par mois, parce qu’on “a pas le temps” ou je ne sais quelle autre excellente excuse – que j’ai déjà listé dans un article précédent ), on se remet à se goinfrer avec des cochonneries, bref, ça part en sucette dans le lourd. Ca arrive. Mais une fois qu’on s’en rend compte, on s’en veut un peu – beaucoup – passionnément – à la folie. Parce qu’avoir un mode de vie sain et être bien dans ses bottes, c’est quand même chouette. 

Maintenant qu’on s’est dit ça, on fait quoi ? Et bah on s’y remet. Et ça peut paraitre difficile au premier abord, mais en fait.. c’est pas si compliqué. Voilà trois étapes clés pour se remettre dans le droit chemin et reprendre son régime / le sport / la fit-attitude. 😀

 

1. On fait un bilan : qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Rien ne sert de courir, non, ça ne sert à rien, on va d’abord prendre un peu de temps pour réfléchir à ce qu’il s’est passé. Pourquoi cette démotivation soudaine ? Pourquoi le Nutella a t’il gagné ? Qu’est-ce qui, bon sang de bois, nous a empêché d’aller à la salle pendant 2 mois de suite ? 

Le meilleur moyen de repartir sur de bonnes bases, c’est d’analyser ce qu’il s’est passé, quelles erreurs on a faites, afin de ne pas les refaire par la suite.

perte de motivation thefitnesstheory
reconnaitre ses erreurs = la clé.

 

2. On se questionne sur notre motivation : Pourquoi je fais ça, au final ? 

C’est beaucoup plus dur de rester motivé si, à la base, on le fait pour de mauvaises raisons : vous ne tiendrez jamais un mode de vie sain sur le long terme si la seule motivation qui vous pousse c’est “je veux me sentir bien en maillot de bain” ou “mon mec ne me regarde plus et je veux qu’il m’aime”. Non. On change de mode de vie pour soi, parce que c’est une belle preuve de courage et de tenacité, parce que c’est vraiment gratifiant de faire des choix sains et que votre corps vous dit merci. Perdre du poids ce n’est pas une fin en soi et surtout ça ne rend pas heureux. Ce qui rend heureux, c’est de voir que l’on est capable d’être déterminé, de résister dans le temps, de progresser chaque jour. Le poids est un indicateur bâtard, mais la persévérance en est un bien meilleur. 

on peut aussi juste se dire qu'on veut des gros bras très musclés, hein.
on peut aussi juste se dire qu’on veut des gros bras très musclés, hein.

 

3. On réétablit des buts clairs, simples et atteignables.

Parfois, quand on perd la motivation, c’est qu’on s’était fixés des buts farfelus – “je veux perdre 20kg en 2 semaines” ou “15000 squats par jour”. Du coup, on ne les atteint pas – normal – et du coup, on est tout énervé et on abandonne. 

Alors au lieu de penser qu’on sera Rocky / Kate Moss demain, on fait un point sur ce que l’on PEUT effectivement atteindre, coté objectifs. 3 kilos par mois, en perte de poids, c’est un bon rythme. 3 ou 4 séances de sport par semaine, c’est optimal, etc.

On ne passe pas de “je mange ce que je veux et je ne fais pas de sport” à “healthy food 100% du temps et sport 6 jours par semaine, weekends et jours fériés inclus”.

moi quand j'ai commencé à aller à la salle de sport 1 fois par semaine.
moi quand j’ai commencé à aller à la salle de sport 1 fois par semaine.

Donc on commence gentil – mais pas trop gentil quand même – et on établit un programme clair, facile à garder en tête (quitte à l’imprimer et à le coller sur votre frigo s’il le faut) et… on s’y tient. 

 

4. On s’y remet – et on s’accroche, cette fois ! 

Maintenant qu’on sait pourquoi on a laché la première fois, qu’on sait pourquoi on le fait et qu’on voit comment on va le faire.. Y a plus qu’à. Et ça parait plus facile à dire qu’à faire, mais vous avez toutes les clefs en main pour réussir.

et avoir ce Beyoncé-feeling qui vous va si bien.
et avoir ce Beyoncé-feeling qui vous va si bien.

Si vous avez besoin d’un petit rappel sur le rééquilibrage alimentaire ou comment se mettre au sport convenablement, je vous conseille d’aller jeter un oeil à mon petit guide pratique.

Un autre conseil pour faciliter le retour en selle : vous pouvez vous inscrire à une salle de sport sans engagement – c’est une bonne façon de s’y mettre sans pour autant se poser de questions métaphysiques sur l’investissement, et généralement, une fois qu’on est inscrit.. on y reste. héhé.  

Autre conseil : entourez vous de gens qui comprennent ce que vous traversez. Je sais à quel point c’est difficile parfois de ne pas baisser les bras, surtout si on a pas les résultats qu’on espère (d’ailleurs, si vous faites un régime et que vous ne perdez pas de poids, il y a plusieurs explications possible, et j’ai écrit un article sur le sujet ici). Mais une fois la routine optimale prouvée, je vous promet que ça va marcher. Alors n’hésitez pas à poser des questions à ceux qui sont plus renseignés que vous, n’ayez pas peur parce qu’on est tous dans le même bateau. TOUT le monde a des coups de mou, et TOUT le monde en a marre de temps en temps. C’est normal. Mais c’est plus facile de rester sur les rails si on se soutient et qu’on se motive entre nous. Après tout, on est des milliers à vouloir être bien dans notre peau et avoir un mode de vie sain, personne ne devrait avoir à affronter ça tout seul 🙂 (vous pouvez d’ailleurs rejoindre cette merveilleuse communauté sur Insta

group huuuug!
group huuuug!

gram, beaucoup de gens formidables là dessus.) 

Alors, on s’y remet ? 🙂

Et vous, ça vous est déjà arrivé de baisser les bras ? Vous avez pu surmonter ça? Racontez moi tout en commentaire 🙂

grâce au Pass Try&Do, j’ai eu l’occasion de tester une séance d’aquabiking (ou d’aquabike. Du vélo dans l’eau, quoi.) Vu que je sais que certaines d’entre vous cherchent des nouvelles activités à pratiquer, je vous dis de suite ce que j’en ai pensé. 😀

Plus d’infos sur le studio Vel’eau Aquabike  que j’ai eu la chance de tester en bas de l’article (si vous êtes à Paris, allez faire un tour! )

Que vous soyez déjà un adepte de la salle de sport ou un débutant complet, il vous faut un peu de matos quand même – on va pas à la guerre avec une épée en mousse. Comme c’est une question que je reçois souvent, je vous ai fait une petite vidéo de ce qu’il y a dans mon sac de sport à moi. On est tous différents – et on a tous des buts différents – alors n’hésitez pas à partager ce qu’il y a dans le votre 🙂

> Le sac avec rangements pour meal management est dispo sur FitMark Bag (-20% avec le code BC20fitmarkbagsEU :p )

> Mes gants sont dispo sur le site de G-Loves. Si vous n’avez pas (ou ne voulez pas mettre) ce budget là pour une paire de gants (parce que vous débutez, par exemple), j’ai porté les domyos pendant des années et ils sont vraiment super résistants. 

les snacks que je mange souvent sont listés ici (et oubliez pas d’aller voir la liste des codes promos quand vous commandez, ça fait de la grosse réduc, quand même, surtout Optigura sur les questBars :p) 

> les poids pour chevilles, je sais plus ou je les avais acheté, mais y en a des pas chers sur Fitness Boutique

> l’élastique est dispo sur Fitness Boutique aussi (5€, vraiment pas cher et super sympa pour travailler les fessiers!)

>Le foam roller (et la balle, qui n’est pas dans la vidéo mais que j’utilise aussi) sont dispos sur le site de TP therapy

> et le sublime shaker vient de chez the protein works !

 

et vous alors, dites moi tout 🙂

 

Choisir des protéines whey peut s’avérer compliqué, vu l’étendue du choix en ligne. Je suis une grosse consommatrice de whey, surtout à cause de mes recettes de goûters healthy, comme ces pancakes, ces crêpes, ces brownies, ou encore ces crèmes glacées. Et en 4 ans d’achats sur divers sites de sport en tout genre , j’ai eu l’occasion de tester pas mal de saveurs de whey. Je vous donne mon avis sur les meilleures whey tout de suite : 

(et si vous êtes pas très sûrs d’à quoi sert la whey ou combien en prendre, y a un article ici “des shakes de protéines, pourquoi faire?” 🙂 )

petites précisions:

> A chaque fois, si je les prends en shaker, je les mélange avec 25-30cl de liquide max, pour pas trop diluer le goût. 

> Je les bois majoritairement avec de l’eau, mais je fais parfois 50% lait d’amande non sucré et 50% eau. J’utilise souvent de l’eau chaude, parce que ça rassasie très bien ! 

>Je ne juge ici que le goût, et pas du tout les valeurs nutritionnelles ni la miscibilité.

 

Time-to-het-wheysted
(et c’est des blagues que je peux pas traduire en Français, alors va falloir faire un effort.)

Article updaté souvent, donc pensez à revenir jeter un oeil de temps en temps! 


 

Avis sur les saveurs de whey MyProtein:

pour acheter la Whey MP, c’est par ici
Le code TFT donne 30% sur toutes vos commandes !

Chocolat Noix – Ma saveur chocolatée préférée, et de loin. Un gout de noisette, parfait avec du lait ou pour cuisiner.

Chocolat Beurre de cacahuète – Très bon, très fort en goût. Du coup, on peut se lasser si on alterne jamais. Très bon avec de l’eau, du lait ou pour cuisiner.

Chocolat Onctueux – Le plus classique. Disons qu’on peut pas se tromper et que c’est un bon chocolat. Pas top avec de l’eau, bon avec du lait ou pour cuisiner.

Chocolat Noix de Coco – Un gout de noix de coco assez léger, un peu chimique, mais qui se marie très bien avec le chocolat. Un peu lassant à la longue.

Banane caramélisée – Le même gout que les bonbons banane et le seul que je n’aime vraiment pas – et que je ne peux pas boire du tout.

Chocolat Orange – un goût de gâteau Pim’s peu prononcé. Vite fade, mais bon avec du lait ou en brownie.

Stracciatella – un mélange entre vanille et petits copeaux de chocolat. Bon avec du lait.

Vanille – la valeur la plus sûre, au gout prononcé mais pas trop sucré. Parfait avec de l’eau, du lait et pour cuisiner.

Roulé à la confiture – Le même gout que les glaces à l’italienne à la fraise. Bon avec de l’eau, du lait, et en glace.

Cookies à la cacahuète – Un gout léger, pas trop sucré, mais très bon avec du lait ou en brownie.

10530943-1395068394-710040


 

The ProteinWorks 

pour acheter la Whey TPW, c’est par ici. (20% sur tout le shop avec le code TFT20 😀 )

JaffaCake (biscuit chocolat/orange) : un gout prononcé (meilleur que celui de Myprotein), vraiment au top avec du lait ou en brownie.

Menthe Chocolat : pas des plus surprenants, mais très bon et qui se mélange bien. parfait en porridge ou en brownie. 

Fraise/chocolat blanc : à essayer avec du lait d’amande absolument : le goût est exactement celui d’un milkshake à la fraise !

468 x 60 Generic Brand Image


 

BulkPowders

Pour acheter la whey BulkPowders, c’est par là   
Avec le code TFT, 20% sur votre 1ère commande 

Toffee PopCorn: un gout un peu timide, donc on peut oublier l’idée de faire des brownies avec, mais avec du lait d’amande, le petit gout caramélisé est juste génial.

Menthe Chocolat: vraiment top. Le meme gout que les aftereights et suffisamment puissant pour passer nickel dans les porridges, les crèmes glacées et tout le reste. Un de mes préférés. 😀

 

BULK-POWDERS-Pure-Whey-Protein

 


 

How I feel.
How I feel.

 

Et vous, quelles sont vos saveurs de whey préférées? Lesquelles détestez-vous? Dites moi tout en commentaire !